News - 09.11.2020

Exclusif – Gordon Gray : Ce que l'élection de Biden signifie pour la Tunisie

"La nouvelle Administration (Biden) sera prédisposée à écouter - et à écouter avec compréhension - les besoins de laTunisie et ses préoccupations, écrit pour Leaders l'ancien ambassadeur des Etats-Unis à Tunis, Gordon Gray. Mais le gouvernement tunisien et la société civile, ajoute-t-il, devront travailler dur pour être entendus en 2021, car la nouvelle Administration se concentrera comme un laser sur l'endiguement de la pandémie de Covid-19 et le sauvetage de l'économie de ses effets dévastateurs.  Une première étape importante sera d'envoyer un ambassadeur à Washington dès que possible, et par tous les moyens avant que le président élu Biden ne prenne ses fonctions le 20 janvier." 

Par Gordon Gray, ancien ambassadeur des Etats-Unis d'Amérique à Tunis, et sous-secrétaire d'État adjoint pour les Affaires du Proche-Orient - L'élection américaine du 3 novembre montre que les électeurs américains et les Tunisiens partagent aujourd'hui les mêmes préoccupations : l'inquiétude face à la pandémie, le désir d'une économie plus forte et la préférence pour la stabilité plutôt que le chaos.  En élisant l'ancien vice-président Joe Biden, les électeurs américains ont exprimé dans leur majorité leur profonde détresse face à la pandémie Covid-19 et à l'état de l'économie. Ils ont également rejeté le style de gouvernement incompétent du président Donald Trump. 

Cette élection portait sur des questions intérieures, et non sur la politique étrangère

Alors que les questions de politique étrangère ont dominé le programme de campagne de plusieurs élections présidentielles américaines récentes (notamment la guerre en Irak en 2004, la crise des otages en Iran en 1980 et la guerre du Vietnam en 1968 et 1972), l'élection de cette année était bien différente.  La politique étrangère a rarement été abordée.  Elle n'a même pas fait l'objet du premier débat présidentiel, le 29 septembre dernier.  (Mais en passant, de nombreux arabophones ont pris note de la réponse de Biden, insha'allah, à la réponse évasive de Trump sur ses impôts sur le revenu. La prononciation de Biden n'était cependant pas parfaite et certains auditeurs ont cru à tort qu'il avait dit enchilada, un aliment de base de la cuisine mexicaine).  La sécurité nationale était l'un des six sujets du deuxième débat de 90 minutes du 22 octobre, mais il n'y avait pas une seule question sur la Syrie, l'Irak ou l'Afghanistan, même si des troupes américaines sont déployées dans chacun de ces pays. 

James Carville, un stratège en chef pour la course du gouverneur Bill Clinton à la Maison Blanche en 1992, a dit "c'est l'économie, idiot".  La version 2020 de cette citation serait "c'est la pandémie et l'économie" ; les sondages de sortie de crise ont confirmé que les questions intérieures étaient les principales préoccupations des électeurs.

L'accent mis sur les défis intérieurs redoutables fera qu'il sera difficile pour un seul pays d'attirer l'attention ; les questions tunisiennes seront en concurrence pour attirer l'attention dans une arène politique encombrée.  Par conséquent, les Tunisiens devront expliquer clairement et fréquemment à la nouvelle administration - et au public américain - la valeur du soutien continu des États-Unis à la transition de leur pays et pourquoi il reste important pour les citoyens des deux nations. 

Une plus grande attention à la démocratie et au multilatéralisme

Bien que les affaires internationales n'aient pas été au centre de la campagne électorale, une présidence Biden aura une approche de la politique étrangère nettement différente de celle de l'administration Trump.  S'adressant aux journalistes six jours avant l'élection, Tony Blinken (l'ancien secrétaire d'État adjoint qui est l'un des plus proches conseillers de M. Biden en matière de politique étrangère) a déclaré que "la démocratie est au cœur de tout ce que nous faisons". Il a également expliqué que "le leadership, la coopération et la démocratie" seraient les principes d'organisation de la politique étrangère de M. Biden. 

Une enquête récente du Chicago Council on Global Affairs a conclu qu'"une grande majorité de démocrates (80 %) dit que l'épidémie de Covid-19 a accru l'importance de la coordination et de la collaboration des États-Unis avec d'autres pays pour résoudre les problèmes mondiaux". Cette conclusion est conforme à la vision de M. Biden, de ses conseillers et des démocrates au Congrès. Cette approche multilatérale sera également à l'avantage de la Tunisie, tant à court terme (en raison de son siège au Conseil de sécurité des Nations unies) qu'à long terme. 

