Opinions - 31.03.2020

Mohamed Ali Chihi: L'Afrique face à la pandémie du virus COVID-19

Tout au long de son histoire, l'humanité a été toujours confrontée à des pandémies graves.

L'Antiquité a connu plusieurs épidémies à l'instar des pestes antonine, d'Athènes et de Justinien. Ces pestes ont ravagé la Grèce antique et l'Empire romain causant des dizaines de millions de morts au sein des populations de ces deux civilisations.

Le Moyen Âge, quant à lui, a connu la pandémie la plus meurtrière de l'histoire de l'Europe. La peste noire qui s’est répandue en Europe médiévale et dans les pays méditerranéens en l'an 1348 a décimé à peu près le quart de la population de cette région.

L'époque moderne a été affectée par la fièvre jaune qui s’est propagée aux alentours de l'an 1648 dans les régions tropicales de l'Amérique.

Ainsi, des épidémies dévastatrices ont frappé le monde durant notre histoire. La fièvre jaune, le choléra et la grippe espagnole ont fait perdre la vie à un nombre impressionnant de personnes.

La période la plus récente de l'époque contemporaine a vu la propagation de plusieurs virus extrêmement mortels. Ainsi, la grippe asiatique, celle de Hong-Kong ou le VIH se sont propagés dans les quatre coins du monde causant la mort de millions de personnes.

Le début de ce siècle n'a pas dérogé à la règle et les deux premières décennies nous ont gratifié de pas moins de quatre épidémies majeures. Le SARS-CoV, Ebola, la grippe porcine (H1N1) et la grippe aviaire (H5N1) ont fait trembler les gouvernements et créé la panique dans de nombreux pays.

Notre civilisation, qui se croyait immunisée contre les épidémies, se réveille au début de cette année avec une nouvelle pandémie mettant en péril la vie de ses citoyens et son économie. Après une période de panique et d'hésitation, les chefs d’états décidèrent de déclarer la guerre au COVID-19 et partirent l'affronter en ordre dispersé.

En ce qui concerne l'Afrique, le continent a perdu un temps très précieux avant de réagir et de considérer cette menace comme une priorité. Au début de la propagation du virus, le discours lénifiant des hauts responsables africains a laissé croire que l'épidémie avait épargné nos pays. La mise en garde lancée le 14 février 2020 par l'américain Bill Gates aux chefs d'états africains sur les conséquences dévastatrices de cette pandémie en Afrique est restée lettre morte. Cet avertissement a soulevé un tollé de critiques à l'encontre de l’homme d’affaire.

Certaines voix déraisonnables qualifièrent l'épidémie de «maladie de blancs» et affirmèrent que l'Afrique n'était pas concernée par la propagation du Coronavirus. Cette léthargie des responsables africains a obligé le directeur général de l'OMS, l'éthiopien Tedros Adhanom Ghebbreyesus, à sonner l'alarme en déclarant " l'Afrique devrait se réveiller, mon continent devrait se réveiller".

L'Afrique n'a commencé à réagir qu'après l'enregistrement du premier cas de contagion en Égypte. Des pays comme la Tunisie et le Sénégal adoptèrent une approche graduée et progressive dans la lutte contre la propagation du virus. D'autres comme le Maroc, la Rwanda et l'Ile Maurice optèrent dès le début pour un confinement strict. La multiplication des cas dans beaucoup de pays a secoué les dirigeants africains et les a mis devant leurs responsabilités.

À l'heure actuelle, l'Afrique compte plus de six mille cas et plus de deux cents morts. La progression de l'épidémie est très rapide et le nombre insignifiant de tests pratiqués pour détecter la présence du COVID-19 ne va pas aider à cerner l'ampleur de la crise. Faute de dépistage, plusieurs personnes infectées vont continuer à circuler librement et propager sans le savoir le virus.

Les dons aux pays africains comme celui de Jack Ma, le fondateur d’Alibaba qui fournira six millions de masques et plus d'un million de kit de test de dépistage, ne vont pas changer le paysage sanitaire. En effet, le continent compte cinquante fois moins de lits médicalisés et de médecins par habitant que l'Europe.

