News - 21.03.2020

Covid-19 : Youssef Chahed lance un appel international pressant en faveur du continent africain : "Le maintien de la paix mais aussi le maintien de la vie"

« Le conseil de Sécurité de l’ONU doit déclarer le monde en guerre, et déployer partout les moyens pour donner un sens uniforme et symétrique à cette guerre », affirme l’ancien chef du gouvernement, Youssef Chahed. Dans un appel pressant publié sur Le Monde, sous le titre Le maintien de la paix mais aussi le maintien de la vie, il exhorte la communauté internationale à témoigner, face à cette pandémie du Covid-19, de la solidarité des mieux lotis, en faveur des moins nantis, comme c’est le cas pour la plupart des pays africains. « Mon appel part de la Tunisie mais il s’adresse, au nom de l’Afrique et de tous les pays à faible revenu, au monde entier, ajoute l'ancien chef de Gouvernement. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir en extrême urgence pour déclarer une guerre mondiale à ce virus et donner au monde les moyens de la gagner.  Aujourd'hui, le Conseil de Sécurité doit s'engager non seulement dans le combat du maintien de la paix, mais aussi du maintien de la vie. »

Dénonçant « des dettes odieuses contractés souvent sous la contrainte et qui oblitèrent tout combat », il estime « impensable que sur une partie de la planète on ne paie plus son loyer pour permettre aux hommes de se consacrer au combat pour leur survie, alors que dans d'autres parties du monde, entre Coronavirus et se nourrir, l’homme devra choisir de se nourrir. Et de surcroit pas toujours à sa faim. Nous ne sommes pas égaux face à cette pandémie. L’Afrique qui commence seulement à en sentir les avancées ne pourra se battre à armes égales. Le moratoire doit être au bénéfice de tous les Etres Humains. »

Cette initiative n’est pas mienne, souligne Youssef Chahed en conclusion. Elle m’a été soufflée par cette incroyable Tunisie qui sait se montrer la voie des nations quand des rendez-vous avec l’Histoire ne peuvent pas être ratés. De grâce ne manquons pas ce rendez-vous, celui du droit à la vie. »

Plus qu'un cri d'alarme, une dénonciation du silence du Conseil de Sécurité de l'ONU et de l'égoïsme des grandes puissances et des institutions financières régionales et internationales.
 

Texte intégral

Le maintien de la paix mais aussi le maintien de la vie

Par Youssef Chahed

Ancien chef du gouvernement de la République Tunisienne

C’est très solennellement que je m’adresse à tous, gouvernants et décideurs. Je vous parle d'Afrique du Nord, du continent africain, je vous parle des pays du Sud où l’heure est grave. Regardons les choses sans détours car le temps nous est compté : le conseil de Sécurité des Nations Unis doit se réunir sans délai pour aider le monde à lutter collectivement contre la propagation du Coronavirus. Si prompt à réagir aux conflits de par le monde quand les enjeux sont géostratégiques, si efficace quand la paix ici et là est menacée, le Conseil de Sécurité ne peut rester si longtemps silencieux quand l’humanité partout dans le monde se bat soudainement pour sa survie. Un virus particulièrement sournois frappe partout, aveuglement, sans distinction d’origine, de race, de sexe ou de religion.

Oui, l’humanité entière est en guerre contre, c’est suffisamment rare pour être relevé, un seul et même ennemi. Beaucoup de leaders mondiaux l’ont affirmé, je partage ce constat. Mais la guerre, c’est disposer d’armes. Tenir nos positions face à ce virus mortel, c’est effectuer les gestes barrières. Empêcher que l’ennemi ne passe. Chacun peut être touché, et s’il ne l’est pas, il peut être vecteur. Aujourd’hui nous sommes tous les soldats de la vie. Fermer les frontières physiques quand le virus se fait trop présent fait certainement partie de l’arsenal de guerre. Mais en parallèle, il faut ouvrir les frontières financières. Car il n’y a pas de guerre gagnée sans moyens financiers.

L’humanité ne peut décemment concevoir que, dans une partie de la planète, on puisse subvenir aux besoins essentiels jusqu’à permettre aux familles de ne plus payer leurs factures et aux entreprises d'être assistées, le tout à coup de milliards de dollars ou d'euros débloqués et, qu’ailleurs, on demande aux Etats et à leurs citoyens souvent les moins riches, souvent les plus exposés, de continuer à survivre économiquement et rembourser leurs dettes aux institutions internationales. Des dettes odieuses contractés souvent sous la contrainte et qui oblitèrent tout combat. Il est de même impensable que sur une partie de la planète on ne paie plus son loyer pour permettre aux hommes de se consacrer au combat pour leur survie, alors que dans d'autres parties du monde, entre Coronavirus et se nourrir, l’homme devra choisir de se nourrir. Et de surcroit pas toujours à sa faim. Nous ne sommes pas égaux face à cette pandémie. L’Afrique qui commence seulement à en sentir les avancées ne pourra se battre à armes égales.

Le moratoire doit être au bénéfice de tous les Etres Humains. Les états ne doivent plus dépenser que pour sauver les Hommes et leur permettre de se battre. Le rôle de l’état est de montrer à ses citoyens comment se battre mais le rôle de l’état c’est aussi de donner les moyens aux citoyens de se battre. Ce combat qui induit aujourd’hui le confinement pour ne plus être vecteur, qui dicte de ne plus sortir, de ne plus être en contact physique les uns avec les autres, est antinomique d’une vie économique normale. Il faut continuer à travailler, mais pas au péril de sa vie. Même si dans bien des pays, des gens travaillent au péril de leurs vies, avant même que ce virus-là ne fasse son apparition. C’est un autre débat, très prochain car cette crise sanitaire majeure, mondiale, nous amènera inéluctablement à repenser le système dans lequel nous évoluons.