Quelles implications pour la Tunisie

Assistance américaine : La Tunisie ne sera pas en tête de l'agenda du nouveau gouvernement, ni même près de l'être, mais elle bénéficiera probablement d'une appréciation sincère de son importance en tant que seul pays à réussir sa transition politique après le printemps arabe.  Ainsi, l'Administration Biden maintiendra probablement l'assistance américaine à la Tunisie.  En revanche, l'Administration Trump a toujours cherché à réduire l'aide bilatérale, mais elle a été rejetée chaque année par le Congrès américain, où la Tunisie bénéficie d'un large soutien bipartite. 
L'aide américaine à la sécurité sera maintenue mais ne sera pas l'unique préoccupation de l'administration Biden.  Le secrétaire à la Défense de M. Trump a été le seul membre du cabinet à se rendre en Tunisie pendant cette Administration.  On peut s'attendre à ce que le secrétaire d'État Biden se rende en Tunisie - tout comme les secrétaires Kerry, Clinton, Rice et Powell l'avaient fait - pour des consultations et un dialogue sur des questions bilatérales et multilatérales, et pour souligner le soutien des États-Unis.  Les deux secrétaires d'État de M. Trump (Pompeo et Tillerson avant lui) n'ont jamais pris le temps de se rendre en Tunisie.      

Accords économiques : Dans son dernier discours en tant que vice-président, deux jours seulement avant de quitter ses fonctions, M. Biden a déclaré au Forum économique mondial qu'il était "un libre-échangiste et un partisan de la mondialisation". Comme je l'ai déjà écrit, le sénateur Murphy (un démocrate du Connecticut) a présenté au début de l'année une résolution, coparrainée par le sénateur Graham (un républicain de Caroline du Sud qui a été réélu le 3 novembre), demandant l'ouverture de négociations en vue d'un accord de libre-échange (ALE) avec la Tunisie.  Ce soutien bipartisan n'est pas nouveau, mais le gouvernement tunisien, son ambassade à Washington et son monde des affaires ont du pain sur la planche. L'Administration Biden pourrait bien être favorable à un ALE avec la Tunisie mais il est peu probable qu'elle lui accorde la priorité sans un effort tunisien soutenu, en particulier à un moment où les ALE sont des questions compliquées dans l'environnement politique américain actuel. 

Pour sa part, le gouvernement tunisien devrait signaler son intérêt à faciliter le commerce bilatéral (sans parler du tourisme) en rejoignant les plus de 130 pays qui ont un accord aérien "Ciel ouvert" avec les États-Unis.  Les cinq pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord qui ont déjà conclu des accords de libre-échange avec les États-Unis - Maroc, Israël, Jordanie, Bahreïn et Oman - ont également signé un accord aérien bilatéral "Ciel ouvert".  L'action de la Tunisie se fait attendre.

La Libye : L'administration Trump a accordé peu d'attention au conflit en Libye. Lorsqu'elle l'a fait, elle a envoyé des signaux contradictoires (par exemple, l'appel de Trump du 15 avril 2019 à Khalifa Haftar sur ordre du président égyptien Sissi, dans lequel Trump a apporté son soutien à l'assaut de Haftar sur Tripoli, huit jours seulement après que son secrétaire d'État ait publié une déclaration s'opposant à l'offensive militaire).  L'Administration Biden, en revanche, est susceptible d'agir de manière cohérente pour soutenir la diplomatie de l'ONU afin d'apporter la stabilité à la Libye.     

Israël-Palestine : Biden s'appuiera sur ses décennies de service public (en tant que président de la commission des Relations étrangères du Sénat et en tant que vice-président) pour évaluer la meilleure façon de faire avancer une résolution de la question israélo-palestinienne.  L'ambassade américaine restera presque certainement à Jérusalem, mais l'Administration Biden rouvrira probablement le consulat général américain, parfois décrit comme la mission diplomatique de facto en Palestine.  De même, on peut s'attendre à ce que les États-Unis rétablissent le financement de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient.  La réalisation de progrès sur nombre de ces questions nécessiterait un certain degré de coopération et de consultation avec le Congrès américain ainsi qu'avec les dirigeants en Israël et l'Autorité palestinienne pour être mise en œuvre.             

Le changement climatique : Cette question sera en tête de l'agenda de politique étrangère de l'Administration Biden, de la Chambre des Représentants (où les Démocrates ont maintenu leur majorité) et du parti Démocrate. Biden s'est engagé à rejoindre l'Accord de Paris sur le Climat dès le premier jour de son administration, et 75 % des démocrates interrogés par le Chicago Council on Global Affairs ont classé le changement climatique comme une menace critique, juste après la pandémie (que 87 % ont classée comme critique). Nos deux pays sont donc susceptibles de renforcer le dialogue et la coopération sur cette question.     

