News - 24.03.2020

Azza Filali - 20 mars 2020: N’oublions pas Bourguiba!

Cette année, le Covid 19 a accaparé toute l’actualité, reléguant au second plan les célébrations habituelles du 64ème anniversaire de l’indépendance. Mais laissons-là le virus maléfique, tout comme le non-respect par les tunisiens du confinement imposé. Tournons-nous, un instant, vers cette date qui est passée inaperçue : une grande fête dans les pays qui ont connu la colonisation. Pour tous les tunisiens cette fête reste à jamais liée à l’image d’un homme : Habib Bourguiba. Il est vrai que d’autres militants ont largement contribué à la victoire, obtenue le 20 mars 1956. Mais, les hasards de l’histoire et les tempéraments respectifs des différents protagonistes ont fait que ce fut l’image de Habib Bourguiba qui réussit à cristalliser la ferveur populaire à l’annonce de l’indépendance.

Il est vrai que l’homme, certes très ambitieux, possédait de grandes qualités: la première est un grand amour de ce pays pour lequel il lutta et fut emprisonné de longues années durant. A cela, il faut ajouter un charisme hors pair qui fascinait les foules, une éloquence de tribun, adaptant ses propos à ceux qu’il avait devant lui. Bourguiba possédait ainsi une spontanéité et une fougue qui lui gagnaient les cœurs. L’homme parlait comme il était et l’usage de l’arabe dialectal, joint à la simplicité que lui permettait sa vision claire des choses, parvenaient à conquérir les citoyens. Hors situations très spéciales, Bourguiba ne lisait jamais ses discours ; que de fois, devant un texte longuement et patiemment écrit par un de ses collaborateurs, il s’exclamait : « j’ai là un très bon discours qu’on m’a préparé, mais je préfère vous parler directement » Cet art inné de la communication lui a permis d’inverser, à l’avantage du pays (tout comme au sien), bien des situations épineuses : qu’on se souvienne de la fameuse union tuniso-libyenne, annoncée à la salle du Palmarium par le défunt Mouammar Kadhafi, alors que Bourguiba, alors malade, gardait le lit. Or, voici le président qui s’habille, débarque au Palmarium et d’un coup de main, remet Kadhafi à sa place et annule purement et simplement, la décision d’union, appuyée alors par Wassila Bourguiba et sa cour…

A cet art de la communication s’ajoutait une poigne de fer et un sens inégalé de la conjoncture. Bourguiba a fait adopter le code du statut personnel en Août 1956, alors que l’euphorie collective liée à l’obtention de l’indépendance battait encore son plein. Il savait bien que s’il tardait, les cheikhs de la mosquée « Zitouna », tout comme le conservatisme profond de la population s’opposeraient à l’octroi d’autant de libertés à la femme. Idem pour la récupération des « Habous » en juillet 1957, et la reprise, en 1964, des terres domaniales, jusque-là détenues par la France. Autant de décisions rapides, fermes, quasi-imposées à un parlement docile et qui ont bouleversé le paysage social et économique du pays. Puis vinrent les grands changements sociaux, opérés par Bourguiba avec l’aide de ses compagnons : le plus décisif a certainement été l’obligation, imposée aux tunisiens de scolariser tous leurs enfants, et cela au grand dam des pères, furieux de voir les filles quitter la maison. Des écoles, souvent rudimentaires, ont alors peuplé le pays, et on vit des convois d’écoliers, le plus souvent en tablier, cheminer, cartable à la main. Puis vinrent les lycées, les universités, dont certaines furent inaugurées au cours des années 1960 : la faculté de médecine de Tunis en 1964 et dont le premier doyen fut le regretté professeur Amor Chadli, l’Ecole nationale d’ingénieurs, en 1968, sous la houlette du défunt professeur Mokhtar Laatiri. En ce temps-là, l’école publique se prévalait d’un excellent niveau d’enseignement et les lauréats ne trouvaient aucune peine à intégrer les universités tunisiennes ou françaises.  Cet effort titanesque d’enseignement, dirigé par l’illustre professeur et écrivain Mahmoud Messaadi, donna ses fruits deux décennies plus tard lorsque notre pays devint l’un des plus scolarisés d’Afrique et que l’on vit des générations de jeunes tunisiens, d’un niveau intellectuel indéniable, formés à l’école publique, investir les fonctions à travers le pays.

Tout cela n’aurait pas été possible sans la force inflexible de Bourguiba et son sens aigu du « bon moment », deux qualités essentielles en politique. Faut-il ajouter que l’homme était peu soucieux de lui-même : intègre au plus haut point, ignorant de l’argent, n’ayant jamais possédé ni biens, ni domicile personnel, ayant même obligé son fils Habib Bourguiba Junior, à vendre une maison que celui-ci avait construite sur les hauteurs de Mutuelle ville. Bourguiba cultivait un mélange d’ascétisme et de probité. Cela ne l’empêchait pas d’être un bon compagnon, d’aimer se retrouver avec ceux qu’il aimait, de rire. Et tous ceux qui l’ont approché pendant des années lui ont voué autant d’affection que d’admiration.

