News - 23.01.2021

Slaheddine Dchicha: «La stratégie de Shahrazade» d’Abir Moussi

S’il est aujourd’hui admis par tous que le colonialisme a été un épisode violent, souvent féroce et toujours humiliant dans l’histoire des relations entre les pays, les peuples et les cultures, il arrive encore que l’on occulte ou néglige le caractère agressif de la pénétration étrangère durant les années qui précédèrent de peu l’occupation directe. L’attention se limitant  généralement à la description des difficultés d’un pouvoir local en proie à des difficultés budgétaires et leur cortège d’errements, d’incurie et de corruption. Or, l’arrivée des troupes coloniales ne fut, si l’on ose dire, que l’aboutissement politico-militaire d’un impérialisme occidental qui se manifesta d’abord sous la forme d’une agression à caractère économique et financier menée par des banquiers et des industriels «bon teint» mais aussi par une nuée d’affairistes et d’aigrefins.

A en croire les sondages, le Parti destourien libre (PDL) d’Abir Moussi, qui depuis 2019 compte modestement 17 députés, est désormais la première force politique en Tunisie. En effet, après avoir été accrédité  en juillet dernier de 28% et en septembre  de 36%  des intentions de vote, le voici à la  fin novembre, selon le même institut de sondage Emrhod Consulting, augmentant son avance et confortant sa première place avec 38%  des intentions de vote.

Même si les sondages, on le sait, ne font que refléter l’état de l’opinion à un moment donné et même si de l’intention au vote effectif, la distance est grande, il s’impose de s’interroger sur les raisons de l’ascension fulgurante  et désormais continue de cette formation  politique.

A star is born

A ses débuts  sous une autre appellation et une autre présidence, ce parti était modeste et n’a obtenu en 2014 que des résultats insignifiants. En 2016, il s’est donné un nouveau nom et une nouvelle présidente et depuis, il n’a cessé de progresser et de gagner en importance.

A cela différentes raisons dont la première est le contexte politique. En effet, le paysage politique tunisien  se trouve  sinistré par  l’effritement continu des partis politiques. Effritement dû d’une part à  la forte abstention et à  la multiplicité des formations politiques estimées à plus de 200, d’autre part à la déception des citoyens par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis la Révolution, à la peur et au sentiment d’insécurité qu’ils éprouvent et à la nostalgie d’un régime autoritaire et répressif  mais désormais perçu comme rassurant et protecteur.

Le deuxième facteur qui favorise le succès de Madame Moussi, c’est le dense réseau de soutiens dont elle bénéficie, constitué de personnalités de l’ancien régime encore très influentes et disposant d’une expertise et d’un savoir-faire certains.

Quant au dernier facteur, il tient à l’intéressée elle-même. Abir Moussi est dotée d’un physique imposant et à la fois avenant qui, ajouté à une personnalité forte et  à un verbe haut, lui donne une aura et  un charisme  indéniables. Cependant, tous ces éléments n’appartiennent pas exclusivement à Abir Moussi et se trouvent partagés, dans des proportions certes variables, par plusieurs membres du personnel politique tunisien. Alors  pourquoi  est-t-elle la seule à les  mettre à  profit?

Raconte-moi une histoire

C’est là  qu’intervient  le  storytelling, cette technique de communication qui semble être pratiquée, consciemment ou  pas, par le PDL et sa présidente  et qui consiste à mettre en récit tout acte politique  tel  qu’une  campagne  électorale,  une réforme  ou  une loi… Cependant,  cette  mise en récit se doit de prendre impérativement la forme narrative du  conte  et requiert  donc,  comme tout conte, outre  une quête  dont la réalisation se heurte à des obstacles, des protagonistes bien caractérisés et  stylisés  jusqu’à  la  caricature. 