Conclusion

Comme l'a écrit le 1er novembre le sextuple ambassadeur des États-Unis Ryan Crocker (qui a vécu en Tunisie pendant un an lorsqu'il étudiait l'arabe), "l'engagement de Biden en faveur des alliances et de la résolution collective des problèmes marquerait un retour à un cadre mondial que Trump a écarté et cherché à démanteler".  Cette approche ne peut que profiter à la Tunisie (et au reste du monde). En outre, plusieurs des hauts responsables qui seront nommés par M. Biden auront servi au sein du gouvernement lorsque le printemps arabe aura commencé en Tunisie, de sorte que la nouvelle Administration sera prédisposée à écouter - et à écouter avec compréhension - les besoins de votre pays et ses préoccupations. 

Mais le gouvernement tunisien et la société civile devront travailler dur pour être entendus en 2021, car la nouvelle Administration se concentrera comme un laser sur l'endiguement de la pandémie de Covid-19 et le sauvetage de l'économie de ses effets dévastateurs. Une première étape importante sera d'envoyer un ambassadeur à Washington dès que possible, et par tous les moyens avant que le président élu Biden ne prenne ses fonctions le 20 janvier. 

G.G.

Gordon Gray est le directeur des opérations du Center for American Progress. Il a fait carrière dans les relations extérieures en tant qu'ambassadeur des États-Unis en Tunisie au début du printemps arabe et en tant que sous-secrétaire d'État adjoint pour les Affaires du Proche-Orient.