Désormais, tout le monde est convaincu qu'une crise sanitaire sans précédent se prépare en Afrique. La négligence enregistrée pendant des décennies dans le secteur dévasté de la santé publique ne va pas aider les gouvernements africains à affronter convenablement cette pandémie. En l'absence, depuis des années, d'investissements, les hôpitaux publics sont devenus vétustes et très mal équipés. La dégradation des conditions de travail dans le secteur de santé publique a poussé médecins et personnels soignants à jeter l'éponge et travailler ailleurs. Le tableau sombre de la situation sanitaire et sociale dans beaucoup de pays africains prédit le pire. Plus personne ne croit encore que l'Afrique pourra échapper aux conséquences désastreuses de cette pandémie.

L'Afrique est victime de sa situation socio-économique complexe. La population s'angoisse déjà à l'idée de se cloîtrer chez elle. Il est très difficile de convaincre les gens à se confiner quand ils habitent des logements minuscules et vivent entassés les uns sur les autres. Dans beaucoup de pays, où plus de la moitié des emplois sont informels, les journaliers ne peuvent tout simplement pas s'arrêter de gagner leur vie. La précarité et l'économie parallèle obligent les gens à ne pas respecter les mesures prises par les autorités.

Ce qui fait peur aux observateurs et analystes c’est la vulnérabilité économique et financière de l'Afrique devant cette catastrophe planétaire. La chute vertigineuse des cours de matières premières et l'arrêt de l'activité économique mondiale a commencé à se manifester d'une manière brutale sur l'économie africaine. Les états africains ont une marge de manœuvre très réduite en matière de politique monétaire et fiscale. Ils sont entrain de payer leur laxisme dans la lutte contre l'économie informelle qui a asphyxié leur comptabilité publique. L'assiette fiscale qui s'est rétrécie comme peau de chagrin durant les dernières décennies, ne permet plus aux autorités publiques africaines d'envisager la constitution de fonds de soutien aux opérateurs économiques en détresse.

La dépendance de l'économie de la majorité des pays africains aux exportations de matières premières aggrave davantage leur situation. Les gouvernements qui savent que le confinement reste le seul moyen capable d'arrêter la propagation du virus, n'ont pas les moyens financiers d’assumer les conséquences d'une telle mesure et de l'appliquer.

Dans une récente étude de L'Overseas Development Institute (ODI) de Londres, la perte prévue pour l'économie africaine suite à cette crise va se chiffrer en dizaines de milliards de dollars. Déjà, le chiffre fatidique de cinq milliards de dollars a été enregistré en quelques semaines. Les responsables africains sont angoissés à l'idée d'un arrêt de l'activité économique de leurs pays. Ils savent pertinemment qu'ils n'ont pas les moyens de subvenir aux besoins élémentaires de leurs populations et n'espèrent pas obtenir l'aide des pays développés et des institutions financières internationales. Beaucoup pensent que l'annonce de l'Union Européenne de l'affection d'un paquet financier pour venir en aide aux pays les plus vulnérables face à la pandémie n'est qu'un feu de paille. Ils n'ont pas oublié l'annonce solennelle en 2017 par la Banque Mondiale de la création du fonds appelé "les obligations pandémiques". Ce fonds n'a profité qu'aux investisseurs et aucun centime n'a été débloqué pour venir en aide aux pays ravagés par les épidémies. Tout le monde est convaincu qu'il est temps que les instances internationales et à leur tête l'Organisation des Nations Unies prennent le taureau par les cornes et décrètent des mesures coercitives afin de soutenir les pays incapables de faire face à cette catastrophe sanitaire.

Ne l’oublions pas. Dans un contexte de mondialisation accrue. La seule façon d’éradiquer l’épidémie est de guérir tous les continents.

Mohamed Ali Chihi
Membre de l’association TUNISIAN SMART CITIES
chargé de la diplomatie citoyenne et de la diaspora

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
GUISSOUMA - 01-04-2020 16:17

Très intéressant ,bravo .

ALI BELGHITH - 08-04-2020 17:37

Bravo à vous سي مجمد علي pour ce bel article excellent et très instructif BEST

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.