Evidemment, toute médaille a son revers. Bourguiba a eu bien des défaillances ; il a souvent pris des décisions erronées, la plus grave étant sans doute l’instauration des coopératives. Il a aussi barré la route à la démocratie et à la liberté d’expression. Sans vouloir lui trouver des excuses, dois-je rappeler que l’époque de Bourguiba fut celle des dictateurs éclairés, des pères fondateurs de nations modernes : avant lui Mustapha Kamel Atatürk, puis Léopold Cedar Senghor…En vérité, bâtir une nation, prendre des décisions difficiles et les imposer, tout cela impose une fermeté, difficilement compatible avec l’ouverture d’esprit et la tolérance à l’égard de l’avis contraire que suppose l’exercice démocratique. De toutes manières, la démocratie à l’occidentale, celle qui prévaut dans les pays à l’économie néo-libérale, a aujourd’hui fait la preuve de sa stérilité. Il est à prévoir que la crise du Covid 19, va emporter ce modèle socio-économique, et qu’un autre mode sociétal verra le jour.

Cette année, la célébration de la fête de l’indépendance a été particulièrement discrète, Corona oblige… Il est cependant regrettable que les responsables à la tête de l’état, n’aient pas mentionné la date et encore moins rendu hommage à Habib Bourguiba. Cette omission était criante dans le discours du président Kais Saied, prononcé le 20 mars. M. Saied n’a pas jugé utile de prononcer le nom de son illustre prédécesseur. Il y a pourtant des noms dont on est fier et dont l’évocation permet de sortir grandi. Sauf si ces noms sont justement trop lourds à porter et qu’on veut les faire oublier. Mais on ne peut rien contre la mémoire d’un pays et, s’agissant de Bourguiba comme de bien d’autres choses, notre président actuel rame à contre-courant de l’Histoire : les tunisiens n’oublieront jamais Habib Bourguiba. Dans l’imaginaire collectif, il restera le grand homme qui a apporté l’indépendance et construit le pays. Bien des dirigeants seront oubliés par les citoyens, sitôt leur mandat achevé, mais jamais Bourguiba ! En tant que citoyenne tunisienne, je voulais, à travers ces lignes, rendre à notre « combattant suprême » un vibrant et respectueux hommage ! Reposez en paix monsieur le président, votre Tunisie s’en sortira !

Azza Filali
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
4 Commentaires
Les Commentaires
mongi riahi - 24-03-2020 21:13

L'article est certes un hommage mérité à Bourguiba. Toutefois, il recèle des faits inexacts: ainsi l'union entre la Tunisie et la Libye ne fut pas annoncée par Gueddafi au Palmarium, mais elle fut scellée par l'accord de Djerba scellé entre les dirigeants des deux pays, le maître d'oeuvre étant Med Masmoudi, le ministre des affaires étrangères de l'époque. C'est Nouira -revenu en catastrophe d'une visite officielle- qui fit capoter l'accord.

Sami Khrouf - 25-03-2020 10:26

Si mes souvenirs sont bons, l'union entre notre pays et La Lybie a été signée entre Bourguiba et Keddafi à Jerba. Le 1er ministre feu Hédi Nouira été à l'étranger, et dés son retour, il a rectifié le tir. Merci

Larbi BOUGUERRA - 25-03-2020 10:43

L'Union a été signée le 12 janvier 1974 à l'hôtel Ulysse à Djerba. Elle sera annulée dès le retour de Hédi Nouira de Téhéran. Au Palmarium, le 16 décembre 1972, Bourguiba a donné une leçon magistrale à Khadafi .Rien n'a été signé ni annulé mais Paul Balta dans le Monde Diplomatique de février 1974 écrit, citant le Pdt Bourguiba: "Le colonel Kadhafi soutient que nous devons, une fois dépassée cette étape de la lutte pour la libération, penser à l’unité. Je réponds que cette fusion n’est pas déraisonnable. Je suis d’accord sur l’objectif final ; mais l’importance considérable de l’entreprise à réaliser exige des délais pour la transformation des esprits, habitués depuis des siècles à considérer nos peuples comme des entités distinctes dont il faut graduellement réduire les particularismes, pour restituer à l’ensemble des Arabes leur personnalité commune dans leur patrie commune et en faire une seule et même nation... La tâche demande des dizaines d’années. » Le chef de l’Etat avait ajouté « voire des siècles ». Ce membre de phrase, jugé sans doute emphatique et excessif, a été depuis supprimé du texte publié par les services officiels. "

Boubaker BENKRAIEM, ancien Gouverneur - 26-03-2020 14:41

Bravo Azza FILALA pour votre article car vous avez rendu à Bourguiba ce que nous lui devons.J'appartiens à la génération de l'indépendance et de surcroît, à la Promotion BOURGUIBA, la 1°promotion d'officiers formée à la prestigieuse Ecole Militaire de St Cyr. Même si pour une raison ou une autre, certains responsables, quelque soit leur Haut rang, n'osent pas, ne veulent pas ou n'ont pas le courage, dans des circonstances pareilles telles que l'anniversaire de l'Indépendance, nommer celui qui a été le Leader en chef dans cette entreprise Historique, Bourguiba peut être oublié par telle ou telle génération mais jamais par l'Histoire car comme on enseigne dans les Grandes Ecoles Militaires du monde occidental les grandes qualités du Chef militaire que fut Hannibal,et j'en étais témoin, on enseignera, dans quelques décennies, dans les Ecoles de Sciences Politiques du monde Occidental, la méthode ou le modèle du combat politique bourguibien et cela est et demeurera une fierté pour tous les tunisiens d'aujourd'hui, de demain et dans les siècles à venir..

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.