Partenaires - 12.06.2022

La Banque d'Angleterre reste "dovish" malgré la dépréciation de sa monnaie

La grande livre britannique (GBP) a fortement chuté au moment du déclenchement de la pandémie de Covid-19, pour atteindre brièvement un niveau encore inférieur à ceux observés après le référendum sur le Brexit en 2016 (graphique 1). Depuis lors, la GBP s'est redressée pour atteindre un pic de 1,4 par USD au début de 2021, mais elle a récemment connu une nouvelle dépréciation brutale. La principale raison de cette dépréciation est la divergence de communication et d'approche entre la Banque d'Angleterre (BoE) et d'autres grandes banques centrales, comme la Réserve fédérale américaine (Fed). Essentiellement, la BoE se montre plus accommodante ("dovish") en relevant les taux d'intérêt de manière moins agressive que la Fed. Cela incite les investisseurs à déplacer leurs actifs du Royaume-Uni vers les États-Unis à la recherche de rendements ajustés au risque plus élevés, ce qui exerce une pression à la baisse sur la livre sterling.

Graphique 1 : Évolution de la Livre sterling par rapport au dollar américain (2012-22)
(USD par GBP)

Sources: Banque d'Angleterre via Haver Analytics

De nombreuses banques centrales, dont la Fed et la BoE, sont dans une position difficile car elles sont confrontées à des chocs stagflationnistes, qui à la fois augmentent l'inflation et affaiblissent la croissance économique. Cela signifie que les hausses de taux d'intérêt, nécessaires pour contrôler l'inflation, risquent de faire entrer l'économie en récession.

Cette semaine, nous comparons d'abord l'inflation aux États-Unis et au Royaume-Uni, avant de nous pencher sur les perspectives de croissance du PIB dans les deux pays.

La perturbation de l'approvisionnement énergétique due à la guerre en Ukraine est la principale différence entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Par exemple, les prix du gaz européen ont augmenté beaucoup plus que les prix du gaz américain. En conséquence, l'inflation globale devrait atteindre un pic d'environ 10 % au Royaume-Uni au quatrième trimestre, ce qui est nettement plus élevé et plus tardif qu'aux États-Unis.

De plus, bien que la croissance des salaires ait atteint environ 5 % au Royaume-Uni et aux États-Unis, le marché du travail britannique restera encore plus tendu que celui des États-Unis car le Brexit empêche le retour des travailleurs qualifiés de l'Union européenne (UE) sur le marché du travail britannique.
Enfin et surtout, la dépréciation de la livre sterling exerce une pression à la hausse sur les prix des biens et services importés au Royaume-Uni. En effet, le Royaume-Uni achète généralement des produits importés des grands marchés des États-Unis, de l'UE et de l'Asie, dont les prix sont souvent exprimés en dollars ou en euros. Les biens et services importés devenant plus chers en sterling, cela ajoute une pression supplémentaire à l'inflation.

En résumé, les perspectives d'inflation au Royaume-Uni sont pires qu'aux États-Unis, ce qui signifie que la BoE est soumise à une pression plus forte que la Fed pour contrôler l'inflation.

Graphique 2 : Perspectives de croissance du PIB des États-Unis et du Royaume-Uni
(% change y-o-y, PIB réel)

Sources: Fonds monétaire international via Haver Analytics

Cependant, les perspectives de croissance du PIB au Royaume-Uni sont beaucoup plus faibles qu'aux États-Unis. Le FMI s'attend à ce que la croissance américaine ralentisse de 3,7 % en 2022 à 2,3 % en 2023, tandis que la croissance britannique devrait ralentir de 3,7 % en 2022 à 1,2 % en 2023. La BoE est donc confrontée à un vent de récession plus sévère que celui des États-Unis. En effet, la BoE a récemment publié ses propres prévisions, qui sont encore plus pessimistes, avec une contraction du PIB de 0,25 % prévue pour 2023.

