News - 24.06.2022

Tunisie: Chaleur, canicule et orages, le trio de l’été

Par Ridha Bergaoui - La Tunisie, comme de nombreux pays méditerranéens, connait ces derniers jours une vague de chaleur caniculaire. Les températures enregistrées dépassent parfois plus de 6°C la température moyenne normale.

Le sirocco, ce vent chaud venu du Sahara, aggrave la situation et rend la situation encore plus difficile. La nuit, la température peine à tomber ce qui met à rude épreuve tous les êtres vivants aussi bien les humains que les animaux et les plantes.

Le dérèglement climatique

Le réchauffement climatique est une réalité qui frappe de plein fouet la Tunisie. Le manque de pluie et la sécheresse, l’augmentation de la fréquence des phénomènes extrêmes (canicules, sécheresse et inondations), les perturbations des écosystèmes sont parmi les indicateurs du dérèglement climatique imputé essentiellement à l’accumulation des gaz à effet de serre (GES) résultant des activités économiques humaines (transport, agriculture, industrie…).

Lutter contre le réchauffement climatique concerne tout le monde et particulièrement les pays industrialisés qui représentent les plus grands pollueurs et producteurs de GES. Tous les pays sont appelés à réduire leur production des GES, particulièrement les émissions de CO² afin de ne pas dépasser, à l’horizon 2030, les 2°C par rapport au niveau préindustriel (accord de Paris sur le climat, COOP21, 2015).

Effets de la chaleur

• Sur notre confort et notre santé

L’homme est un homéotherme, dont la température interne est maintenue constante quel que soit la température ambiante. L’augmentation, comme la diminution, de la température interne est considéré comme un indicateur de l’état de santé.

L’excès de température représente une source d’inconfort. En cas d’exposition à des températures élevées, l’organisme réagit surtout par sudation pour essayer d’évacuer l’excès de chaleur. Il a tendance également à réduire l’accumulation de chaleur (réduction de l’appétit et des activités physiques).

L’échec des mécanismes de réduction de la température interne peut conduire au décès de la personne en situation d’hyperthermie. Les enfants de moins de 4 ans et les personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que les femmes enceintes sont très sensibles à l’excès de chaleur.

Avec la chaleur on transpire, on n’arrive pas à se concentrer et, la nuit, on n’arrive pas à dormir. Il faut combattre la chaleur et se rafraichir.

• Chaleur et besoins en eau

Il est certain que la consommation d’eau atteint un pic en été aussi bien en agriculture (pour l’irrigation des cultures) que pour l’eau potable. Les ressources en eau étant très limitées, surtout que la Tunisie vient de passer par des années de relativement sèches, les responsables trouvent des difficultés à satisfaire toutes les demandes (ménages, hôtellerie, industrie et agriculture). Plusieurs régions se trouvent privées d’eau en été.

Des efforts doivent être déployés pour bien mobiliser et gérer nos ressources hydriques, éduquer et sensibiliser les citoyens et responsables pour l’économie de l’eau et la préservation de cette ressource indispensable mais de plus en plus limitée.

• Effet sur le cheptel

La canicule a également des effets sur le cheptel. Des mortalités élevées sont souvent observées dans les élevages particulièrement les élevages intensifs où les animaux se trouvent emprisonnés dans un espace limité et exposés au stress thermique.

• Augmentation des incendies

En été et avec la sécheresse, les incendies sont très fréquents. La vigilance est nécessaire pour prévenir et combattre ce fléau souvent dévastateur surtout en présence de vents et de difficultés d’accès des services de la protection civile.

• Développement des insectes et nuisibles et dégradation de l’air

La chaleur entraine le développement des insectes nuisibles. Dans les lacs et sebkhats, le développement des algues et des bactéries entraine un appauvrissement de ces plans d’eau en oxygène et le dégagement de gaz et d’odeurs désagréables.

La canicule entraine également l’accumulation, dans les grandes agglomérations et aux pics de circulation, de l’ozone et la dégradation de la qualité de l’air.

Ventilation vs climatisation

Le ventilateur ne refroidit pas mais fait circuler l’air ce qui accélère la transpiration et donne cette sensation de fraicheur. Le climatiseur, au contraire, rafraichit l’air et fait diminuer la température du local.

Le ventilateur est efficace même dans les espaces ouverts (jardin, terrasse…) mais peut soulever des poussières désagréables et d’allergènes qui peuvent indisposer des personnes sensibles.

La climatisation nécessite plus d’énergie et coute plus cher tant à l’équipement qu’au fonctionnement. Il n’est pas économique ni utile de régler très bas son climatiseur (au-dessous de 26°C) pour ne pas risquer un choc thermique préjudiciable à la santé. Pour une climatisation efficace et économique, il faut veiller à une bonne isolation du local et éviter des pertes d’air frais en fermant bien les ouvertures. Au niveau national, l’utilisation généralisée de la climatisation entraine une demande élevée en électricité et peut conduire à des coupures techniques d’électricité par la STEG pour incapacité d’y faire face.

L’eau peut être également utilisée pour combattre la chaleur. En s’évaporant, l’eau absorbe des calories ce qui permet de rabaisser la température. L’exemple typique est la traditionnelle gargoulette en argile poreux qui laisse la paroi humide. En s’évaporant cette eau rafraichit le récipient et son contenu.

