Blogs - 11.06.2019

Cette nouvelle tyrannie qui se nomme «politiquement correct»!

Sommes-nous aujourd'hui vraiement libres de tout dire et écrire, d’exprimer des opinions qui ne soient pas partagées par la multitude, de dire non là où le oui est l’opinion dominante ?  Il peut paraître saugrenu de se poser ces questions alors que la presse jouit d"une liberté totale depuis la révolution. Pourtant, je me surprends souvent à m’autocensurer, à biffer des mots, à éviter tout ce qui peut tout ce qui risque de relever de la courtisanerie  rien que pour rester dans l’air du temps.

A chaque période, son politiquement correct, cette tyrannie qui ne dit pas son nom, une tyrannie d'autant plus nocive qu'elle est librement consentie. Il n’y a pas de risque pénal quand on ne s’y soumet pas, mais on est mis au ban de la société pour avoir violé les principes du contrat social. Dressés dans la pensée unique, on s’est très vite accommodés de cette loi non écrite. Une fois de plus, la faculté d'adaptation des Tunisiens fait merveille ! On était des béni-oui-oui, nous voilà devenus des béni-non-non. Tout simplement parce qu’il fallait se conformer à l’idéologie dominante qui consiste aujourd'hui, notamment à ridiculiser les ministres à l'Assemblée, à humiler le chef de Gouvernement, à diffuser de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux pour alimenter la sinitrose, à subir sans broncher les caprices de l'Ugtt quoi qu'elle fasse parce qu'il n'est pas de bon ton de s'attaquer à la classe ouvrière. Ce sont-là, les éléments du nouveau «politiquement correct», une novlangue où les mots  patriotisme, respect, civisme ont été bannis pour céder la place à sit in, grèves, irrespect, incivisme et haine se soi.

«Semblable aux animaux, l’homme est naturellement imitatif. L’imitation. Qu’il s’agisse d’opinions, d’idées, de manifestations littéraires ou simplement de costumes, combien osent se soustraire à son empire (...). Avec des modèles, on guide les foules. A chaque époque, un petit nombre d’individualités que la masse inconsciente imite», notait déjà Gustave Le Bon, il y a plus d'un siècle. «Ce petit nombre d'individualités», ce sont nos chroniqueurs, «cette aristocratie ouvrière» qui joue aujourd'hui le rôle de directeur de conscience des Tunisiens.

On a fait certes une révolution, mais on s'est retrouvé finalement face à ce que le  le philosophe britannique Huxley appelait une dictature parfaite et La Boétie, une servitude volontaire.

H.B
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Touhami Bennour - 12-06-2019 01:59

L`état, quel État Democratique, Républicaine ou celui du passé. Il ya en effet la question de preciser quel Ètat nous voulons construire. Il ya de reformer l´Etat de la corruption, du nepotisme et liberer l´idé de l´´Etat du fetichisme qui entoure l´ idé de l´Ètat et le rapprocher du peuple par la cosolidation de la liberté et la promotion de l´idé de justice et la democratie, et ces notions ne doivent pas être vide de sens mais les mettre en pratique á chaque occasion. La justice et le travail vont ensemble, on dois s´en rappeler á chaque fois.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.