News - 02.06.2020

Yossra Kallali: Réflexion sur l’impact de Covid-19 sur les migrants, et la migration

La marginalisation des groupes les plus vulnérables parmi nous - tels que les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile résidant dans d'autres pays que leur pays d'origine et qui ne jouissent pas des mêmes droits que les nationaux, notamment le droit à la santé - suscite une profonde inquiétude. Dans le monde entier, les migrants et les réfugiés peuvent être exclus par la loi et les règlements et pratiques administratives des politiques. Ils sont souvent confrontés à des obstacles dans l'accès aux soins de santé, notamment les barrières linguistiques et culturelles, les coûts, le manque d'accès à l'information, ainsi que la discrimination et la xénophobie. Dans ces circonstances, les conditions de vie des migrants se sont aggravées.

Les migrants, les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays et les réfugiés sont exposés à des risques, car ils vivent dans des conditions d'exiguïté, notamment dans des camps officiels, des établissements informels ou des espaces urbains à forte densité de population. Les familles multiples sont souvent obligées de partager la même salle de bain, la même cuisine et les mêmes installations sanitaires, si elles y ont accès. Certaines sont obligées de partager la même tente, même dans les circonstances de cette crise sanitaire mondiale. Dans certains pays, les demandeurs d'asile et les migrants en situation irrégulière sont placés en détention, souvent dans des conditions épouvantables. La facilité avec laquelle le coronavirus se propage rend ces conditions de vie potentiellement désastreuses et même pires, car ils peuvent être confinés dans des camps et des installations, ou vivre dans des zones urbaines surpeuplées dans de mauvaises conditions sanitaires et avec des services de santé surchargés ou inaccessibles. Les migrants en situation irrégulière peuvent être incapables ou peu désireux d'accéder aux soins de santé ou de fournir des informations sur leur état de santé parce qu'ils craignent ou risquent d'être détenus, expulsés ou sanctionnés en raison de leur statut d’immigration.  Nous soulignons également la double vulnérabilité de ces groupes qui souffrent déjà d'exclusion sociale et qui vivent dans la pauvreté, privés de toute ressource pour gagner leur vie afin de faire face à la pandémie de Corona et de pouvoir s'isoler. Leur situation administrative aggrave leur souffrance et les met, ainsi que leurs familles, face à des défis qui ne peuvent être relevés sans une intervention courageuse du gouvernement pour les aider.

Plusieurs pays européens ont suspendu l'admission de migrants, soit comme zone de transit, soit comme pays de destination, invoquant le virus Corona et l'immigration clandestine. Alors qu'une action internationale urgente doit être prise pour protéger les migrants et les réfugiés dans le cadre de la pandémie de Corona. Chaque pays est encouragé et invité à planifier ses actions de préparation et de réponse conformément au plan stratégique mondial de préparation et de réponse (SPRP), en termes de protection des migrants, qui sont les plus vulnérables, l'OMS a mis l'accent sur la nécessité de les soutenir et d'inviter chaque pays à leur fournir un refuge ou des espaces sûrs si nécessaire par le biais de mesures économiques et sociales coordonnées qui incitent à participer et qui atténuent les conséquences sociales et économiques négatives. La sécurité alimentaire, la santé mentale et la protection des femmes, y compris la nécessité de protéger les femmes contre un risque accru de violence domestique, sont des domaines d'attention prioritaires.  Depuis février 2020, les pays d'Afrique subsaharienne ont commencé à prendre des précautions pour empêcher l'arrivée ou la propagation de Covid-19 à l'intérieur de leurs frontières en bloquant la plupart des vols entrants ou en contrôlant et en mettant en quarantaine les passagers de certaines nationalités ou arrivant de pays spécifiques. Ils essaient de limiter autant que possible la propagation de ce virus, car je ne serai pas contenue dans une certaine phase si la propagation ne peut être contrôlée.

