News - 02.01.2021

L’Histoire mouvementée du carré «libres penseurs» du cimetière municipal de Tunis

Par Habib Kazdaghli - Une foule nombreuse de femmes, d’hommes, de jeunes et de moins jeunes a  accompagné, mercredi 30 décembre, Gilbert Nacache à sa dernière demeure. Une ambiance plutôt triste, mais sereine, se lisait sur ce qu’on pouvait voir des visages plus ou moins cachés par les masques. Chants de l’hymne national tunisien, de l’Internationale (dans sa version en langue arabe). La cérémonie fut aussi meublée par des oraisons funèbres rendant hommage à «Papi», prononcées, successivement, par son fils Slim, par Mohamed Salah Fliss, par Habib Marsit ainsi que par une jeune fille au nom des blessés de la révolution. Le corps du défunt a ensuite été inhumé au carré des «libres penseurs» du cimetière municipal du Borgel à Tunis.

En guise de réponse aux interrogations de plusieurs ami (e)s présents, ce jour- là, au cimetière, nous avons cru utile d’apporter ici quelques éléments de clarification sur les origines historiques du carré où fut inhumé «Papi» et comment   ce carré a été ressuscité, en 1996, après une longue période de fermeture.  Il faut préciser, de prime abord, que cette  cérémonie funéraire s’est déroulée au cimetière municipal dit «chrétien» et non au cimetière juif qui, lui est limitrophe.

Le cimetière juif du Borgel

En effet, le cimetière juif hayt ha hayyim (la maison des vivants) dit «du Borgel», est beaucoup plus ancien, puisqu’il avait commencé à accueillir les morts en 1890. Le terrain qui va servir de lieu d’inhumation de la population juive  fut acheté le 29 juillet 1889, il appartient toujours  à la communauté juive. Ouvert au du temps du Rabbin Elie Borgel (1814-1898), ce dernier lui donna son nom. Pendant longtemps, le nom «Borgel» a été également donné à une station du T.G.M qui passait jadis par là, ainsi qu’à tout le quartier entourant le cimetière, plus connu aujourd’hui sous le nom de Montplaisir.

Ce cimetière est toujours tenu et géré par la communauté juive de Tunis. Il renferme plus de 25.000 tombes, dont la majorité sont dans un état de conservation désolant. Le cimetière juif du Borgel n’a pas disparu, des Hiloulas sont même organisées annuellement autour de la tombe du Rabbin Hai Taieb.  Il est composé de deux parties : une  partie plus vaste,  celle des juifs tawansas et  la seconde, moins spacieuse, est  réservée aux juifs dit granas, d’origine italienne,  venus s’installer dans la régence à  partir du XVIII siècle.

Ainsi, à dater du 15 avril 1890, les juifs ont été tenus d’inhumer, exclusivement, leurs morts au nouveau cimetière, tout en gardant sous le contrôle de la communauté l’ancien cimetière juif situé dans la zone du Passage.  Faut-il rappeler que la désaffectation de ce cimetière a été décidée, en 1957, au lendemain de l’indépendance, par le Gouverneur-Maire de Tunis ? A sa place, un jardin public (Jardin Thameur) est créé.

Le cimetière chrétien de Bab El Khadra

De leurs côtés, les chrétiens avaient mis en place un cimetière situé sur le flanc de la colline du Belvédère, à 700 m, à l’extérieur, de l’une des portes de la médina; c’est pour cette raison qu’il   était  aussi connu sous l’appellation de  «cimetière de Bab El Khadra». 

La création de ce nouveau cimetière remonte à 1882, à peine  quelques mois après l’établissement du protectorat français en Tunisie. Son site  se trouvait sur l’emplacement actuel du complexe de l’hôtel El Mechtel (Avenue Ouled Haffouz). La proposition faite par le Ministre-Résident Roustan dès le mois de novembre 1881 fut acceptée par le prélat, car, ce dernier, outre les raisons sanitaires qui lui ont été évoqués, avait pensé  utiliser les lieux, une fois débarrassés du cimetière,  pour la construction d’une église qui servirait de Cathédrale, en plein centre du nouveau quartier européen.

Ainsi au départ, le cimetière de Bab El Khadra, avait un caractère religieux catholique, puisque les terrains furent achetés par le cardinal Lavigerie lui-même. Les travaux de transfert des tombes et d’aménagement du nouveau cimetière durèrent trois mois (de la mi-décembre 1881 à la mi-mars 1882), vite  il a été entouré par des murs et une chapelle catholique  a été bâtie à l’intérieur. L’inauguration eut lieu le dimanche 26 mars 1882 et la première inhumation a  eu lieu, le lendemain, 27 mars. Cependant, après trois années d’existence, le nouveau cimetière fut racheté par la municipalité de Tunis, le contrat de vente fut signé le 26 juillet 1885, entre le Cardinal Lavigerie et le vice-président de la municipalité de Tunis Raymond Valensi. La municipalisation du cimetière allait ouvrir la voie à la naissance d’un espace laïque aux cotés du cimeterre catholique de Bab El Khadra.

