News - 18.09.2020

Tunisie - Un rapport accablant de la Banque mondiale - Financement des entreprises : un fiasco de la politique monétaire ?

Par Moktar Lamari, Ph. D. - C’est tragique : les entreprises tunisiennes n’arrivent plus à accéder aux financements pour investir, innover et créer de l’emploi! C’est le constat que fait le plus récent rapport de la Banque mondiale (BM) au sujet de l’économie tunisienne en 2020 (daté du 17 septembre). (Note de la Rédaction : lire la mise au point de la Banque mondiale à propos de cet article). Cartes sur table, la BM décrit l’ampleur des dégâts économiques occasionnés par des politiques monétaristes restrictives et toxiques pour le financement des entreprises et investisseurs. L’inaccessibilité aux financements bancaires est désormais perçue comme plus dévastatrice que la corruption, que l’instabilité politique ou encore que le secteur informel. Explication…

Ce rapport en anglais, accompagnés des micro-données, dit tout haut ce que plusieurs chuchotaient tout bas. Il bouleverse les constats ruminés ici et là par le discours des élites politiques et des économistes de la Tunisie post-2011.

L’inaccessibilité du financement, c’est la mère de tous les problèmes économiques

Le document de la BM sonne comme un aveu d’échec de la politique monétaire actuellement menée en Tunisie. Les données factuelles rapportées sont éloquentes, puisque issues de sondages et un travail de terrain mené par des spécialistes des sondages ayant interrogé des propriétaires et de hauts dirigeants d’un échantillon d’entreprises rencontrées les derniers mois et semaines en Tunisie.

L’échantillon tient compte de tous les secteurs d'activité, toutes les tailles des entreprises et toutes les régions géographiques en Tunisie. Aucun doute sur la qualité du sondage, la rigueur des analyses et la validité du questionnaire utilisé.

Les enseignements procurés par ces données confirment ce que plusieurs redoutaient : les contraintes de financements sont désormais plus graves que toutes les autres contraintes : corruption, instabilité politique, économie informelle… Le tableau suivant chiffre ces nouvelles évidences et vient déstabiliser tout un discours politique erroné au sujet des problématiques rencontrées par les entreprises et les investisseurs.

Les constats de la BM sont alarmants! Les investisseurs et les entreprises déclarent, dans des proportions fortes, que l’accès aux financements bancaires constitue leur principal problème rencontré par les entreprises. Ils déplorent que ces contraintes de financement réduisent fortement leur capacité à renouveler leurs équipements, innover leurs produits, conquérir des marchés et surtout créer de la croissance et de l’emploi.

Les opérateurs économiques reconnaissent aussi que la corruption arrive loin derrière les problèmes d’accès aux financements. L’instabilité politique arrive en troisième position sur la liste des contraintes rencontrées par les investisseurs.

Étonnamment, le secteur informel arrive 4e dans le classement des contraintes rencontrées. Pour ces catégories de contraintes, les données montrent que la Tunisie perd de ses avantages comparatifs relativement aux pays du Maghreb et du Moyen-Orient.

Échec des politiques monétaires

Déjà pointée du doigt depuis déjà 3 ans, la politique monétaire est désormais reconnue responsable des principales problématiques de financement et d’investissement dans les entreprises et secteurs industriels.

La Banque centrale de la Tunisie (BCT) assume sa responsabilité dans la débâcle des  investissements en Tunisie. Avec une politique monétaire restrictive, et basée sur des taux d’intérêt directeurs très élevés (6,75%-7,75%), la BCT ne rend pas service à l’économie et contribue au démantèlement des secteurs créateurs d’emplois, qu’ils soient industriels, agricoles ou de services.

Pis, de telles politiques monétaires contribuent à l’édification d’un marché monétaire imparfait, peu concurrentiel et incapable de financer les besoins de financement des opérateurs économiques.

Par de telles politiques monétaires, les taux d’intérêts bancaires se trouvent haussés artificiellement, pour se situer dans des plages allant de 10 à 13% en moyenne. Les banques commerciales et les banques publiques du pays se trouvent complices et agissent en cartel pour optimiser leur profit, avec des taux de profits à deux chiffres, au détriment des entreprises, des investisseurs et de la croissance économique (-21% après la Covid-19).

L’inflation, identifiée comme le mal à endiguer par la BCT, est dans le contexte tunisien mal évaluée, surestimée et surtout instrumentalisée pour maintenir très haut son taux directeur : 6,75% en Tunisie, contre 1,5% au Maroc, 2% en Jordanie, presque 0% dans les pays de l’Union européenne. De telles politiques monétaires, contre-cycliques et surannées, font saigner les entreprises et paralyser la croissance.

Malgré la pandémie de la Covid-19, la BCT n’a pas changé de stratégie et continue à financer les banques, pour que ces mêmes banques prêtent ces montants à l’État, en récupérant sans effort une rente de situation allant de 3% à 5%.