Ainsi à en croire Abir Moussi, à la  lire, l’entendre et surtout la voir agir, le  narratif  pourrait  être reconstitué  comme suit: «kan ya makan… un  merveilleux petit  pays nommé Tunisie où régnaient le calme et la prospérité grâce à la sagesse de ses  dirigeants jusqu’au jour où des traîtres se sont associés à des malfaiteurs étrangers pour semer le trouble, le chaos  et  la violence…

Ces factieux auraient été menés par un méchant vieillard qui s’est très tôt opposé au fondateur de la nation  et à son héritier et successeur. Il aurait profité de la confusion générée par le complot pour prendre le pouvoir et s’atteler  à l’instauration d’un régime théocratique,  remettant ainsi en cause et altérant l’identité et l’exception  tunisiennes. Il aurait, par ailleurs,  dépêché de  nombreux jeunes au jihad et serait même  impliqué dans  le terrorisme, voire dans des  assassinats politiques…

Face à ces marchands de religion, à ces «khwenjias» s’est dressée  une jeune et jolie avocate d’origine modeste qui, à force de travail et d’obstination, est parvenue à la tête d’une formation politique et depuis lutte pour la préservation  de l’héritage de Bourguiba et surtout n’hésite pas à afficher courageusement sa fidélité au dictateur déchu, Ben Ali.»

On le voit donc, cette femme moderne et émancipée s’oppose farouchement à Rached Ghannouchi, président à la fois  de l’ARP et du parti  islamiste  Ennahdha. Et leur opposition va  jusqu’à  la  langue. Alors que  le «Cheikh» utilise  un arabe proche-oriental connoté étranger et «frériste», la jeune «passionaria», en digne fille  du  peuple, «houmania» et moderniste, manie l’arabe dialectal connoté national même s’il est citadin et tunisois plutôt que tunisien.

Ainsi, dans ce récit, le monde se trouve  simplifié et schématisé. Il y aurait d’un côté, la jeunesse, la modernité, la tunisianité laïque et fidèle à l’héritage bourguibien, et de l’autre, la vieillesse, la tradition obscurantiste, le passéisme salafiste et la nostalgie du khalifat…vision binaire et manichéenne!

Une série nommée Abir

Mais  il ne suffit  pas de raconter des histoires, encore faut-il  captiver sans cesse l’attention et sans cesse susciter et entretenir l’émotion chez l’auditeur-cible, ce qu’a parfaitement réussi à faire Shahrazade  puisque, comme chacun le sait, elle est parvenue à  entretenir  le désir et à relancer le suspense durant mille et une nuits. Ce savoir-faire ancien a été récemment revisité et théorisé aux Etats-Unis par Ira Chernus(*), professeure à l’Université du Colorado, et en France par le chercheur Christian Salmon(**) et  depuis, son usage s’est répandu en marketing et dans la communication politique.

Et c’est ce même savoir-faire que l’on voit appliqué par le PDL et par sa présidente. En effet, Abir Moussi est omniprésente: au Parlement, sur les plateaux de télévision, à la  radio,  devant  le siège de l’Union internationale des savants musulmans (Uism) à Tunis, à la Cité de la culture pour soutenir les artistes…partout !

Maîtresse des horloges, elle impose son agenda et ses thématiques à ses adversaires politiques: elle multiplie  les déclarations, les dénonciations et les motions, intente des procès, organise les interventions, les manifestations,  les grèves, les sit-in…Le tout sous le regard de ses concitoyens qu’elle rend témoins de ses actions par la parole, l’écrit et l’image. Cet activisme incessant et répétitif est administré quotidiennement à l’instar des  épisodes d’un feuilleton ou  d’une série dont raffolent les Tunisiennes  et les Tunisiens. Cependant, afin que  l’addiction s’installe, il faut éviter la lassitude et la banalisation et donc entretenir le clivage, voire le conflit, en suscitant la polémique, et en provoquant le «clash», ce en  quoi excelle Madame Moussi  dont la  marche vers le pouvoir peut  sembler inexorable. 