La brumisation (suspension dans l’air de gouttelettes très fines d’eau qui s’évapore rapidement) permet de baisser la température. Associée à la ventilation, l’évaporation de l’eau permet un rafraichissement efficace de l’air et une sensation agréable de fraicheur. De nombreux systèmes existent dans le commence aussi bien pour des besoins personnels que pour le conditionnement économique de grands bâtiments à usage industriel ou pour l’élevage.

Combattre la chaleur

Dans les villes, la présence d’arbres, d’espaces verts, de fontaines et de points d’eau permettent le rafraichissement de l’air et des citadins qui le désirent. Avec le réchauffement climatique inévitable, il est indispensable de prévoir de tels aménagements lors de la conception des plans d’aménagement de nos villes avec la création de zones d’ombre et de fraicheur très utiles pour nos concitoyens.

La lutte contre la chaleur commence également avec la conception des bâtiments. Celui-ci ne doit pas être exposé avec les ouvertures directement au soleil. De nos jours, il est pratique d’utiliser en façade de grandes ouvertures en verre avec des boiseries en aluminium et sans persiennes. Cette solution entraine l’accumulation de la chaleur à l’intérieur du bâtiment (effet serre). Il est nécessaire soit d’avoir un double vitrage pour une isolation thermique satisfaisante soit d’avoir des persiennes pour empêcher la pénétration de la chaleur à l’intérieur du local. Essayer de garder le local frais en fermant, le jour, les persiennes et en tirant les rideaux. Le soir, il faut ouvrir pour rafraichir la construction.

Des règles de conduite de bon sens

Afin d’éviter la déshydratation et de combattre la chaleur, il faut observer les quelques règles suivantes:

Bien s’hydrater pour compenser la perte en eau par transpiration. Eviter de boire de l’eau froide qui demande à l’organisme de produire de la chaleur pour l’adapter à la température du corps. Une eau froide donne également l’impression d’avoir encore soif.  Les boissons sucrées et sodas sont à éviter car elles donnent davantage soif. Le mieux c’est de boire de l’eau plate à température ambiante ou légèrement rafraichie.

On peut passer sur le corps (nuque, bras, visage…) un linge humide pour lutter contre la chaleur. Surtout ne pas prendre de douches froides qui peuvent déclencher des réactions contraires mais préférer des douches tièdes et baisser lentement la température pour éviter les chocs thermiques.

La logique c’est de ne pas s’exposer directement au soleil, se protéger de la chaleur et porter des habits amples en coton

Durant les heures chaudes de la journée, il faut limiter les exercices physiques et les sorties qui génèrent de la chaleur. Manger léger et de préférence des salades, des repas froids et légers. 

De nombreuses personnes sont obligées de travailler en plein soleil, c’est le cas des ouvriers du bâtiment, des routes, des agents de la circulation et bien d’autres métiers. Ces personnes, travaillent dans des conditions très pénibles et difficiles et méritent tout notre respect et considération. Ils doivent se protéger contre le soleil et boire souvent pour bien s’hydrater et éviter les coups de chaleur.

Orages et inondations

Avec le dérèglement climatique, les orages sont de plus en plus fréquents. On a bien observé, ces dernières années, des orages violents durant les mois d’aout et même en juillet. Ces orages peuvent conduire à la chute de quantités importantes de pluie en très peu de temps. Malheureusement nos infrastructures routières et nos réseaux d’assainissement sont mal en point, souvent mal calibrés, vétustes et bouchés ce qui entraine l’accumulation de quantités importantes d’eau dans les rues. Ces inondations mettent en difficultés les citoyens et les conducteurs et aggravent les difficultés d’une circulation routière déjà difficile et problématique.

Les services du Ministère de l’Equipement et les Municipalités sont appelés à procéder au plus vite à l’entretien des réseaux avant l’arrivée des orages. Le citoyen est en grande partie responsable. Des ordures ménagères et parfois des matelas usagés, du mobilier et autres équipements domestiques hors usage, sont souvent jetées par nos concitoyens dans les canalisations et les caniveaux et viennent empêcher l’évacuation de l’eau pluviale. L’accumulation des sachets en plastique est la principale cause des canalisations bouchées.

Le dérèglement climatique notre destin inévitable

Le dérèglement climatique, est une réalité dont il faut prendre conscience. Il est indispensable d’adapter nos comportements et habitudes et dresser des stratégies pour affronter ce changement climatique et l’intégrer dans toutes nos politiques de développement et éviter le pire.

Avec le réchauffement climatique, les étés deviennent de plus en plus chauds, les épisodes de canicules de plus en plus fréquentes et longues et les orages de plus en plus précoces et nombreux. Il faut désormais en tenir compte dans toutes nos stratégies et prendre les mesures nécessaires pour limiter leurs conséquences aussi bien sur le plan individuel qu’économique et social.

Quoique la Tunisie produise très peu de GES, elle s’est engagée à réduire, d’ici 2030, de 45% ses émissions de CO² et développer les énergies renouvelables, propres. De grands progrès restent à faire pour atteindre cet objectif ambitieux et honorer nos engagements.

Enfin, une attention particulière à nos animaux domestiques qui souffrent également de la chaleur. Mettre à leur disposition des animaux, un récipient d’eau pour s’altérer et se rafraichir est signe de civisme et d’empathie pour ces êtres fragiles et souvent impuissants.

Ridha Bergaoui
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.