News - 07.11.2019

Le malaise des jeunes médecins : une plaie ouverte qui ne trouve pas médecin

De nos jours nous vivons au rythme des actions de protestation de nos jeunes médecins en formation contre ce qu'ils considèrent comme un abus de pouvoir et une atteinte à la liberté d'expression subite par un de leurs confrères.

En effet l'instance académique de la faculté de médecine de Tunis n'y est pas allée de main morte pour sanctionner l'auteur d'une publication sulfureuse sur un groupe fermé sur Facebook qui regroupe les étudiants de la faculté de médecine de Tunis.

Je ne vais pas rentrer dans les détails de l'affaire en question, mais ce qui m'a surpris et étonné c'est le manque de communication entre les étudiants et le cadre enseignant, le manque de respect de certains envers leurs maîtres et la rigidité de l'administration et du conseil de discipline de la faculté qui n'a pas hésité à punir sévèrement une publication Fb comme s'il fallait faire un exemple ou un bouc émissaires.  ont-ils peur que ces jeunes s'expriment ?.

Toutes cette affaire n'est qu'un symptôme d'un malaise très profond qui touche tous les protagonistes jeunes et seniors je republie ici-bas une publication que j'ai rédigé sur Facebook en 2018 qui  diagnostique et donne  un traitement pour ce mal :

{Le malheur de la génération actuelle de jeunes médecins, c'est qu'elle n'a que rarement été en contact avec les grands mentors de la médecine tunisienne, elle a été très mal encadrée, elle a été témoin de tous les maux qu'a fait subir à notre corps de métier l'activité privée complémentaire (APC) : manque de formation, manque d'encadrement, perte des idéaux, des valeurs d'abnégation et de dévotion et de patriotisme que nos maîtres  nous transmettaient jadis.

Une jeunesse livrée à elle-même devant la complexité de notre art et la violence d'un citoyen de plus en plus exigeant et difficile à satisfaire.

C'est prévisible que ces jeunes dépourvus de toutes armes pour faire face aux défis actuel et futur de la santé publique en Tunisie, cherchent à exercer ailleurs (à l’étranger) et qu'ils aspirent à quitter, au plus vite, un secteur qui glisse de plus en plus( même dans nos centres hospitalo-universitaires) vers la pratique d'une médecine de guerre et de débrouillage .

Le cancer qui ronge notre métier c'est "l'argent " qui circule dans les couloirs de nos CHU.

L'APC abusive et anarchique finira par détruire totalement ce qu'était un succès Story nommée la médecine tunisienne.

Il faut certes que nos maîtres et professeurs aient tout le respect et les garanties morales et surtout matérielles pour mener à bien leurs missions, et il faut aussi donner les moyens nécessaires pour que nos jeunes soient en permanence encadrés et qu'ils retrouvent des modèles à qui s'identifier.

La valorisation de l'encadrement pourrait se faire par la création d'un "fonds d'encadrement et de recherche scientifique dans le domaine de santé" qui pourrait assurer une rémunération juste et équitable des efforts fournis par ces maîtres sans qu'ils soient obligés d'exercer une autre activité pécuniaire “dégradante parfois “au sein même de leurs services.

Ce fonds pourrait être financé par une augmentation du ticket modérateur des CHU pour les consultations et les actes chirurgicaux , une participation obligatoire des laboratoires pharmaceutiques tunisiens et étrangers selon leurs chiffres d'affaires, l'orientation de la "TVA de la honte" la TVA sur la maladie Payée par le secteur libéral vers ce fonds...

Ce fonds financerait le travail d'encadrement et de recherche scientifique , sans distinction entre spécialités médico-chirurgicales (là où fleurit l'APC) et les spécialités fondamentales (orphelines). ce financement serait sous forme de primes qui évoluait selon la productivité scientifique d'un service et qui fournirait un complément de salaire aux hospitalo-universitaires assistants, professeurs agrégés et professeurs qui choisiront de rester dans un secteur public sans APC et sans argent dans les couloirs...
À bon entendeur...}

L'APC est l'une des causes et non la seule de ce malaise, il faut œuvrer à mieux encadrer une jeunesse qui ne demande que ça, et ce n'est pas par coup de conseils de discipline qu'on imposerait le respect.

Docteur Alaeddine Sahnoun
président du syndicat tunisien des médecins libéraux  libéraux section de Sousse


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.