News - 27.01.2021

Covid-19: Déni et irresponsabilité des citoyens et des gouvernants

Par Habib Mellakh - Souvent dans le déni, indisciplinés, fatalistes ou rebelles à la restriction de leur liberté par des mesures comme le port du masque, le couvre-feu, l’interdiction de circuler entre les gouvernorats ou le confinement consécutif à un test de dépistage positif, les citoyens  ont contribué, eux aussi, qu’ils soient instruits, ignorants  ou peu cultivés,  à la dégradation de la situation sanitaire.

Forts de ce déni, et pour justifier leur impuissance, les gouvernants se dérobent à leur responsabilité et accablent les citoyens alors que leur désinvolture, leur mauvaise gestion de la pandémie  sont, pour une bonne part, à l’origine de l’incivisme des citoyens et de leur déni.

Déni et incivisme des citoyens

Un sondage mené par le  ministère de la Santé les 8 et le 9 octobre 2020, a révélé que seuls 40% des Tunisiens portaient un masque, que ce taux était passé de 10% au début de la seconde vague  à 40% à la date du sondage et que cette augmentation était liée à une meilleure perception du danger  Mais ce taux a considérablement chuté par la suite même si une amende de 60 dinars a été décidée pour sanctionner  les contrevenants.

Le  port du masque ne fait certes pas partie de notre culture,  mais beaucoup de nos concitoyens refusent de s’y soumettre, soit parce qu’ils  n’en voient pas l’utilité et qu’ils sous-estiment les dangers liés à la contamination, soit parce que c’est  contraignant, soit parce qu’ils n’ont pas les moyens de se procurer les masques ou qu’ils sont sous l’influence de théories conspirationnistes qui considèrent la covid-19 comme une petite grippe. Et quand ils portent le masque, nombreux parmi eux le font comme on porte une barbe ou une barbiche. Et comment ils caressent souvent leur menton, ils touchent à qui mieux leur bavette au mépris des règles d’hygiène qu’ils transgressent allègrement. Ils posent les masques sur les tableaux de bord de leur voiture, sur les sièges des fauteuils de leur véhicule, ou sur leurs bureaux. Ils font ainsi semblant de respecter les mesures barrières et ils ne comprennent pas que le port du masque sert à les protéger et à  protéger leur entourage. De nombreux automobilistes ne portent le masque qu’en présence des agents de l’ordre. Beaucoup de Tunisiens, qui   rangent habituellement la  bavette  dans leur poche au risque de contaminer leur vêtement,  ne s’en servent que dans  les administrations où il est exigé.  Ils l’enlèvent d’ailleurs à l’occasion d’une conversation.

Vous avez beau expliquer à ces concitoyens  pourquoi il faut être vigilant sans paniquer. Ils vous boufferont votre énergie et camperont sur une attitude de déni ou de banalisation périlleuse, révélée dans  les cabinets médicaux par  des réactions du genre:

Non, je ne suis pas covid, je me suis douché l'autre jour sans avoir séché mes cheveux,

Non, je ne me confine pas. Pourquoi le ferai-je? Je n'ai qu'un syndrome grippal,

Ce n'est que ma gastrite qui se réveille! Je n'ai pas de covid abdominal,

C’est ce qu’ils rétorquent  à leur médecin qui leur demande, faute de test PCR, de se comporter comme s'ils étaient atteints de Covid et de se confiner. Il aura beau  leur expliquer que le virus de la grippe ne circule pas au moment  de la consultation et que les douleurs de la gastrite banale ne durent pas aussi longtemps, que leurs douleurs sont associées à d'autres symptômes comme la diarrhée ou la toux sèche, l’agueusie ou l’anosmie, signes d’une contamination plausible au coronavirus. Ils vaqueront à leurs occupations, iront au travail, contamineront leurs collègues et/ou leurs parents âgés ou atteints de maladies chroniques. Et quand la catastrophe arrive, ils s'abritent derrière la fatalité.

