Blogs - 07.09.2020

Hédi Béhi - un seul moyen pour faire entendre raison à Israël : l'inciter à se penser en Etat normal ?

Jamais un pays arabe n'est allé aussi loin et aussi vite que les Emirats arabes unis dans leur politique de normalisation avec Israël et leur empressement à donner du contenu à l'accord qui les lie depuis peu à cet Etat. En l'occurrence, il ne s'agit pas seulement d'une normalisation diplomatique mais d'une coopération économique, scientifique et stratégique ainsi que de l'ouverture de lignes aériennes régulières. Une remarque : l'accord n'a pas suscité de protestations ni d'articles incendiaires ou des pétitions d'intellectuels permettant ainsi  l'instauration entre le deux pays d'une "paix chaude" en quelques jours. Ce qui ne fut pas le cas de l'Egypte. Elle a été l'objet d'une mise en quarantaine par les autres pays arabes suite à sa normalisation avec l'Etat hébreu s'est contentée d'une "paix froide" pendant une quarantaine d'années, le temps "de réchauffer" les sentiments de sa population envers l'Etat hébreu.

 Les deux évènements ont eu lieu à quelques dizaines d'années d'intervalle, marquant un changement radical dans les mentalités. Tout se passe comme si la Palestine avait cessé d'être "la cause sacrée des Arabes" et que les gouvernants comme les gouvernés s'étaient faits à l'idée d'un nouvelle andalousie. Un tabou a été levé sur les contacts avec Israël. les esprits semblent désormais mûrs dans le monde arabe pour une paix globale avec Iseaël . Peut-être aussi assistons-nous à une démystification de cette chose qu'on a appelée panarabisme inventé par des Arabes chrétiens pour faire pièce à la montée du panislamisme au XIXe siècle sous la houlette de Mohamed Abdou et Jameleddine El Afghani. Une langue commune fût-elle sacrée ne suffit pas à cimenter les liens entre des peuples arabes ou arabisés que  la colonisation a particularisée au point d'en faire des frères ennemis. C'est  d'ailleurs ce qui explique l'échec de toutes les tentatives d'union entre les Etats arabes.

Même si je me perds en conjectures sur la précipitation des Emirats arabes unis à conclure un accord léonin avec Israël ce qui les a privé d'obtenir des concessions comme le renoncement de l'annexion des terrioires palestiniens, je ne vais pas hurler avec les loups, accuser tel ou tel pays arabe de trahison, dénoncer la normalisation avec l'Etat hébreu, d'abord parce que je ne me sens pas en droit de donner des leçons à un pays comme l'Egypte qui a sacrifié dans ses guerres avec Israël la fine fleur de ses enfants pour la libération de la Palestine et hypothéqué gravement son développement, ensuite, parce que cette normalisation avec Israël si décriée en public est la chose la mieux partagée dans le monde arabe.

Ce qu'il faut incriminer surtout c'est la gestion catastrophique du conflit arabo-isaélien par les dirigeants arabes. En rejetant en 1947 le plan de partage de l'ONU, puis en 1967, peu après la déroute des armées arabes, lorsque les israéliens avaient proposé aux chefs d’Etat réunis à Khartoum de restituer les territoires arabes occupés pendant la guerre des Six-Jours en contrepartie de sa reconnaissance par les pays arabes. Leur réponse fut les fameux 3 «non» : pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance  d’Israël, pas de négociations avec Israël.

On dit que la colère est mauvaise conseillère. Dans son fameux discours dAriha deux ans avant la guerre des six jours, sans doute la plus grande catastrophe que le monde arabe ait jamais connue depuis la perte de l'Andalousie, Bourguiba avait mis en garde ses pairs comme s'il pressentait une bourde monumentale de la part des dirigeants arabes :"Je méprise la colère parce que chez les Arabes, elle  empêche toute action lucide. C'est un alibi à l'inaction. On crie, on injurie, on lance des imprécations et on a ensuite l'impression de s'être délivré d'avoir accompli sa tâche". Il a été traité de défaitiste et de suppôt de l'impérialisme y compris par Hassanein Heykal.

Cette impulsivité, cette persévérance dans l’erreur ont fait plus de mal au monde arabe que les guerres avec l’Etat hébreu. Au lieu de confronter la réalité, les dirigeants arabes ont fait preuve d’un orgueil déplacé se réfugiant dans la démagogie et l’irréalisme, tout en en invoquant ce que l'orientaliste français et fin connaisseur du monde arabe, Maxime Rodinson a appelé  dans son livre "Israël et le refus arabe, «ce monstre indéfinissable, le marxisme ultra schématique qu’ils appellent impérialisme et dont ils ont un coupable idéal de tous les malheurs arabes».

