Partenaires - 28.11.2022

La croissance britannique subit l'impact de facteurs d'offre et de demande plus faibles

Le Royaume-Uni a longtemps été réputé pour la qualité de ses politiques, mais en comparant ces derniers mois, on peut dire qu'il a connu des hauts et des bas. En effet, Liz Truss a établi un nouveau record en devenant le premier ministre britannique le moins longtemps en poste lorsqu'elle a démissionné après seulement 44 jours de mandat. Sa principale erreur politique a été un "mini-budget" adopté à la hâte et qui a échappé à l'examen habituel de l'Office for Budget Responsibility (OBR) du Royaume-Uni.

En termes de conception des politiques, le budget de Mme Truss était tout sauf un "mini" budget, car il tentait d'apporter des changements politiques massifs et, surtout, impliquait des déficits budgétaires plus importants en raison de réductions d'impôts non financées. Les marchés financiers ont réagi de manière agressive, la livre sterling se dépréciant fortement (graphique 1) et les rendements de la dette publique britannique (gilts) atteignant des sommets. En effet, la Banque d'Angleterre (BoE) a été contrainte d'intervenir pour protéger les fonds de pension de la faillite, car ils avaient pris des paris à effet boule de neige sur le maintien des rendements des gilts à un bas niveau.

Graphique 1 : Évolution de la £ par rapport à l'USD en 2022
(USD / GBP)

 

Sources : Haver, BoE, analyse QNB

En conséquence, Liz Truss a quitté ses fonctions et Rishi Sunak est devenu Premier ministre le 25 octobre 2022, prenant les rênes d'un pays confronté à quatre vents contraires économiques importants : le resserrement de la politique budgétaire, le resserrement de la politique monétaire, l'évolution de la crise énergétique européenne ainsi que les pénuries de main-d'œuvre induites par le Brexit.

Tout d'abord, le premier ministre Sunak, lui-même ancien chancelier du Trésor (ministre des finances britannique), a déjà annoncé un resserrement significatif de la politique fiscale, annulant ainsi tous les changements de politique de Mme Truss. Sunak et son chancelier, Jeremy Hunt, cherchent à obtenir un total de 50 milliards de livres sterling en augmentations d'impôts et en réductions de dépenses pour équilibrer les comptes. Quels que soient les détails que cela puisse contenir, le nouveau budget doit inclure un resserrement significatif de la politique fiscale afin de reconstruire la réputation du Royaume-Uni. Toutefois, cela constituera inévitablement un important obstacle aux perspectives de croissance du PIB du Royaume-Uni.

En second lieu, l'inflation la plus élevée depuis plus de 30 ans (environ 10 % en septembre) et la faiblesse du PIB obligent la BoE à augmenter les taux d'intérêt de manière agressive. La hausse de 75 points de base (pb) en novembre devrait être suivie de nouvelles hausses de 50 pb en décembre et en février, pour atteindre un taux directeur maximal de plus de 4 % en 2023. Ce resserrement agressif de la politique monétaire coïncidera avec le resserrement similaire de la politique budgétaire mentionné ci-dessus. Par conséquent, le resserrement de la politique monétaire constituera également un important facteur défavorable pour les perspectives du Royaume-Uni, les politiques budgétaire et monétaire se renforçant mutuellement au lieu de se neutraliser.

En troisième lieu, les prix record du gaz en Europe font grimper les coûts pour les producteurs, les prix pour les consommateurs et les dépenses publiques par le biais de mesures de soutien, telles que les subventions croisées et les plafonds de prix. Le fait de quitter l'Union européenne (UE) a donné au Royaume-Uni une plus grande flexibilité politique, ce qui lui a permis de réagir à la crise de manière plus proactive, notamment en mettant en œuvre plus rapidement que les pays de l'UE des mesures de soutien aux ménages et aux entreprises.

En quatrième lieu, l'offre de l'économie britannique est limitée par les pénuries de main-d'œuvre qui sont un héritage de la décision du Royaume-Uni de quitter l'UE. Les secteurs de l'agriculture, de l'industrie manufacturière et des services du Royaume-Uni s'étaient tous habitués à la main-d'œuvre abondante et bon marché disponible dans les pays d'Europe centrale et orientale. Toutefois, la situation a changé avec le Brexit qui a exclu le Royaume-Uni de la politique de libre circulation de la main-d'œuvre de l'UE. La pandémie mondiale de Covid-19 a encore aggravé la situation et le Royaume-Uni se retrouve aujourd'hui avec de graves pénuries de main-d'œuvre dans de nombreux secteurs de l'économie. Cette situation entraîne une pression à la hausse persistante sur les salaires et donc sur l'inflation, malgré l'affaiblissement des perspectives de la demande. Par conséquent, les pénuries de main-d'œuvre constituent un autre facteur défavorable pour les perspectives économiques du Royaume-Uni.

Dans l'ensemble, le Premier ministre Sunak prend la tête d'un pays qui est actuellement exposé à plusieurs incertitudes économiques qui continueront à perturber simultanément l'offre et la demande. D'une part, les consommateurs britanniques seront confrontés à une baisse de leur revenu disponible. D'autre part, les producteurs britanniques sont exposés à des coûts plus élevés et à une compétitivité moindre, ce qui affecte leur rentabilité globale. Dans l'ensemble, cette situation sera négative pour la consommation et l'investissement, ce qui limitera la croissance du Royaume-Uni à court et moyen terme.  

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.