Les nombreux rassemblements de protestation, qui ont eu lieu un peu partout dans le pays au cours des derniers mois et qui se poursuivent encore, la célébration du centenaire du Club Africain  par ses supporters qui sont descendus  par milliers dans les rues à un moment de propagation vertigineuse de la covid-19, leur sit-in devant le Parc A pour réclamer le départ du président de leur club  sont  la meilleure illustration  de ce déni et de cette indiscipline des citoyens.

Déni de responsabilité des gouvernants

Ce déni et cette indiscipline sont à l’origine du déni de responsabilité des gouvernants qui revient comme un leitmotiv. Ils ressassent la sempiternelle rengaine : « Si nous n’avons pas réussi, c’est la faute aux citoyens ». Le gouvernement actuel  jette la pierre aux Tunisiens et leur  fait endosser la responsabilité de la propagation exponentielle du virus et de la  crise sanitaire. Pour la justifier et se disculper, le chef du gouvernement, le ministre de la Santé  et les membres d’un  comité scientifique ad hoc, composé dans sa majorité de hauts responsables du ministère de la Santé et d’institutions sous sa tutelle, qui sont des porte-parole officiels ou officieux  du ministère et qui sont   tenus, de part leur fonction, de justifier la stratégie étatique de lutte contre la pandémie à l’élaboration de laquelle ils ont été associés, se relaient pour culpabiliser les Tunisiens. Ils invoquent continuellement  le non-respect par les citoyens des mesures barrières dans des déclarations qui paraissent bizarres chez des responsables politiques  et  qu’on peut attribuer  à des chroniqueurs et à des journalistes.

Nos responsables se seraient-ils convertis en analystes politiques ? Auraient-ils oublié, dans leur hâte pour masquer leur impuissance à mettre en œuvre de telles mesures,  que le rôle de l’Etat n’est pas de décrire la dégradation de la situation sanitaire mais de prendre  des décisions pour y remédier, qu’il a le pouvoir et le devoir  de formuler  des lois, d’organiser des campagnes de prévention, d’adopter des règles et procédures pour faire respecter ces mesures et pour assumer la responsabilité de  la préservation de  la vie des Tunisiens qui leur incombe ? Auraient-ils oublié que leur rôle n’est pas de disserter sur les causes de la propagation de la maladie et qu’ils ont une obligation de moyens sinon de résultats ? Auraient-ils oublié que leur succès dans la lutte contre la covid-19  au printemps dernier était le résultat de la mise en œuvre de ces moyens et d’une intelligente anticipation de la propagation du virus grâce à des mesures radicales comme la fermeture précoce  des frontières, le confinement obligatoire pour les Tunisiens de retour de l’étranger et le confinement général décrété  moins de trois semaines après l’annonce du premier cas de covid-19 ? Ne veulent-ils plus admettre que cette  réponse anticipée à la propagation du virus était plus efficace que les réponses européennes tardives et qu’ils étaient redevables, au retour de l’épidémie, à défaut d’une anticipation onéreuse sur le plan économique, d’une réponse proportionnée et graduée à l’aggravation de l’épidémie. Seraient-ils devenus amnésiques au point   de ne plus se souvenir que leurs  bourdes à répétition  en matière de prévention de la covid-19 comme l’abandon de  l’obligation  pour les voyageurs en provenance de l’étranger de présenter des tests PCR négatifs, le renoncement à leur confinement obligatoire, l’autorisation d’organiser des mariages et des enterrements sans garde-fou avaient  fait croire aux Tunisiens que la Covid-19 avait été vaincue et a justifié le relâchement constaté dans l’observance des mesures barrières?