En résumé, la BoE est actuellement confrontée à une situation encore plus difficile que celle de la Fed. D'une part, les pressions inflationnistes sont pires, avec des anticipations d'inflation, des salaires, des prix de l'énergie et des importations plus élevés au Royaume-Uni qu'aux États-Unis. Cela suggère que la BoE doit être encore plus agressive que la Fed pour freiner l'inflation. Mais, d'un autre côté, des perspectives de croissance plus faibles au Royaume-Uni qu'aux États-Unis suggèrent que la BoE doit être plus accommodante que la Fed pour soutenir l'activité économique et la croissance.

Par conséquent, nous ne pensons pas que la BoE suivra la Fed avec une hausse de 50 points de base (pb) lors de ses deux prochaines réunions en juin et en août. Nous nous attendons plutôt à ce que la BoE s'en tienne à un rythme régulier de 25 points de base à chaque réunion, afin d'éviter un ralentissement plus marqué qui pourrait se transformer en récession vers la fin de cette année.

Avertissement : Les informations contenues dans cette publication ("Informations") ont été préparées par Qatar National Bank (Q.P.S.C.) ("QNB"), ce qui inclut ses succursales et ses sociétés affiliées. Les informations sont considérées comme fiables et ont été obtenues à partir de sources réputées fiables ; toutefois, QNB ne donne aucune garantie, représentation ou assurance de quelque nature que ce soit, expresse ou implicite, quant à l'exactitude, l'exhaustivité ou la fiabilité des informations et ne peut être tenue responsable de quelque manière que ce soit (y compris en cas de négligence) de toute erreur ou omission dans les informations. QNB rejette expressément toute garantie de qualité marchande ou d'adéquation à un usage particulier en ce qui concerne les informations. Tous les hyperliens vers des sites Web de tiers sont fournis uniquement pour la commodité du lecteur et QNB ne cautionne pas le contenu de ces sites Web, n'en est pas responsable et n'offre au lecteur aucune confiance quant à l'exactitude ou aux contrôles de sécurité de ces sites Web. QNB n'agit pas en tant que conseiller financier, consultant ou fiduciaire en ce qui concerne l'information et ne fournit pas de conseils en matière d'investissement, de droit, de fiscalité ou de comptabilité. Les Informations présentées sont de nature générale : elles ne constituent pas un conseil, une offre, une promotion, une sollicitation ou une recommandation concernant les informations ou les produits présentés dans cette publication. Cette publication est fournie uniquement sur la base d'une évaluation indépendante de l'information par le destinataire, à ses seuls risques et responsabilités. Elle ne doit pas être utilisée pour prendre une décision d'investissement. QNB recommande au destinataire d'obtenir des conseils en matière d'investissement, de droit, de fiscalité ou de comptabilité auprès de conseillers professionnels indépendants avant de prendre toute décision d'investissement. Toutes les opinions exprimées dans cette publication sont celles de l'auteur à la date de publication. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de QNB qui se réserve le droit de modifier toute information à tout moment et sans préavis. QNB, ses administrateurs, ses dirigeants, ses employés, ses représentants ou ses agents n'assument aucune responsabilité pour les pertes, les blessures, les dommages ou les dépenses qui peuvent résulter ou être liés de quelque façon que ce soit à la confiance accordée par toute personne à l'information. La publication est distribuée à titre complémentaire et ne peut être distribuée, modifiée, publiée, réaffichée, réutilisée, vendue, transmise ou reproduite en tout ou en partie sans l'autorisation de QNB. A la connaissance de QNB, les Informations n'ont pas été examinées par la Banque centrale du Qatar, l'Autorité des marchés financiers du Qatar ou toute autre autorité gouvernementale, quasi-gouvernementale, réglementaire ou consultative, que ce soit au Qatar ou en dehors, et aucune approbation n'a été sollicitée ou reçue par QNB concernant les Informations.

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.