News - 26.01.2021

Nommée par Biden ambassadrice des Etats-Unis à New York : Pourquoi Linda Thomas-Greenfield est un choix judicieux pour l'ONU, selon Gordon Gray

Par Gordon Gray - Linda Thomas-Greenfield est la femme idéale pour travailler aux Nations-Unies. Le Sénat (américain) devrait la confirmer sans délai.

Si mes trente-trois ans de diplomatie américaine m'ont appris quelque chose, c'est que la diplomatie est un multiplicateur de force pour l'influence de l'Amérique dans le monde. Si nos outils militaires, économiques et culturels sont puissants, la diplomatie est la façon dont nous canalisons ces avantages en résultats positifs. Et il n'y a pas de plus grande scène pour la diplomatie que les Nations unies. Ayant travaillé directement sur les questions relatives aux Nations unies au cours de ma carrière au Département d'État, je sais qu'avoir la bonne personne à la tête de notre mission à New York peut faire la différence entre une politique efficace et une politique qui tombe à plat.

C'est pourquoi j'ai été si heureux d'apprendre que le président Joe Biden a choisi Linda Thomas-Greenfield pour être le prochain ambassadeur des États-Unis auprès des Nations unies. Superstar parmi les diplomates, elle est la bonne femme, au bon moment, pour assumer la tâche cruciale de réparer les relations du pays avec le monde et de multiplier son influence.

Pour moi, la démonstration la plus claire de la valeur de la diplomatie a eu lieu pendant mon mandat d'ambassadeur en Tunisie, lorsque les protestations contre l'oppression politique, le népotisme et la corruption ont donné le coup d'envoi du printemps arabe. Des révolutions, des manifestations et des guerres civiles se sont répandues en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, y compris dans la Libye voisine. Des vagues de réfugiés et de migrants ont fui vers la Tunisie, cherchant à se mettre à l'abri de la guerre civile qui se préparait. Si ces personnes n'avaient pas reçu les soins nécessaires, un désastre humanitaire et politique se serait produit.

Ce n'était pas un problème que la force militaire, la puissance économique ou les valeurs culturelles pouvaient résoudre à elles seules. Au contraire, il a fallu le travail acharné de la coopération et de la diplomatie. L'ONU et ses agences apparentées sont intervenues dans la brèche et ont aidé à coordonner une réponse efficace. La communauté internationale - gouvernements et organisations humanitaires - a répondu à l'appel urgent des Nations unies pour obtenir une aide financière et logistique. En travaillant en étroite collaboration avec le gouvernement tunisien, volontaire mais à bout de souffle, les Nations unies, les États-Unis et les organisations non gouvernementales ont réussi à transformer une situation qui aurait pu être une poudrière en une migration mieux gérée et contrôlée.

Mon expérience en Tunisie a mis en évidence ce que je considère comme les points forts de la diplomatie : la capacité à s'organiser face à l'imprévu, la capacité à construire et à maintenir des partenariats, et le souci de la dignité et du bien-être des gens au quotidien. Et ce sont précisément les qualités qui caractérisent Linda Thomas-Greenfield.

Tout d'abord, elle a dû faire face à l'adversité et à des situations inattendues à de multiples reprises dans sa carrière et dans sa vie. Linda Thomas-Greenfield a le mérite d'avoir appris de sa mère la valeur de la résistance à l'adversité. Lorsqu'elle est devenue étudiante à LSU, elle a dû endurer des gens comme David Duke, ancien grand sorcier du Ku Klux Klan. Sa carrière diplomatique a été parsemée de défis à relever. Thomas-Greenfield a servi au Rwanda pendant le génocide contre les Tutsis et a failli être tuée au cours de ce processus. En 2008, elle est devenue ambassadrice au Liberia, un pays qui sortait d'une longue guerre civile et a élu la première femme présidente d'Afrique. Elle a ensuite dirigé le bureau Afrique du Département d'État, contribuant à l'élaboration d'une réponse efficace à la pandémie d'Ebola.

Deuxièmement, elle est une multilatéraliste avisée et prudente. Mme Thomas-Greenfield a servi aux plus hauts niveaux du Département d'État, en partie grâce à sa capacité à créer des coalitions pour mener à bien des réformes difficiles. Elle a déjà servi à Genève, où elle a travaillé à la promotion des intérêts américains auprès des agences des Nations unies basées dans cette ville.

Plus important encore, pendant son séjour au Département d'État, elle a été l'une des premières à reconnaître et à préconiser des solutions au problème flagrant de la diversité au sein du Département. Elle a depuis lors exposé une vision convaincante de la manière dont nous pouvons rajeunir le Département d’Etat.

Enfin, Thomas-Greenfield a fait de sa préoccupation réelle pour la vie des gens une pièce maîtresse de sa carrière. Connue pour son style de "diplomatie gumbo" centrée sur les personnes, elle a apporté une réelle préoccupation pour les droits de l'homme et les effets tangibles de la diplomatie américaine lors de son mandat de sous-secrétaire d'État adjointe pour la population, les réfugiés et les migrations. Cette préoccupation pour nos valeurs et pour la façon dont la politique américaine peut améliorer la vie dans le monde entier est l'une des principales raisons pour lesquelles je serai fier qu'elle représente notre pays à New York.

En tant que diplomate, il y a peu de plus grands honneurs que d'être désigné pour servir son pays en tant qu'ambassadeur. Et parmi les ambassades, il n'y en a aucune qui ait une signification et une responsabilité plus importantes que celle des Nations unies. L'Amérique a besoin de quelqu'un qui y représente le meilleur de la diplomatie américaine - et c'est pourquoi le Sénat devrait confirmer sans délai la nomination de Thomas-Greenfield.

G.G.

Version originale publiée dans The National Interest

Gordon Gray est le chef des opérations du Center for American Progress. Il est un agent du service extérieur de carrière qui a été ambassadeur des États-Unis en Tunisie au début du printemps arabe et sous-secrétaire d'État adjoint pour les affaires du Proche-Orient.

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Jamila - 28-01-2021 00:12

Les ONG Africaines avec leurs partenaires Européennes ne gardent pas des bons souvenirs de cette Nouvelle Représentante des USA à l'ONU. Elle a joué le même rôle que la représentante Albright avait joué contre l'Irak .

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.