En conséquence, les gouvernements doivent prendre une initiative nationale pour répandre un climat de confiance et rassurer ce groupe (migrants, réfugiés et demandeurs d'asile) en les parrainant officiellement et en pouvant jouir du droit à la santé sur un pied d'égalité avec les citoyens nationaux. Le gouvernement, par exemple, a pris des mesures positives visant la situation des migrants étrangers résidant en Tunisie. Il a approuvé la suspension du calcul des délais légaux de résidence dans le pays à partir du début du mois de mars 2020 jusqu'à l'expiration de l'obligation, en tenant compte du niveau national et des pays d'origine des résidents. Suspendre davantage le calcul des dates d'expiration du visa d'entrée en Tunisie, sa prolongation et les implications financières de cette expiration de l'obligation - tout en s'efforçant de leur fournir des prestations en matière de services sociaux et d'autres avantages financiers, en plus d'inviter les propriétaires de biens immobiliers à reporter la conclusion des informations locatives requises pour avril et mai. La gouvernance locale joue également un rôle important en réponse à la Covid-19. Certaines municipalités telles que la municipalité de Sousse, la municipalité de Manouba, travaillent à fournir une aide sociale aux migrants et à mettre en place une base de données pour les migrants dans leurs régions en fonction de leur répartition géographique. 

Au Burkina Faso, des mesures de sécurité ont été prises pour vider le camp de réfugiés de Goudoubo par la force. Les réfugiés maliens qui vivaient près de la frontière du Burkina Faso et du Mali vivent dans les camps après les attaques des militants. Avec la fermeture de l'école, du centre de santé et même du poste de sécurité du camp, les migrants maliens se trouvent obligés de se déplacer vers d'autres endroits au Burkina Faso où ils sont confrontés à des conditions difficiles des principaux éléments de base de la vie tels que l'accès à la santé, à l'eau et à la sécurité ou de retourner chez eux là où la situation sécuritaire au Mali ne le permet pas puisque les autorités ont imposé un couvre-feu dans le cadre de leur réponse au Covid-19. Pour faciliter leur retour, le HCR travaille avec les autorités maliennes sur le terrain, afin d'offrir aux réfugiés un retour en toute sécurité avec des abris, des articles de secours et de l'argent pour subvenir à leurs besoins initiaux. Le HCR fournit également aux autorités les équipements sanitaires et d'hygiène nécessaires dans le cadre de la réponse à la pandémie Covid-19. Il a enregistré près de 3 000 réfugiés dans les régions de Gao, Mopti et Tombouctou qui bénéficient des initiatives du HCR et du partenariat avec les autorités maliennes.

Des centaines de réfugiés en Libye s'inquiètent de se voir couper l'aide lors de l'épidémie de coronavirus. Après avoir été contraints de quitter un centre géré par le HCR en Libye au début de cette année, ils risquent maintenant d'être infectés par le virus sans aucune forme d'aide ou d'assistance. Les Nations unies ont annoncé la suspension de leurs activités dans le centre de jour communautaire de Tripoli, où ils aident habituellement les migrants et les réfugiés. Elles sont confrontées à des problèmes de santé et à une menace énorme, en particulier pour les réfugiés et les migrants toujours enfermés dans des centres de détention.  Contrairement aux mesures prises par certains pays pour vider les camps de réfugiés, d'autres pays comme le Soudan, l'Éthiopie, l'Ouganda, le Kenya, le Nigeria, le Tchad, le Cameroun, le Sud-Soudan et la RDC accueillent encore 80 % des migrants et des réfugiés et maintiennent leur refuge dans cette crise dans des camps frontaliers isolés. Bien que l'isolement offre un certain degré de protection, le risque d'infection est très élevé alors que les fonctionnaires, les organisations d'aide et les vendeurs font régulièrement entrer et sortir des personnes de ces camps.

En outre, la situation illégale des migrants et des réfugiés constitue une autre restriction et une raison pour eux de ne pas demander l'aide des gouvernements et d'autres parties et d'éviter d'attirer l'attention sur eux dans leur vie quotidienne et, de nos jours, en particulier dans le cadre de l'épidémie de Corona. Même s'ils sont exposés au virus ou s'ils doutent d'avoir des symptômes, ils ne préféreront pas déclarer sur leur situation la crainte d'être reconnus aux frontières par les fonctionnaires et aussi la crainte de la violence à l'encontre des demandeurs d'asile et des migrants informels des populations locales, encouragée par la crainte de la pandémie.  