Le conseil de Sécurité de l’ONU doit déclarer le monde en guerre, et déployer partout les moyens pour donner un sens uniforme et symétrique à cette guerre.

Le virus est arrivé chez nous en Tunisie et se répand en Afrique, là où se trouvent les pays économiquement les plus fragiles au monde. Des pays qui ne peuvent pas avoir les mêmes réponses que les autres. Des pays qui ne pourront pas payer les factures d’eau, d’électricité ou les loyers de leurs citoyens. Des pays où le revenu minimal de subsistance n'existe pas, où l'aide au chômage fusse-t-il partiel n’existe pas, parce que l’état n’a pas les moyens du chômage, ni même celui du travail, et parfois pas même celui de la santé publique.

Mon appel part de la Tunisie mais il s’adresse, au nom de l’Afrique et de tous les pays à faible revenu, au monde entier.

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir en extrême urgence pour déclarer une guerre mondiale à ce virus et donner au monde les moyens de la gagner. En trois mois de crise sanitaire, les marchés ont déjà perdu ce qui aurait permis au monde entier de se confiner, de se battre plus efficacement, plus sereinement contre ce qui désormais tue aveuglement. Le Conseil de Sécurité de l’ONU se doit d’agir au nom du droit d’ingérence humanitaire, lui qui a toujours su se dresser contre l’anarchie et les guerres en enrôlant les casques bleus pour maintenir la paix. Il doit savoir très rapidement lever des financements pour le maintien de la vie.

Il faut, pour chaque pays touché, définir urgemment un standard d’aides financières, sans contreparties, en fonction de chaque jalon franchi pour le combat du virus, un mode opératoire pour que ces aides arrivent aux citoyens, et un calcul solidaire pour que chaque pays dans le monde, pour que chaque homme sur terre puisse ne pas mourir ni de faim ni du coronavirus. De cette solidarité entre les plus démunis et les mieux lotis, c’est la sécurité sanitaire de l'humanité toute entière qui s’en trouvera garantie.

Aujourd'hui, le Conseil de Sécurité doit s'engager non pas uniquement dans le combat du maintien de la paix, mais aussi du maintien de la vie.

Un dernier mot, cette initiative n’est pas mienne.

Elle m’a été soufflée par cette incroyable Tunisie qui sait se montrer la voie des nations quand des rendez-vous avec l’Histoire ne peuvent pas être ratés.

De grâce ne manquons pas ce rendez-vous, celui du droit à la vie.

YOUSSEF CHAHED


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
6 Commentaires
Les Commentaires
Boubaker BENKRAIEM - 21-03-2020 16:34

Bravo Mr le Chef de Gouvernement. Votre initiative remarquable et remarquée, est digne des Grands Hommes d'Etat. Elle est aussi digne de la Tunisie, l'Héritière de Kairouan et de Carthage, ce pays qui a marqué, par ses prises de position historique le monde entier telle que l'abolition de l'esclavage, le Code du statut personnel qui libéra la femme, etc.... et qui a tjrs été à l'avant garde des mesures sociales au bénéfice de l'être humain. En fait, rien d'étonnant à ce que cette proposition émane du pays du Grand Bourguiba. D'ailleurs, là où il est, le Combattant Suprême doit être très fier de vous.

Ben Amor - 21-03-2020 19:23

Je relève des prêts sous contrainte !!!?

Général EL Bekri - 22-03-2020 07:37

Merci si Youssef de ce cri qui émane de la raison et du coeur et qui met les dirigeants du monde riche devant leurs responsabilités . Il est en effet inconcevable de réagir face à cette pandémie mondiale selon l'adage " chacun pour soi et Dieu pour tous " . L'Humanité entière est en jeu et seule une réponse mondiale et solidaire permettra de la sauver .

rekik Mohamed - 22-03-2020 13:49

Bravo Si Youssef, enfin une vision digne d'un chef d'état. J'ajouterai que ce virus a infesté l'afrique à travers la Chine et l'Europe qui ont une obligation morale et historique de se ranger du côté de notre continent et de lui apporter l'aide financière et matérielle nécessaire en vue d'Endiguer cette pandémie. Notre chère Tunisie en tête des pays de par sa situation géographique.

Amor Chermiti - 24-03-2020 21:43

Bravo Si Youssef pour cet appel à l'international pour lutter contre cette pandémie et est digne d'un homme d'Etat ayant le sens de la responsabilité et la fidélité à la patrie. Je rajouterai aussi qu'il est temps que des pays, comme le notre, doivent accorder davantage plus d'importance au savoir et à l'innovation, surtout qu'un nouveau monde se dessine après cette guerre biologique.

Youssef kraiem - 25-03-2020 09:37

On peut toujours rêver ! Croire aujourd'hui! à une action positive du conseil de sécurité relève en effet du rêve !le conseil de sécurité c'est les USA,c'est Trump,sans plus.Qu'à fait ce conseil pour empêcher l'annexion d'Israël d'Al Qods? Qu'à fait ce conseil pour empêcher Haftar d'attaquer Tripoli et le gouvernement de Sarraj?Le conseil de sécurité prend des résolutions inopérantes face à l'arrogance des USA.Mr Trump dont le pays est frappé économiquement par corona n'aura aucune gêne à faire valoir sa priorité en cas d'aide internationale en se moquant des autres pays.Quid de son comportement vis à vis de l'Arabie Saoudite qu'il est en train de déplumer.Attendons voir si l'appel de mr Chahed trouvera écho !

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.