News - 25.07.2022

Béji Caïd Essebsi: une vie selon des principes et des choix patriotiques

Par Rafaâ Ben Achour - Le 25 juillet 2019, c’est-à-dire, il y a trois ans, la Tunisie perdait son Président et grand militant de la lutte pour l’indépendance nationale et pour la démocratisation, Béji Caïd Essebsi (né 19 novembre 1928). Il a vécu pendant près d'un siècle en tant que combattant national destourien aux côtés de l'un des leaders les plus éminents des mouvements de libération du colonialisme au XXe siècle et bâtisseur de l’État national indépendant, le Combattant suprême, Habib Bourguiba, qui a fait de la libération du citoyen tunisien de l'ignorance, de la maladie et du sous-développement son credo.

Son disciple et camarade Béji Caïd Essebsi a suivi le même chemin lorsqu'il a assumé diverses responsabilités depuis l'indépendance, dans le gouvernement, dans la représentation diplomatique et dans le parti. Il était habité, lui également par l’idée de préservation du prestige de l'État et du rayonnement de la Tunisie parmi les nations.

Le Président Bourguiba remettant à BCE les insignes de Grand cordon de l’ordre le République

Béji Caïd Essebsi n'a pas hésité à entrer en dissidence et à s’opposer au Président Bourguiba lorsqu'il lui est apparu clairement que la politique bourguibienne s'était écartée des principes sur lesquels il avait élevé ses disciples. Il a donc démissionné de son poste d'ambassadeur de la République tunisienne auprès de la République française. Il s'est adressé au Président, avec amour et respect, dans un message historique, qu'il publie dans le journal Le Monde, le 12 janvier 1972, dans lequel il affirme, avec courage et perspicacité, la nécessité de démocratiser le régime et de respecter les libertés publiques, appelant pour une "reconsidération de notre système politique et de nos modes de gouvernance […]. Après quinze ans de règne, le système politique, comme tout autre système, a besoin d'une réforme qui tienne compte des évolutions nécessaires."

À la suite du changement de régime en 1987, il rejoint le nouveau système, pensant qu'il véhicule une dimension réformiste, mais au bout de trois ans il s'aperçoit qu’il y a un hiatus entre les intentions déclarées le 7 novembre 1987 et la pratique politique, administrative et partisane. Il écrit à propos de cette période: «La Déclaration du 7 novembre 1987 a ouvert de larges horizons pour des aspirations plus larges au peuple tunisien.» Cependant, les élections de 1989 ont représenté pour lui une première déception, comme il le dit dans son livre Bourguiba : le bon grain et l'ivraie, (Tunis, Sud Éditions, 2009) : « J'ai décidé de remplir ma mission parlementaire jusqu'à son terme et de reprendre, par la suite, l'exercice de ma profession d'avocat ». ] Il ajoute que « la réforme exige plus qu'une modification formelle et plus qu'une adaptation au niveau du discours, il faut plutôt une vision et une volonté [...]. A mon avis, l'année 1991 a marqué le début d'une longue pause”.

 

(17 février 2011 à la Faculté des sciences juridiques de Tunis: Nadia Akacha, Rafaâ Ben Achour, Sarra Maaouia, Fadhel Moussa et Mouna Kraiem)

Béji Caïd Essebsi a totalement quitté la scène politique entre 1994 à 2011, mais le destin a décidé qu'à la suite de la Révolution de la liberté et de la dignité, il serait l'homme qu'il fallait pour sortir la révolution de la situation inextricable qui a conduit au sit-in Kasbah II.  Il a accepté le défi, comme il le dit dans sa conversation avec Arlette Chabot « sentant que j'avais l'occasion de mettre en œuvre les convictions que j'avais exprimées en 1970 ».

Grâce à son expérience et à son sens politiques et grâce à sa clairvoyance, Béji Caïd Essebsi a pu, depuis sa prise des fonctions de Premier ministre (28 février 2011), à trouver un compromis avec les sitineurs de la Kasbah II et à réinstaller les services du Premier ministre au Palais du Gouvernement à la Kasbah.

Dès sa prise de fonctions, il s'est concentré sur la préparation de toutes les conditions propices à l'organisation d'élections démocratiques et transparentes, d'où ont émergé une Assemblée nationale constituante démocratiquement élue et un gouvernement représentatif de la majorité à qui, Béji Caïd Essebsi a remis les rênes du pouvoir lors d’une cérémonie mémorable le 26 décembre 2011.

Cependant, la lenteur des délibérations de l'Assemblée et l'affaiblissement de l'État qui en a résulté sous le régime de la troïka, a forcé Béji Caïd Essebsi à sortir une fois de plus de sa paisible retraite et à lancer un appel aux forces démocratiques, le 26 janvier 2012, pour l’unité et le rééquilibrage de la scène politique. Il a, alors, courageusement et audacieusement formé un parti politique ouvert à tous (Nidaa Tounes), parti qui a eu un rôle prépondérant dans le rétablissement de l'équilibre la scène politique, dans la mise en échec des diverses tentatives d'exclusion, dans le succès du sit-in du départ, dans l’organisation du dialogue national et dans l’accélération de la promulgation de la constitution.

En peu de temps, Nidaa Tounes, grâce à la clairvoyance de son président et fondateur, a pu renverser la vapeur : en 2014, le candidat Béji Caïd Essebsi a remporté l'élection présidentielle et son parti a obtenu la majorité relative à l'Assemblée des représentants du peuple.

Depuis son accession à la magistrature suprême, le Président Béji Caïd Essebsi a tenu à instaurer une politique de consensus, refusant d'exclure ceux qui, hier, voulaient l'exclure.

La mobilisation populaire spontanée dont la Tunisie a été témoin le jour de ses funérailles était une reconnaissance des services rendus à la Nation par son Président.

Hommage populaire

Béji Caïd Essebsi est mort debout, comme il aimait à le répéter à ses interlocuteurs.

Aujourd’hui, la République ne célèbre plus ses fêtes nationales et ne rend plus hommage à celles et à ceux qui l’ont servie. C’est bien regrettable.

Rafaâ Ben Achour
25 juillet 2022
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.