Trois effets pervers sont liés à de telles politiques monétaires et aux difficultés de financement des entreprises et des industries.

Un : les sommes prêtées au gouvernement réduisent les liquidités sur le marché monétaire, détournant les rares ressources financières pour payer les salaires des fonctionnaires de l’État au détriment des entreprises et des investisseurs, véritables créateurs de la richesse et de l’emploi. Un effet d’éviction très dommageable pour l’accès aux financements par les entreprises et par les investisseurs.

Deux : la trentaine de banques installées en Tunisie engrangent des profits colossaux, croissants (10 à 15% par an) et éthiquement injustifiés, et ce par comportements de collusions, peu concurrentiels, alors que la crise économique bat son plein, dans tous les secteurs et toutes les régions. Le tout se fait sous la houlette de la politique monétaire diligentée unilatéralement par la BCT. Plus grave encore, tout indique que les taxes des contribuables servent indirectement à financer les profits du système bancaire.

Trois : alors que les banques centrales de par le monde, multiplient les plans d’aide pour les entreprises et les investisseurs, la BCT s’enferre dans un dogmatisme monétariste, trop obnubilé par la lutte contre l’inflation et aveuglé quand il est question des urgences de la relance économique par l’investissement et l’aide aux entreprises.

En conclusion, il convient de souligner que la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme, pour éviter que l’économie tunisienne sombre davantage dans la déchéance économique et sociale. Les précédents rapports de la Banque mondiale insistaient davantage sur le danger de la corruption, les risques de l’instabilité politique et les ravages du marché informel. Ce rapport change la donne, en mettant de l’avant les difficultés du financement des entreprises et de l’investissement.

Les élus du peuple, les décideurs au sommet de l’État et les autorités monétaires doivent tirer les conclusions et agir en conséquence. Le tout pour sortir la Tunisie de son marasme économique.

Le secteur bancaire doit sortir de sa situation de rentier, la BCT doit se détacher de son dogmatisme monétariste suranné, doit évaluer ses politiques à l’aune des résultats (et pas des objectifs). Le gouvernement et les élus du peuple doivent se pencher sur les blocages monétaires, les collusions financières qui empêchent les entreprises d’investir pour créer de la richesse…et de l’emploi durable.

Moktar Lamari, Ph. D.
Universitaire au Canada
 

Télécharger le Rapport intégral

Lire la mise au point de la Banque mondiale

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
Hedi Zaiem - 18-09-2020 21:46

Je viens de lire et l'article et le rapport de la Banque mondiale auquel il se réfère. Le titre est prétentieux et le papier est creux et simpliste. De tout le questionnaire il n'a retenu qu'une seule question qu'il monte en épingle. Ca fait toujours "in" de tirer sur les politiques monetaires. Où sont les "economistes" du CA de la BCT, et en particulier les universitsires? Je crois que je vais écrire quelque chose dessus.

Baba Khaled - 19-09-2020 12:22

Quand un banquier vous conseille, au moins la moitié du conseil lui revient en intérêt.

Belhassen, MSc - 23-09-2020 10:42

Merci pour cet intéressant article qui met en lumière la difficulté d'accès des entreprises aux financements et l'inadéquation de la politique monétaire de la BCT y compris en période post-covid! Il aurait été peut-être plus juste de parler d'enquête conjointe de la Banque Mondiale et des deux Banques Européennes la BERD et la BEI plutôt que de rapport de la Banque Mondiale (même en mentionnant Enterprise Surveys Tunisia Profile au tout début), mais ceci n'affecte en rien la pertinence de l'article. Oui, il est clair que les conséquences de contraintes fortes d'accès des entreprises au financement réduit leur capacité à renouveler les équipements, à innover leurs produits, à conquérir de nouveaux marchés et à créer de la croissance et de l’emploi. En réponse à la grave crise sanitaire Covid19, l'action de la BCT s'est réduite à baisser son taux directeur de 100 points de base, de 7,75% à 6,75% ce qui nous laisse bien loin des taux directeurs de pays comparables comme la Jordanie (2%) ou le Maroc (1,5%). L'argument d'un taux directeur aussi élevé est l'inflation nous dit la BCT mais en réalité le taux d’inflation n’est pas exorbitant compte tenu du contexte de reprise économique en Tunisie même avant la crise sanitaire. La BCT devrait continuer d’urgence une politique de baisse de son taux directeur les trimestres à venir pour sa normalisation (proche de 2%). Elle doit aussi trouver des solutions pour augmenter la liquidité sur le marché monétaire qui s’est raréfié ces dernières années et mettre en place des plans d’aide de sortie de crise. Ceci permettra un meilleur accès des entreprises et des investisseurs aux financements. Enfin les banques doivent sortir de leur statut de rentier et faire preuve de plus de créativité en travaillant avec les entreprises sur des solutions innovantes pour financer leurs projets.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.