L'erreur est humaine, persévérer dans l'erreur est diabolique". Il est temps de rompre avec la logique de guerre, et revenir à la solution des deux Etats. Israël est le plus fort aujourd'hui. mais il doit savoir que la logique de la démographie qui n'est pas en sa faveur. Le nombre d'arabes résidant en Israël aujourd'hui a atteint celui de la population juive. Quant aux arabes, ils doivent faire des efforts pour comprendre les craintes des juifs après toutes les injustices qu'ils ont subies tout au long de leur histoire. Ils ont certainement entendu parler du complexe de Massada, cette tendance d'Israël de se voir perpétuellement dans une forteresse assiégée. Il faut le rasséréner, sortir de cette logique de guerre dans laquelle les deux parties se sont enfermées. Car un nouveau conflit serait suicidaire pour les Arabes dans l'état actuel des choses tout comme la perpétuation de l'état ni guerre, ni paix reviendraient à enterrer la cause palestinienne. Avec ses victoires sur les armées arabes, Israël s'est habitué à vivre dangereusement. Autant, il se sent à l'aise dans les guerres, autant,il appréhende les périodes de paix. Par son bellicisme qui en a fait "un récédiviste des agressions"contre ses vioisins, Israël nous rappelle la Sparte de la Grèce antique. Ce qu'il craint par dessus tout, ce sont les périodes calmes parce qu'elles démobilisent la population israélienne.

Rodinson a déploré «la propension des Arabes à être toujours en retard d’une guerre en réclamant le statu quo ante après chaque défaite".Ils seraient mieux inspirés de renoncer au recours aux armes qui a montré son inanité et penser à une solution pacifique : mettre Israël en danger de paix, l'encourager à se penser en Etat normal et à s'intégrer dans son environnement.

Hédi Béhi
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
Aziz - 07-09-2020 18:01

Un bon article et une analyse de sagesse, Si Hédi. J'espère que Monsieur Mohamed Larbi Bouguerra le lira pour s'inspirer; mais aussi pour qu'il cesse de viser subjectivement l'Etat hébreux tout en laissant passer sous silence, frileusement, l'hypocrisie des pays arabo-musulmans en général, et certains tunisiens en particulier.

Dr Abdelkrim Alileche - 07-09-2020 19:18

Que l'on se calme un peu. Nathanyahoo ne sait que faire. Voila toute la question. Alors il demande l'aide des pays arabe. Son probleme est que son pays va aller aux urnes pour la quatrieme fois. Pourquoi: la liste commune larabe 'empeche de former un gouvernement. La demographie paestinienne se fait menacante. Et voila toute l'histoire. La politique comme la science demande une analyse de la realite. Bourguiba etait en fait un homme de science.

Touhami Bennour - 08-09-2020 00:31

Pendant les premiers temps de la creation de l´Etat d´Israel, les arabes se comportaient toujours comme les premiers du monde même si á côté de l´holocauste des juifs on parlait de "la bombe juive". Il n´a echappé á personne que les plus grands specialiste d l´ atome aprés la deuxiemme guerre mondiale étaient juifs, á commencer pa Einstein. Ces personnalités n´étaient preoccupés par autre chose. Aujourd´hui les arabes se comportent des magnanimes ayant du chagrin de l´histoire. Nous savons que le premier holocauste de l´histoire a eu lieu á Carthage. En somme les deux attitudes sont irrealistes. Je crains quand même que l´idée de la demographie comme solution soit fausse. L´Histoire ne se repète pas. On parle de realisme, mais l´histoire est un mouvement qui a un commencement et une fin.

oueslati ridha - 08-09-2020 11:40

C’est un article sage en plein période de gestation pour le monde arabe meurtrit de guerre. Tout simplement un article qui pousse à penser et poser la problématique autrement dans l’intérêt de tout le monde que soit les arabes que les Israéliens indépendamment du nombre d’habitants qui est en faveur du monde arabe depuis X temps ! Le temps passe , les générations passent et nous regardons toujours la problématique de la même manière , ceci a favorisé le développement de lobbys mondiaux adaptés à cette situation ! A mieux discuter loin des sentiments dans l’intérêt des deux peuples Israéliens et Arabe serait probablement meilleur pour le présent et surtout l’avenir de l’Orient ; Avenir de son peuple qui veut aspirer à une vie meilleur qui ne peut apparaitre et se stabiliser sans résoudre ce conflit à vision mondiale Les sages , les universitaires , les savants et les hommes et femmes de la culture de cette génération ont une responsabilité plus lourdes que les hommes politiques responsable pour avancer des discussions pragmatiques sérieuses , même si parfois peut engendrer à des réactions extrêmes positive maitrisable à fin d’aplatir et ouvrir les routes et les fenêtres qui peuvent aider au mieux pour un avenir plein d’espérances aux peuples arabes et Israéliens de la région voir mondiale

Touaguine Mohamed Ben Ali - 23-09-2020 00:53

Un sujet très important l'affaire palestinienne concerne que les palestiniens ceux qui sont en mesure de refuser ou d'accepter les solutions proposés . La normalisation des pays soit disant les Arabes avec l'état hébreux malgré que cette entité Arabe ne concerne que certains pays du moyen orient tel que le Yémen ne porte pas d'influence sur l'affaire palestinienne et pour ne pas être en contradictoire s'il y a un état palestinien laissez le prendre leur décision sans l’ingérence des autres chacun s'occupe de leur propre problems .

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.