Naissance du cimetière  laïque à Bab El Khadra

Etant propriété de l’Eglise catholique, les règles de gestion du cimetière furent dictées par celle-ci. En effet, durant les premières années de son existence, les autorités religieuses, contrairement à la législation en vigueur en France, refusèrent toute inhumation des non catholiques dans le périmètre du cimetière. Les familles protestantes ou celles dont de l’un des membres se   déclarait « non catholique» étaient obligées d’inhumer leurs morts en dehors des murs du cimetière. Même si l’acte de vente du cimetière fut conditionné par la pérennité de l’inhumation aux seuls catholiques, à l’intérieur des murs clôturés existants à l’époque de la vente, la municipalisation du cimetière avait donné l’occasion aux non catholiques (protestants et laïcs) de se battre pour être enterrés sur les mêmes lieux. Une campagne de presse dénonçant «l’intolérance catholique» est menée pendant plus d’une année sur les colonnes de Tunis-Journal, premier journal de la ville de Tunis, ayant vu le jour en 1884 avec l’encouragement du Résident Paul Cambon, dont la femme était elle-même  protestante.

La campagne pour la reconnaissance d’un carré laïque au cimetière fut  l’œuvre de Jules Montels, (1843- 1916). Il d’un s’agit d’un ancien communard, condamné à mort en 1872,  réfugié pendant dix ans en Suisse ; après avoir  été gracié en 1882, il est autorisé à venir  s’installer au cours de la même année,  à Tunis. Le but de cette campagne était d’obliger la municipalité de Tunis à  «respecter les exigences de neutralité en matière d’inhumation».

C’est dans ce contexte que la municipalité s’est trouvée dans l’obligation d’ aménager, en dehors du cimetière catholique, un cimetière protestant, dit «évangélique», où la première inhumation eut lieu le 17 octobre 1885, et un cimetière réservé aux «sans cultes», appelé plus tard «carré laïque», où la première inhumation date du 3 mai 1886. Ces trois cimetières étaient distincts et séparés par des murs, mais tous les trois se trouvaient sur le même site de Bab El Khadra (comme le montre le plan ci-joint établit par Pierre Soumille en 1971, dans son étude remarquable qui immortalisa le cimetière avant sa disparition définitive, étude qui fut publiée dans Les Cahiers de Tunisie N° 75-76, 1975, pp. 129-182).

Ce premier cimetière européen avait servi de lieu d’enterrement du 27 mars 1882 au 24 janvier 1965.  Durant les 83 ans de son existence, il avait reçu 74 881 inhumations. Toujours d’après l’étude de Pierre Soumille, le  cimetière de Bab El Khadra avait contenu 9000 concessions, dont 325 pour la section   laïque   et 295 pour la section évangélique.  Le carré laïque  avait   rassemblé les sépultures des personnalités qui, en ces temps de luttes anticléricales, avaient  fait  profession de non-croyance et exprimé par testament le désir d’avoir des «obsèques civiles. «en dehors de toute cérémonie relevant d’un culte quelconque". Ils étaient formés de libéraux, de francs-maçons, de personnes appartenant à la gauche socialiste et communiste.

Mais déjà, au tournant du siècle, on avait commencé à penser que le cimetière ne pouvait plus continuer à lui seul d’accueillir les morts d’une population européenne en augmentation permanente. La création d’un nouveau cimetière, à coté du cimetière juif du Borgel, a été décidée lors de la séance du  conseil municipal du 27 janvier 1909. Mais son ouverture réelle date de 1927.

Dix ans après l’indépendance, et dans le cadre de l’aménagement urbain de la capitale, le gouverneur-Maire de la ville de Tunis avait décidé, au mois de septembre 1966, la désaffectation de l’ensemble des trois cimetières européens, Un appel est lancé à tous les propriétaires de concessions pour transférer les restes mortels de leurs parents vers le cimetière municipal du Borgel.

L’opération avait duré pendant plus de six années, de 1966 à 1972, il semble qu’elle s’était déroulée dans des conditions chaotiques. Beaucoup de familles européennes, ayant déjà quitté la Tunisie, n’avaient pas pris part au transfert des restes des corps. La configuration, existante jadis dans  l’ancien cimetière, n’allait pas être reproduite dans le nouveau cimetière. La   plaque, toujours visible aujourd’hui au fond du cimetière, indiquant l’ossuaire des restes des corps en provenance du cimetière du Belvédère, montre que le transfert s’est fait sans la conservation des traces matérielles de l’appartenance des tombes aux différents cultes. Ainsi, le «carré laïque» avait cessé d’exister pendant plus de 30 ans. C’est le décès de Gladys Adda en 1995 qui favorisa sa résurgence.

