News - 06.05.2020

Dr Faiez Amouri: Le Covid 19 est une maladie auto-immune

Le COVID-19 (maladie à coronavirus 2019) est un problème de santé publique à l’échelle internationale. Il est urgent de trouver des traitements basés sur les connaissances scientifiques et les données épidémiologiques actuellement disponibles..

Dans cet article, nous présentons une nouvelle hypothèse décrivant comment la gravité de la pathologie résulte principalement des réponses des anticorps au SARS-CoV-2 (virus causant le COVID-19) et non de l'action directe du virus.

Le SARS-COV2 semble altérer la cellule endothéliale. Le mécanisme physiopathologique n'est pas encore élucidé. Les dommages causés ressemblent à une vascularité systémique, multi-organes, principalement dans les poumons. De nombreux cas de myocardites ont été également objectivés à l’autopsie avec des images d’infiltrats lymphocytaires. Une augmentation des complications thromboemboliques a été observée chez les patients atteints de COVID-19.

Celles-ci se manifestent par des embolies pulmonaires ou des micros thromboses systémiques se manifestant par une microangiopathie affectant les poumons, le cerveau, le foie, les reins, la peau et les intestins.

Par conséquent, nous émettons l'hypothèse qu'un déficit auto-immun acquis en protéine S (la protéine S est un inhibiteur physiologique de la coagulation) pourrait être impliqué dans la pathogenèse des événements thromboemboliques durant le COVID-19. Des auto-anticorps dirigés contre la protéine S peuvent former des complexes immuns, induisant un déficit secondaire en  Protéine S ou interférant avec le système de la protéine C-protéine S.

En conclusion, nous présentons un nouveau concept liant la gravité de la pathologie aux réponses des anticorps au SARS-COV2. Plus précisément, l'infection durant le COVID-19 stimule la production d'anticorps anti-protéine spike développés contre cette protéine virale qui constitue le déterminant immunologique majeur de ce virus. En raison des similitudes entre cette protéine virale et la protéine S, les anticorps attaquent la protéine S, ce qui entraîne son déficit ou son dysfonctionnement. Ceci, à son tour, favorise la thrombose.

En conséquence, un traitement immunosuppresseur tel que l'hydroxychloroquine (HCQ) ou un traitement immunomodulateur tel que le tocilizumab pourrait être suggéré pour contrôler la maladie dans ses formes précoces en réduisant la réponse immunitaire de l'hôte.

Une thromboprophylaxie précoce  chez les patients infectés, ou même une anticoagulation efficace, pourrait empêcher la progression vers des formes graves, réduisant ainsi la mortalité chez les patients atteints de COVID-19. La protéine C activée (APC), un inhibiteur physiologique de la coagulation ayant des propriétés cytoprotectrices, pourrait être une piste intéressante pour le traitement des formes graves de la maladie en soins intensifs ; son administration chez les patients hypoxiques pourrait améliorer l'oxygénation tissulaire.

Dr Faiez  Amouri
Anesthésiste réanimateur à la clinique du Trocadéro, Paris 75016


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
Nadine - 08-05-2020 23:58

Est ce moi ou c est tres semblable au syndrome antiphoslolipide, maladie auto immune dont Je suis moi même atteinte...?

Asma jouini - 25-05-2020 21:54

Tous mes respects et remerciements au docteur AMOURI, qui a pris en charge mon mari et moi dès les premiers symptômes du covid-19, nous avons suivi son protocole et ses consignes à la lettre, nous sommes vraiment sauvés du pire! il nous a suivi avec beaucoup de professionnalisme, une personne d'une grande humanité!! Encore un grand MERCI et bonne continuation.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.