Inexorable, tant que les citoyens lui  prêtent confiance mais au moindre doute, la magie s’évanouit et le charme cesse d’opérer. Or certains éléments portent au scepticisme: le  ralliement de Mohamed Ghariani, le dernier secrétaire général du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) comme conseiller de Rached  Ghannouchi  fait voler en éclats la vision manichéenne et  binaire qu’entretient Abir Moussi entre  les destouriens modernes et progressistes et les kwenjias obscurantistes et réactionnaires. D’autant  qu’ils présentent  plus  d’un point commun. Ainsi sont-ils  tous les deux contre l’égalité dans l’héritage et contre la dépénalisation de l’homosexualité sous prétexte de préserver la famille. Par ailleurs, le PDL et Ennahdha ne sont-ils  pas l’un comme l’autre sous influence étrangère même si le parrain de l’un est le Qatar et celui de l’autre les Emirats arabes unis !... Bonnet blanc, blanc bonnet !.

Slaheddine Dchicha

* Ira Chernus, «Karl Rove’s Scheherazade strategy», 7 juillet 2006, Tomdispatch.com.
** Christian Salmon, Storytelling, La Découverte, 2017



 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
7 Commentaires
Les Commentaires
HLN - 23-01-2021 14:20

Beaucoup de vérités ont été évoqué ce récit feuilletonisé de SlaheddineTchicha, mais il néglige dans ce récit les compétances des membres du PDL mais aussi et particulièrement celles de Abir Moussi, cette compétance considèrée comme étant une denrée rare de nos jours, elle possède la matière, la maîtrise, la manie avec soins, en un mot, elle est convaincante, elle la meilleure sur la scène politique...

Noureddine YAGOUTA - 23-01-2021 23:12

Bonne analyse, toutefois, cette battante a le mérite qu'on lui prête toute l'attention car elle incarne la laïcité, le modernisme, la beauté physique, le courage face à tous les opposants au PDL. Cette femme mérite la place de première Dame. Regardez la jolie Présidente de la CROATIE,,!!! Celle-ci a réussi à mettre de l'ordre dans son pays. Espérant que Abir Moussi fera de même dans les prochaines élections.

Zm - 24-01-2021 07:37

Très intéressant en général. Sauf que, si la double tutelle turco-qatarie est incontestable l’imaratie n’est qu’un leurre fabriqué par les opposants du PDL.

Imed Zayani - 24-01-2021 11:57

N'importe quoi...

magid nefkha - 29-01-2021 04:04

Jamais lu sur leader's un texte aussi bourru de contre-vérités. Il continue même de nous susurrer pour étayer son bonnet que le PDL est contre l'égalité. On ne peut rien ajouter