En outre, le gouvernement éthiopien a été confronté à un sérieux défi au cours des deux dernières semaines avec l'arrivée inattendue de plus de 5 000 rapatriés en Éthiopie en provenance de Djibouti, du Kenya et de l'Arabie saoudite sans examen de santé préalable. Le gouvernement, en collaboration avec des partenaires, prépare 30 sites de quarantaine pour accueillir les rapatriés, avec l'aide de l'OIM pour que les quatre sites d'Addis-Abeba soient prêts à accueillir les rapatriés. Le gouvernement éthiopien, avec l'aide de l'OIM, a fourni de la nourriture et de l'eau en bouteille pour se laver les mains, ainsi que des serviettes hygiéniques pour les femmes. Ils s'efforcent également de fournir un soutien sur place, notamment en enregistrant les arrivées et en identifiant les rapatriés vulnérables, comme les enfants migrants non accompagnés, afin de leur apporter une aide supplémentaire après la quarantaine. Tout au long de ces mois, les pays africains élaborent des mesures de précaution contre le Coronavirus, mais elles ne peuvent être classées que comme des précautions générales concernant non seulement les migrants et les réfugiés, mais aussi l'ensemble de la population.  Certains pays comme la Tunisie, le Nigeria et le Ghana utilisent les compétences numériques de leurs ingénieurs, développant ainsi un outil essentiel dans la lutte pour enrayer la propagation de la pandémie de coronavirus. L'Afrique de l'Ouest utilise une réponse systématique à la Corona, le système de surveillance, de gestion des flambées et d'analyse (SORMAS), qui est déjà utilisé depuis plusieurs années pour surveiller les flambées de maladies infectieuses en Afrique de l'Ouest et qui a été étendu début février pour permettre aux autorités de documenter les cas de Covid-19 dans les deux pays, le Nigéria et le Ghana. La GIZ aide actuellement les régions du Nigeria et du Ghana à appliquer le dessin des coronavirus dans le processus SORMAS.

La Tunisie a utilisé l'intelligence artificielle de ses jeunes ingénieurs dans l'épidémie de coronavirus. Un robot de police fabriqué par un jeune ingénieur tunisien a été déployé par le ministère de l'intérieur pour patrouiller dans les quartiers de la capitale tunisienne, Tunis, afin de s'assurer que les gens observent un verrouillage du coronavirus et de les sensibiliser à la nécessité de rester à l'intérieur. Un logiciel a été développé pour identifier plus rapidement les symptômes du Covid-19 sur les radiographies pulmonaires des personnes potentiellement infectées. Les utilisateurs de cette application sont originaires de France, de Belgique, d'Allemagne et des États-Unis et ont enregistré, dès le premier jour, plus de 1 200 résultats pour identifier les symptômes du coronavirus. La société civile a également joué un rôle important en aidant les gouvernements à stopper la propagation du coronavirus et à assurer la sensibilisation et la mobilisation à son sujet.

La société civile a également exprimé ses préoccupations concernant les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile et a insisté sur le fait que les gouvernements ne devaient pas oublier cette catégorie vulnérable. 

En conclusion, je peux dire que Covid-19 n'a fait que souligner davantage les défis des migrants et ne les a pas créés. Lutter contre Covid-19 n'est pas un choix, c'est une menace mondiale pour la sécurité, la sûreté et l'humanité en même temps. Pour enrayer la propagation et les risques de Covid-19, il faut adopter un nouvel esprit d'ouverture. Il s'agit d'un appel à toutes les parties concernées pour qu'elles agissent et élaborent des politiques inclusives en réponse à la pandémie de coronavirus. Des politiques inclusives permettront ici de construire des communautés inclusives pour l'avenir, où il n'y a pas de séparation entre les nationaux et les migrants dans de telles crises. C'est toujours la volonté politique qui régit de telles faiblesses dans nos systèmes à un moment aussi critique.

Yossra Kallali
Assistante de programme
« Migrants, Réfugies et déplacés internes en Afrique à l’Union Africaine »

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.