Gladys Adda redonne vie au «carré  des libres penseurs»

C’est la mort de Gladys Adda (1921-1995), militante féministe et communiste, qui ouvre la voie à la résurrection du «carré des libres penseurs», cette fois-ci, au sein  du  cimetière municipal du Borgel.  La levée du corps de Gladys Adda a été faite le   29 décembre 1995.
Après avoir été mis à  la disposition  de la médecine pendant  quelques mois, une cérémonie d’inhumation du corps   fut organisée le 28 novembre 1996, en présence des membres de sa famille.  La municipalité de Tunis, a bien accepté d’exaucer les vœux de la famille Adda, un contrat de vente d’un terrain a été bien signé, permettant l’enterrement du corps de Gladys  dans l’espace défini comme étant réservé aux libres penseurs, qui se trouve, non loin de l’ossuaire renfermant,  des  restes du cimetière du Belvédère.  Par cet acte, l’institution municipale, organisme civil de gestion de la citoyenneté au quotidien, redonnait  une nouvelle  vie à l’ancien «carré des libres penseurs» qui avait existé au sein du cimetière de Bab El Khadr.

La «résurrection» du carré  des libres penseurs, en 1996, ne sera pas un acte solitaire, il sera suivi par l’inhumation du fils de  Gladys, Serge (1948-  2004) puis de son époux, Georges (1916-2008).. D’autres tombes  portant les noms de Lucia Memmi, d’Eugénie Foata Ennafaa, d’André Bijaoui, Suzanne Meimon Jerad, Elie Finzi etc. meublent aujourd’hui  un espace ré-ouvert à la suite du décès de  Gladys. C’est  dans cette    partie du sol tunisien  qu’a choisi  Gilbert Naccache  de se joindre à eux et de l’élire comme dernière demeure.

Cependant, Gilbert, ainsi que tous les autres, continueront à vivre avec nous dans le  partage  des valeurs de liberté, de justice et de tolérance.

Paix à leurs âmes ! Ils ont montré que  les citoyens tunisiens peuvent décider, en toute liberté,  du lieu de leur inhumation, continuant ainsi une tradition de liberté de conscience existante dans ce pays et à laquelle la constitution de 2014 a donné des bases  légales, marquant par là  une  réelle avancée même si la mise en pratique de tels  principes et valeurs, peuvent rencontrer encore réserves et  résistances. 

Habib Kazdaghli
Historien universitaire

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
4 Commentaires
Les Commentaires
Ennafaa - 03-01-2021 00:22

Eugénie Foata et non Foueta svp

kamel Chaabouni - 03-01-2021 06:45

Bravo Monsieur Habib pour cet article magnifique

Adné ne chaabouni - 03-01-2021 07:46

Si Habib Je vous remercie pour avoir éclaire, par cet article, des pans entier de notre passé de tubsiens, notre présent aussi et de donne, de la sorte, des éléments qui séviront à définir des actions futures... J’ai la conviction que ce ‘’petit’’ article aidera grandement les tunisiens à définir des actes qui les aideront à mieux vivre ensemble.... Je vous remercie pour avoir apporté des réponses à des questions que je me pose depuis un demi siècle...

Boughanmi - 04-01-2021 00:38

Mr kazdaghli , tous mes vœux de bonheurs et de santés pour ces 12 prochains mois. Encore merci pour vos interventions qui nous éclairent sur l’histoire sociologique de Tunis et de la Tunisie dans son ensemble. Oui le vivre ensemble , une chose que l’on croit disparu lorsque l’on entend certains relater des histoires vécu jadis. Je pense qu’il vous faudrait une chronique voir une émission télévisé afin de transmettre et d’éduquer notre jeunesse qu’avec la diversité les forces se démultiplient au profit de l’intérêt commun. Sachez que vous m’avez éclairé sur l’histoire des cimetières européens et celui du belvédère car en 2007 j’étais revenu avec une amie corse dont son père avait quitté Tunis en 1960 et son grand père fut enterré au belvédère puis transféré à l’opposé de l’entrée principal du Borgel . Nous avons déposé une plaque ou son nom est indiqué afin de faire renaître ces oubliés. Je pense que cette sadaka a un sens pour moi car sans le savoir mon année de naissance (juillet 72 ) correspond à la fin de la période de transfert par les familles des défunts des cimetières européen et le père de mon ami corse n’avait pas reçu l’information de l’administration française. Merci Au plaisir de vous lire. Mr A. Boughanmi

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.