Mondher Belhadj - 05-02-2021 20:33

Une analyse qui emane d'une bnne perception de la sitation. Merci

Arbi Soussi - 17-02-2021 09:32

Non ! Abir Moussi n’est pas « Shahrazade». Réponse à l’article «La stratégie de Shahrazade» d’Abir Moussi paru sur leaders.com.tn M. Slaheddine Dchicha, auteur de cet article fait une analyse sur la stratégie de communication politique du parti PDL et sa présidente, en se basant sur certaines notions de « stroytelling », pour expliquer en parti la remonté spectaculaire du PDL et d’Abir Moussi dans les sondages d’opinion. Une stratégie d’efficacité tissée autour des qualités de leadership d’Abir et de son tempérament. La personnalité imposante d’Abir Moussi a marqué l’esprit des Tunisiens en une période de défiance du politique et d’échecs successifs. Certes, l’arrivée d'Abir Moussi avec son bloc au parlement a levé partiellement les rideaux sur ce parti. Ils ont même pu imposer leur agenda sur le parlement et le débat politique dans les médias. Abir a réussi à faire de ses clashes quotidiens une attraction aussi populaire que médiatique. Des milliers qui suivent ses « Facebook-live ». Des plateaux TV et radios se sont ouverts à répétitions pour permettre à Abir Moussi d’exposer ses récits, mais surtout sa version des faits. Cette réussite en communication n’est sans doute pas à ignorer. Appuyer par les sondages, Abir Moussi se voit déjà leader d’une opposition regroupée autour d’elle et de son combat face à l’ennemis unique (le parti islamiste Ennahdha et ses alliés). L’opposition, jusque là prudente, voit ce ménage comme une opportunité pour affaiblir un adversaire de taille, qu’elle n’a dérogé que de peu pendant toute une décennie, Ennahdha n’a jamais était aussi fragilisée qu’après les assailles d’Abir Moussi. Pour une bonne partie de l’opinion publique Abir présente une aubaine, pour faire face au pitoyable spectacle politique offert au parlement, la détérioration sans précédent du pouvoir d’achat, du service public, du fléau de la corruption et ses ramifications. Rebaptisée « Abourra » pour la cause, son foudre qui s’abat sur les députés et les ministres se transforment est un remède pourvu qu’il les éradique totalement. Le rejet de la classe politique est à son extrême et Abir en est pour quelque chose. Son brouhaha médiatique s’impose comme une recette fulgurante et unique réponse aux locataires de Bardo. Selon Slaheddine Dchicha, cette stratégie est gagnante, parce qu’elle tient le public en haleine à l’image d’une série où la conquérante œuvre dans chaque nouvelle aventure à ridiculiser son ennemie où boycotter son stratagème, comme une « Shahrazade» qui nourri notre imaginaire de contes tout en défiant le Sultan. Notre auteur nous a bien expliqué comment le storytelling en communication est utile pour créer une identité politique, comme la naissance d’une « star » où les fans le maintiennent sur le haut de la scène. Toutefois, si nous nous arrêtons sur le « comment ça marche ? », nous allons découvrir que Mme Moussi a un faible stoytelling et elle est loin de concevoir une «stratégie de Shahrazade». The « good story  » Le choix d’une bonne histoire est décisif pour convaincre. Le « good story  » est le fruit d’un ancrage dans la culture et l’authenticité d’un peuple. Le décor implanté dans la communication narrative reflète les valeurs qui rassemblent les citoyens. Le storytelling est comme un Art, car il fait rêver, il suscite la satisfaction, il emporte dans une dynamique positive et engage dans une narration politique collective. Les gens se connectent au narrateur politique comme ils se connectent avec un bon feuilleton car tout simplement il raconte une bonne histoire. Abir Moussi n’est pas une narratrice et elle ne possède pas de bonne histoire à raconter. Toute son histoire politique se résumerait dans les années sombres du RCD et dans "الله وأحد بن علي ما كيفو حد". Rien ne peut sortir d’elle comme narration politique. Elle a toujours eux, en subconscient, qu’elle doit adopter une narration attirante et convaincante (pas celle du RCD). Son souci de monter la photo de Bourguiba devant son siège au parlement témoigne de la tentative d’attachement aux sources et aux valeurs du Bourguibisme. A part cette photo de Bourguiba, Abir Moussi implante un autre décor, celui de l’affrontement. Elle est toujours présente pour un clash et non pour un débat, sur l’arène d’un spectacle houleux pour écraser quelqu’un et non dans espace de débat publique. En captivant les voyeurs dans le live de Facebook ou sur le devant de la télévisons, elle se déchaîne pour écraser les complotistes, les traitres et les vendus. Elle gagnera que par la force de l’irradiation. Plus le clash est grossier et plus elle réussira à les spolier, plus le spectacle réussi. Ces mises en scène d’affrontement se nourrissent de la force de segmentation des réseaux sociaux, de leurs capacités d’envelopper les gens dans un communautarisme sélectif de l’information qui ne fait que multiplier la haine, la discorde et la polarisation. A-t-on vu ou entendu le Zaim Bouguiba faire ce genre de scène ? Playdoyer pour une cause autre que le salut du tunisien ! C’était le grand narrateur qui séduisait tant de générations. Qui n’a jamais conduit son pays qu’avec des vraies valeurs nationalistes et authentiques.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.