Méconnaîtraient-ils  la pénurie des masques constatée après la réouverture des frontières et son corollaire, l’absence d’une campagne de sensibilisation en faveur d’une mesure préventive  inapplicable  qui les auraient couvert  de ridicule et que cette pénurie était une bourde monumentale qui aurait pu être évitée s’ils avaient anticipé pour constituer un  stock de masques de protection respiratoire, de masques chirurgicaux et d’équipements médicaux individuels  à même de satisfaire les besoins de la population, ce qui leur aurait permis de réactiver la campagne de prévention  et de sensibiliser les citoyens grâce à une campagne de grande envergure aux dividendes à engranger grâce au port du masque?
Auraient-ils perdu de vue que toutes ces erreurs associées à  leur ton triomphaliste, le slogan ressassé selon lequel il n’était pas dangereux de cohabiter avec la maladie  avaient eu pour conséquence de rassurer les Tunisiens et de leur faire croire que la maladie avait été éradiquée ?

Le gouvernement évite de plus en plus les points de presse et les  déclarations aux médias. Pour ce faire,  il préfère mettre au devant de la scène les membres du comité scientifique qu’il charge d’annoncer les décisions prises alors qu’il est censé les annoncer, faisant croire à l’opinion publique que ce comité a des prérogatives délibératives. C’est pourquoi des internautes,  hostiles  aux mesures sanitaires restrictives des libertés  s’en prennent souvent  à Nisaf Ben Aleya qu’ils rendent responsable de cette restriction. Ceux favorables aux mesures radicales lui font assumer la responsabilité de la dégradation épidémique. Célébrée comme une héroïne au printemps dernier, elle est l’objet aujourd’hui de critiques acerbes et parfois vouée aux gémonies.  Cette inversion des rôles est l’un des signes d’une dérobade gouvernementale  qui doit cesser.

Les experts n’ont d’ailleurs pas joué le rôle que l’on attendait d’eux. Dans l’appel de la société civile pour  la création d’un haut conseil scientifique indépendant pour faire face à la situation sanitaire, intitulé «Nos scientifiques doivent avoir le verbe haut et leur voix doit âtre entendue» et publié le 27 mars 2020 par une trentaine d’organisations non gouvernementales et d’associations, ces dernières ont déploré « l’absence d’un éclairage scientifique indépendant, visible et transparent »  et ont souhaité voir la parole de nos scientifiques « primer sur tout autre discours ». Nous constatons aujourd’hui la cacophonie des experts qui s'expriment tous azimuts dans la presse et dans les médias  parfois de façon très contradictoire, souvent pour justifier le point de vue officiel. Ce n’est que récemment que l’on a vu certains de ces experts, proclamer haut et fort que leur avis n’avait pas été pris en compte et critiquer d’une manière acerbe le confinement express de 4 jours décidé par le gouvernement.

De grâce, que nos gouvernants n’imputent plus la responsabilité des pertes humaines considérables au seul déni des citoyens et à leur incivisme ! Qu’ils ne se dérobent plus à la responsabilité qui leur incombe dans la dégradation de la situation sanitaire   et surtout qu’ils rectifient le tir avant qu’il ne soit trop tard.!

L'Etat doit assumer la responsabilité de la progression exponentielle de la maladie, sortir de sa léthargie, prendre des mesures dissuasives et les mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus. Il doit arrêter de prendre des mesurettes  et assurer l’application rigoureuse des mesures prises au lieu de ressasser  ses sempiternelles menaces de sanctions exemplaires à l’encontre des contrevenants, rarement suivies d’effets, ce qui porte atteinte à sa crédibilité.

Tout se passe comme si les Tunisiens (gouvernement, experts, médias et citoyens) s’étaient donné le mot pour laisser faire la maladie, comme s’ils s’étaient résignés à envoyer au sacrifice un bon nombre des leurs ou comme s’ils s’étaient complu dans le déni. Attendent-ils l’hécatombe pour repartir en guerre contre le virus ?

A suivre

Habib Mellakh

Lire aussi

Covid-19: le primat de l’économie et des considérations politiciennes sur la santé



 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
najib ben khlifa - 28-01-2021 15:51

rincez la bouche et le nez par l'eau savonneuse sans danger 3 gouttes du gel sur le masque et le froissez entre les mains avant de le porter. moutarde plus vinaigre plus citron . le tout est de lyser la membrane du virus.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.