Version originale

WHAT BIDEN’S ELECTION MEANS FOR TUNISIA

The November 3 U.S. election illustrates that today’s American and Tunisian voters share the same concerns:  anxiety about the pandemic, a desire for a stronger economy, and a preference for stability over chaos.  By electing former Vice President Joe Biden, the majority of American voters expressed their deep distress about the COVID-19 pandemic and the state of the economy and rejected President Donald Trump’s incompetent governing style. 
This election was about domestic issues, not foreign policy
While foreign policy issues dominated the campaign agendas in several recent U.S. presidential elections (notably the war in Iraq in 2004; the Iran hostage crisis in 1980; and the Vietnam war in 1968 and 1972), this year’s election was far different.  Foreign policy was rarely discussed.  It wasn’t even a topic during the first presidential debate, held on September 29.  (But as an aside, many Arabic-speakers took note when Biden replied insha’allah to Trump’s evasive reply on his income taxes.  Biden’s pronunciation was less than perfect, though, and some listeners mistakenly thought he had said enchilada, a staple of Mexican cuisine.)  National security was one of six topics in the second 90-minute debate on October 22, but there was not a single question about Syria, Iraq, or Afghanistan even though U.S. troops are deployed in each of those countries. 
James Carville, a chief strategist for then-Governor Bill Clinton’s successful race for the White House in 1992, famously said “it’s the economy, stupid.”  The 2020 version of that quotation would be “it’s the pandemic and the economy;” exit polling confirmed that domestic issues were the primary concerns on voters’ minds.
This focus on daunting domestic challenges will make it difficult for any one country to garner attention; Tunisian issues will be competing for attention within a crowded policy arena.  Consequently, Tunisians will have to articulate clearly and frequently to the new administration – and the American public – the value of continued U.S. support for their country’s transition and why it remains important for the citizens of both nations. 
A greater focus on democracy and multilateralism
Although international affairs were not central to the election campaign, a Biden presidency will have a markedly different foreign policy approach than that of the Trump administration.  Speaking to reporters six days before the election, Tony Blinken (the former Deputy Secretary of State who is one of Biden’s closest foreign policy advisors) said that “democracy is at the heart of everything we do.”  He further explained that “leadership, cooperation, and democracy” would be the organizing principles for Biden’s foreign policy. 
A recent survey by the Chicago Council on Global Affairs concluded that “a vast majority of Democrats (80%) say the COVID-19 outbreak has increased the importance of the United States coordinating and collaborating with other countries to solve global issues.”  This finding is consistent with Biden’s outlook, that of his advisors, and that of Democrats in Congress.  This  multilateral approach will also work to Tunisia’s advantage, both in the short-term (due to its seat on the United Nations Security Council) and the long-term. 
Implications for Tunisia
U.S. Assistance:  Tunisia will not be at or even near the top of the incoming administration’s agenda but will likely benefit by a sincere appreciation for its importance as the sole country to make a successful political transition following the Arab Spring.  Thus, the Biden administration will likely maintain U.S. assistance to Tunisia.  In marked contrast, the Trump administration consistently sought to cut bilateral aid, only to be rebuffed each year by the U.S. Congress, where Tunisia enjoys broad bipartisan support. 
U.S. security assistance will continue but will not be the sole focus of the Biden administration.  Trump’s Defense Secretary was the only Cabinet-level official to visit Tunisia during this administration.  Biden’s Secretary of State can be expected to travel to Tunisia – just as Secretaries Kerry, Clinton, Rice, and Powell did – for consultation and dialogue on both bilateral and multilateral issues, and to highlight U.S. support.  Trump’s two Secretaries of State (Pompeo and Tillerson before him) never made the time to visit.      
Economic agreements:  In his final speech as Vice President, just two days before leaving office, Biden told the World Economic Forum that he was “a free trader and a supporter of globalization.”  As I have previously written, Senator Murphy (a Democrat from Connecticut) introduced a resolution earlier this year, co-sponsored by Senator Graham (a Republican from South Carolina who won re-election on November 3) calling for the initiation of negotiations for a free trade agreement (FTA) with Tunisia.  This bipartisan support is not new, but the Tunisian government, its Embassy in Washington, and its business community have their work cut out for them.  The Biden administration may well be favorably inclined to an FTA with Tunisia but is unlikely to prioritize it without a sustained Tunisian effort, particularly at a time when FTAs are complicated issues in the current U.S. political environment. 
For its part, the Tunisian government should signal its interest in facilitating bilateral trade (not to mention tourism) by joining the more than 130 countries who have an Open Skies aviation agreement with the United States.  The five countries in the Middle East and North Africa which already have FTAs with the United States – Morocco, Israel, Jordan, Bahrain, and Oman – have also signed a bilateral Open Skies aviation agreement.  Tunisian action is overdue.
Libya: The Trump administration has paid little attention to the conflict in Libya.  When it did, it sent conflicting signals (e.g., Trump’s April 15, 2019 call to Khalifa Haftar at the behest of Egyptian president Sisi, in which Trump lent his support for Haftar’s assault on Tripoli just eight days after his Secretary of State had issued a statement opposing the military offensive).  The Biden administration, by contrast, is likely to act consistently in support of the UN’s diplomacy to bring stability to Libya.     
Israel-Palestine:  Biden will draw on his decades of public service (as chairman of the Senate’s Foreign Relations Committee and as Vice President) in assessing how best to advance a resolution to the Israeli-Palestinian issue.  The U.S. Embassy will almost certainly stay in Jerusalem, but the Biden administration would likely reopen the U.S. Consulate General, sometimes described as the de facto diplomatic mission to Palestine.  Similarly, the United States can be expected to restore funding for the UN Relief and Works Agency.  Achieving progress on many of these issues would require some degree of cooperation and consultation with the U.S. Congress as well as leaders in Israel and the Palestinian Authority in order to be implemented.             
Climate change:  This issue will be at the top of the foreign policy agenda for the Biden administration, the House of Representatives (where the Democrats maintained their majority), and the Democratic party.  Biden has committed to rejoining the Paris climate agreement on the first day of his administration, and 75% of the Democrats surveyed  by the Chicago Council on Global Affairs ranked climate change as a critical threat, second only to the pandemic (which 87% listed as critical).  Our two countries are therefore likely to increase dialogue and cooperation on this issue.  
Conclusion
As six-time U.S. Ambassador Ryan Crocker (who lived in Tunisia for a year when he studied Arabic) wrote on November 1, “Biden’s commitment to alliances and collective problem-solving would mark a return to a global framework that Trump has dismissed and sought to dismantle.”  This approach can only work to the benefit of Tunisia (and the rest of the world).  Moreover, several of Biden’s senior appointees will have served in government when the Arab Spring began in Tunisia, so the new administration will be predisposed to listen – and listen with understanding – about your country’s needs and its concerns. 
But Tunisia’s government and civil society will need to work hard to be heard in 2021 because the new administration will be concentrating laser-like on containing the COVID-19 pandemic and rescuing the economy from its devastating effects.  An important first step will be to send an Ambassador to Washington as soon as possible, and by all means before President-elect Biden takes office on January 20. 

# # #

Gordon Gray is the Chief Operating Officer at the Center for American Progress. He was a career foreign service officer who served as U.S. ambassador to Tunisia at the start of the Arab Spring and as Deputy Assistant Secretary of State for Near Eastern Affairs.
[November 8, 2020]





 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.