Partenaires - 04.12.2022

Quels sont les facteurs de divergence de l'inflation dans les pays émergents ?

L'inflation élevée a été un sujet dominant tout au long de cette année. Dans tous les pays, l'inflation a été alimentée par des facteurs de demande et d'offre, souvent amplifiés par des chocs exogènes ou des facteurs non économiques. Du côté de la demande, elle est principalement le produit d'une consommation excessive créée par des politiques monétaires et budgétaires ultra-libres dans les économies avancées. Du côté de l'offre, elle est affectée par les contraintes de la chaîne d'approvisionnement, l’exiguïté des marchés du travail et le manque persistant d'investissements dans l'extraction des combustibles fossiles. Les contraintes liées à l'offre ont été récemment amplifiées par la guerre en Ukraine, qui a provoqué une flambée des prix de l'énergie et des produits de base au début de 2022.

Une inflation élevée ou chronique est souvent un phénomène que connaissent les marchés émergents (ME). Cela est également vrai à une époque où l'inflation est un sujet de préoccupation dans le monde entier. Cet article apporte un éclaircissement sur les différents moteurs de l'inflation dans les pays émergents.

Graphique 1 : Inflation mondiale à partir d'octobre 2022
(% de changement, a/a)

 Sources: Haver, analyse QNB

Le niveau élevé de l'inflation en Europe centrale et orientale (ECO) cette année est principalement dû plus à leur exposition directe à la hausse des prix de l'énergie causée par la guerre en Ukraine. Bien que les prix de l'énergie aient augmenté au niveau mondial, il est plus difficile pour les pays d'Europe centrale et orientale de pouvoir substituer leur énergie en gaz, qui leur a été fourni à bas prix par la Russie pendant la majeure partie de la dernière décennie. À l'avenir, nous nous attendons à ce que le niveau élevé de l'inflation dans les PECO diminue, car les effets de base font que les niveaux élevés de prix de l'énergie baissent en comparaisons d'une année sur l'autre.

Graphique 2 : Inflation dans les pays émergents à partir d'octobre 2022
(% de changement , a/a)

Sources: Haver, analyse QNB

L'inflation en Amérique latine (LATAM) est plus modérée en raison de plusieurs facteurs. Tout d'abord, la région n'a pas bénéficié du même soutien de la politique monétaire avec une injection excessive de liquidités tout au long de la pandémie. Ensuite, plusieurs banques centrales d'Amérique latine et des Caraïbes ont prévenu un cycle inflationniste à venir et ont accéléré les hausses de taux d'intérêt l'année dernière, alors que l'inflation était encore naissante. Cette situation contraste avec celle de la plupart des grandes banques centrales, qui ont tardé à reconnaître l'importance du choc inflationniste post-pandémique. En outre, d'importantes composantes de l'inflation mondiale sont associées aux produits de base, notamment aux prix des denrées alimentaires et de l'énergie. La région Amérique latine et Caraïbes étant elle-même une région exportatrice nette de matières premières, elle a bénéficié d'une hausse des revenus et des recettes. Des banques centrales plus restrictives  et des revenus positifs tirés des produits de base ont soutenu certaines monnaies de la région LATAM, empêchant la flambée des prix importés que les pays émergents ont connue ailleurs. Les perspectives d'inflation dans la région LATAM sont celles d'un ralentissement modéré de l'inflation, encore une fois principalement dû à des effets de base, mais aussi dans le contexte d'une réduction de l'incertitude politique avec la conclusion de l'élection présidentielle au Brésil. 

L'inflation en Asie-Pacifique est la plus faible pour deux raisons principales. Premièrement, l'impulsion désinflationniste due à la faiblesse persistante de l'activité en Chine, et deuxièmement, la force relative des monnaies asiatiques, qui bénéficient généralement de positions extérieures relativement fortes et de réserves substantielles. Un autre facteur qui a contribué à maintenir l'inflation à un faible niveau en Asie est le fait que les exportations de matières premières ont permis à la Malaisie et à l'Indonésie de réduire l'inflation grâce à des subventions. À l'avenir, si la croissance chinoise s'accélère, comme nous le prévoyons, les économies asiatiques devraient connaître des pressions inflationnistes plus fortes. Par conséquent, les banques centrales asiatiques pourraient devoir suivre les hausses de taux de la Fed de manière plus restrictive à l'avenir.

Dans l'ensemble, l'inflation en Asie-Pacifique a été beaucoup plus faible qu'en Europe ou en Amérique latine. Mais nous pensons que cette divergence des pressions inflationnistes entre les régions de la zone euro s'atténuera l'année prochaine.
 
           
           

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.