News - 19.02.2021

Pour la défense du professeur Amine Mahfoudh et des libertés académiques

Par Habib Mellakh - Amin Mahfoudh, Professeur de droit à la Faculté des sciences juridiques et politiques de Sousse, est depuis quelque temps la cible d’une attaque hargneuse et orchestrée, menée sur les réseaux sociaux à la suite de l’incitation d’un député extrémiste siégeant à l’Assemblée des représentants du peuple, qui ne cesse d’être hostile aux libertés en général et à la liberté d’expression et aux libertés académiques en particulier. Cela s’est  produit  à  la suite de l’avis  scientifique rendu par le professeur Mahfoudh sur la crise actuelle du gouvernement en sa qualité de  spécialiste du droit constitutionnel et aussi parce qu’il a choisi   la "Constitution du 27 janvier 2014 et l’islam" en tant que sujet d’examen pour  la matière "Théories des systèmes politiques’’ enseignée en première année du Mastère de recherche en droit public, à la Faculté des sciences juridiques et politiques de Sousse.

Immédiatement après l’examen, le député susmentionné a accusé le Professeur Mahfoudh de "flatter sans vergogne le président de la république " et ’’d’asservir la science à sa doctrine stalinienne momifiée". Il a mis, dans une allusion claire aux cours et au sujet d’examen du Professeur Mahfoudh, en doute ses compétences scientifiques et son honnêteté intellectuelle. Cette déclaration a rapidement fait exploser la colère des défenseurs autoproclamés de l’islam, qui ont exprimé cette indignation à travers des campagnes d’attaques féroces et de mobilisation visant le professeur à travers les réseaux sociaux et dans de nombreux endroits dont la Chambre des représentants du peuple. Il est peu probable que l’agression récente contre sa voiture ne soit pas liée à cette campagne orchestrée d’incitation.

Tout en dénonçant cette campagne médiatique calomnieuse  contre le Professeur Amin Mahfoudh ainsi que les violences verbales et morales qu’il a subies et les menaces croissantes dont il est la cible, l’Association tunisienne de défense des valeurs universitaires considère ces dérives sectaires multiformes comme une atteinte flagrante à la liberté d’expression, d’enseignement et de recherche stipulée  par la Constitution tunisienne.  Elle estime  également qu’il s’agit d’une tentative désespérée d’asservir la science  aux visées partisanes, idéologiques et religieuses et d’impliquer l’université dans les tiraillements  politiques dans le but de mettre fin au  débat scientifique libre et  à la pensée critique  qui distinguent   la sphère universitaire dans notre pays.
L’Association exprime aussi  sa solidarité absolue avec le Professeur Amin Mahfoudh et sa satisfaction pour le soutien qui lui a été apporté par les universitaires, l’Union  générale tunisienne du travail et les militants de la société civile. Elle  exhorte tous les enseignants-chercheurs et les chercheurs à travers leurs diverses structures syndicales,  leurs conseils scientifiques,  leurs institutions académiques et leur tissu associatif ainsi que  toutes les composantes de la société civile à se mobiliser pour  soutenir le  Professeur dans le but de défendre les  valeurs universitaires en tant qu’incarnation du caractère civil de l’Etat. Elle met en garde contre les graves conséquences de ces attaques répétées contre  les libertés académiques qui nous rappellent l’attaque brutale qui a ciblé,  au cours de l’année universitaire  2011-2012, de nombreux établissements et, en particulier, la Faculté des lettres,  des arts et des humanités de la Manouba.

Tout en exprimant  son étonnement au sujet du silence de l’autorité de tutelle représentée par  le décanat de la Faculté des sciences politiques et juridiques de Sousse, la Présidence de l’Université de Sousse et le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l’Association demande à toutes ces parties  de soutenir explicitement le Professeur Mahfoudh, l’un de leurs agents, agressé en raison de l’exercice de ses fonctions.  Elle invite également la conférence  des Présidents d’Universités et l’Académie tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts-Beït al-Hikma à continuer à défendre les valeurs universitaires visées par les attaques, d’autant plus qu’elles ont déjà pris des positions honorables dans les crises vécues précédemment  par  l’Université tunisienne.

Habib Mellakh

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Rachid Bouhamed - 20-02-2021 12:26

Sans doute par excès de discrétion, M. Habib Mellakh s'est abstenu de citer le nom de ce "député extrémiste siégeant à l’Arp, qui ne cesse d’être hostile aux libertés en général et à la liberté d’expression et aux libertés académiques en particulier" et c'est bien dommage : on ne regrettera jamais assez l'excès de discrétion envers les auteurs qui manquent de pudeur ! J'aurais bien aimé apprendre qui a dit quoi, notamment quand ce qu'il a dit ne mérite que l'opprobre - et je me félicite de ne pas avoir laissé mes oreilles, ou mes oreilles, traîner dans de si vulgaires tribunes qui finissent par ressembler à de mauvais prétoires.. Une précision s'impose : le professeur Amine Mahfoudh est - faut-il le préciser - bien au dessus de l'opinion de ce "Monsieur le député" si peu honorable !

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.