Hommage à ... - 06.03.2022

Habib Ben Salha - À la mémoire de Adel Mégdiche: une conversation entre le noir du tableau et l'arbitraire du blues

Ceci doit être considéré comme une conversation entre le noir du tableau et l’arbitraire du blues…

O.T : Vivre en avance, refaire l’arc-en-ciel, monter la lune comme une fleur de sable, c’est prendre des risques ; monter à l’assaut des songes, c’est recueillir le vide au bout de chaque attrait…

A.M : Que voulez-vous que j’y fasse ? J’ai essayé de tirer au clair les étoiles filantes…

O.T : … Tu as surtout noyé la géométrie pointilleuse !

A.M : On ne sait plus à quel sein se vouer (pas de confusion s’il vous plaît ! Mon orthographe est pure et ciseleuse...)

O.T : Ouvrons les tablettes insoumises. Voici : le beau ou la belle ou l’affreusement bonne et peut-être même la rebelle ou la cendrée à l’extrême, disons l’une et l’autre et encore toutes les formes intermédiaires respirent l’irréel. Tu as le sentiment vif de l’imparfait. Tu as vu, vécu, entendu quoi ? On ne sait pas ; l’as-tu su toi-même ?

A.M : Je sais qu’entre les lignes le subjonctif évite les caprices du pinceau. L’encre des mamelonnades n’est pas nomade ! Je hais les mirages durcis des barbes d’aujourd’hui, passe pour une barbichette ; le léger est mon aise. N’insultez pas la vapeur. Quand je m’ennuie, je me promène dans la gueule des Gouls et dans la liesse des Goulettes…

O.T : Venu le temps d’être vacant. Qui a dit : Adel avec un accent très ouvert, encore des efforts, oui, c'est ça ? Gardez la bouche –crinière au galop. Il a toujours cherché de l’oxygène dans les éclairs en colère, de l’impossible dans les idées qui passent. L'instant dort-il vraiment dans la cendre du buisson fiévreux ? (aucune confusion, n’est-ce pas, ta grammaire est circonvolutionnelle)

A.M : Je n’ai jamais eu recours à la couleur ou à la blancheur impudique de la surface ; le brasier maghrébin aux étincelles chevalines, aux traces berbères m’a brûlé : l’écheveau de la chevelure –fleuve d’Eljazia, les nébuleuses de la Kahina en fuite, l’amer de la reine des reines vagabondes Alyssa et les fenêtres de l’incandescence marine…

O.T : Doucement, tu vas tout défaire en provoquant de nouvelles turbulences ! Tu serpentes à l’infini…

A.M : Non, rassurez-vous, je ne suis qu’un point à la recherche de…
De…

O.T : De quoi ? Pas d’interrogation oblique. Pour finir, encore un mot, ce sera le dernier.

A.M :… je suis l’exclamation de moi-même…

Habib Ben Salha

Lire aussi

Adel Mégdiche, par Abderrazak Chéraït : Les étoiles ne sauraient pâlir

Adel Megdiche: Le peintre, chantre de la beauté et du raffinement

Adel Megdiche, le peintre qui s’en va avec son monde

L'art, les artistes et la révolution tunisienne vus par Adel Megdiche

 



 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.