Opinions - 01.04.2020

Mohamed Kasdallah - Entre le politique et le militaire : Respect mutuel ou incompréhension définitive ?

Décrypter à chaud  l’actualité en évitant, autant que faire se peut, de dire de contre- vérité nécessite de disposer de relais bien informés. La contribution qui suit, relevant d’un aspect plutôt militaire, n’a aucun support médiatique. L’avènement de la pandémie du Coronavirus   a fini par éclipser le reste des évènements  même s’il s’agit d’un fait qui touche la Sécurité et la Défense du pays au plus haut niveau de la hiérarchie. Un sujet particulièrement complexe et subjectif car il peut être abordé de multiples manières et vu de plusieurs angles. Cet article s’essaiera d’arpenter  prudemment un vrai champ de mines puisqu’il traite l’entente entre le politique et le militaire qui est, en général, peu cordiale.

Ce que l’on rapporte des confrontations entre l’actuel Président US et ses chefs militaires ou la mésentente du  Président Macron, qui eut lieu tout au début de son  mandat, avec son chef d’état-major des armées, le Général De Villiers, à propos d’une imputation budgétaire  concernant l’armée, sont deux exemples typiques  qui  confirment cette impression.

Doit-on s’étonner que les relations soient souvent tendues entre haut responsable politique et grand chef militaire? Sûrement pas. Il est dans leur nature même d’être délicates. Des écueils   inévitables ne manquent pas de se dresser sur la route pouvant mettre en péril ces rapports.

La première difficulté provient de divergence naturelle dans la définition des objectifs. Ceux-ci  ne répondent pas aux mêmes critères:

Le politique, souvent adepte de l’opacité, cultive l’ambiguïté dans la définition des finalités

Le militaire, à l’inverse, privilégie les objectifs clairs, nets, concrets et indispensables à la planification comme à la conduite opérationnelle.

Divergences ensuite dans les voies à suivre et les moyens à mettre en œuvre. La logistique militaire pousse à  tirer  le meilleur parti des moyens mis à la disposition tandis que le politique  cherche à restreindre la panoplie des moyens utilisables.

Pas d’ambigüité,  en  revanches, sur le sens de la subordination. Il est dans la nature des choses que le militaire s’y subordonne au politique; légitimé oblige.

Toutefois, le risque de l’ingérence et de la dérive est élevé car la frontière politico-militaire perd parfois de sa netteté et de sa juste appréciation.

Pour cela, il faut beaucoup d’intelligence, de souplesse, et parfois des concessions réciproques Avec des logiques politiques et militaires naturellement divergentes, il y a lieu de trouver un équilibre entre ingérence et laxisme, aussi préjudiciable l’une que l’autre aux intérêts  supérieurs de la Nation.

Le politique doit avoir la sagesse de borner ses interventions là où commence son incapacité technique. Au militaire, de rendre tactiquement possible ce qui est stratégiquement souhaitable et politiquement recherché.

Il y aura donc toujours  tension entre responsables politiques et militaires et des rapports compliqués avec une succession de crises ne se résolvant que dans la compréhension des logiques de l’autre et la perception partagée du bien commun.

Une chose est sûre, du côté  du militaire: l’expérience acquise dans les domaines du commandement au sens large (exercice de l’autorité, relations humaines, culture de l’organisation), la générosité, le sens de l’intérêt général  et du bien commun, les qualités  professionnelles et non partisanes, le don de l’anticipation et de la planification sont autant de valeurs lui permettant  d’être au-dessus des querelles.

Maintenant la question qui s’impose est la suivante:

Qu’en est-il de la nature des liens entre l’autorité politique et le militaire en Tunisie? Les deux cas cités ci-dessus (aux USA et en France) sont-ils transposables chez nous  particulièrement à un  très haut niveau  de la pyramide de gouvernance?

Quand on a servi pendant de longues années le pays sous l’uniforme, pourquoi ne pas se mettre à la disposition de l’autorité civile, une fois la retraite venue, non pas en vue d’une deuxième carrière mais pour une meilleure exploitation des compétences  acquises?

Certains hauts  gradés militaires n’hésitent pas à agir tout à fait dans ce sens  mais ils sont vite désemparés, désabusés  et déçus des aléas d’un environnement qui n’est pas le leur.

À quoi bon de bénéficier d’une aura enviable  et  d’être  intègre et fidèle à un idéal  puis se retrouver  marginalisé dans le processus décisionnel et dans la réflexion stratégique du pays?  That ‘s  the question..!

Mohamed  Kasdallah
Officier (r) de l’Armée Nationale


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
Habib OFAKHRI - 01-04-2020 22:19

"Le pouvoir ne se partage pas" soutient,en substance, Montesquieu soulignant qu'on y parvient par la force et l'on se maintient par la ruse...Elementaire. Or celui qui détient le pouvoir détient à fortiori celui de la légitimité de la force...Elementaire. Depuis,le monde des idées a changé .Les techniques de communication et les modes de gouvernance aussi.Apres la Revolution Tunisienne 14/01,les institutions semblent en"guerre froide" les unes avec les autres .Et il en sera ainsi ,aussi longtemps que la charpente constitutionnelle reste en chantier de parachèvement et qu'un plan socio-economique de"la dignité "n'ait été esquissé. La chance de la Tunisie de Bourguiba est de s'être dotée d'une armée nationale et républicaine non inféodée aux partis(politiques). Il serait fastidieux d'énumérer ici les services rendus à la République, au risque de heurter l'humilité et le sens du devoir patriotique de tous les corps militaire et para-militaire. Reste que sous le prisme de la Responsabilit'e,le politique et le militaire partagent le sens aigu de l'État,la hauteur et la vivacité de l'intelligence ainsi que la connaissance des réalités.Pour le journaliste ,ça se traduit en (observer,écouter, analyser et proposer). En fine,l'art de commander réside dans l'aptitude à prévoir et non d'improviser.A cet égard,le champ des contributions demeure ouvert à tous les citoyens tant que celles-ci servent l'intérêt général et la souveraineté du pays...

KADDOIR - 05-05-2020 21:31

Mon Général. Je suis avec beaucoup d'intérêt vos différentes interventions que j'approuve entièrement. Vous pensez comme vous l'avez toujours fait pendant toute votre carrière que vous avez terminé avec brio. Il est tout à fait logique que vous offrire maintenant vos compétences pour continuer à participer à la vie politique,mais vous constatez quelques déceptions du manque d'enthousiasme avec «les politiques»,dont la majorité n'ont pas fait leur service militaire. Vois pensez bien que vous allez remuer en eux un sentiment de honte cachée. Vous voulez servir encore servir,mais vous allez cotoyer une frange qui pense autrement de cette «bolitique». Vous pensez juste,et vous avez une logique qui n'est pas la leur. Ce sont des civils !!!!

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.