News - 09.02.2020

Après le limogeage de Bâati : Les trois grandes questions que tous se posent à New York

Interrogations et confusion se bousculent tout au long du weekend au siège de l’ONU et dans les missions permanentes à New York. Maintenant que le « limogeage sacrificiel » de l’ambassadeur représentant permanent de Tunisie, Moncef Bâati, est acté, et que l’effet de surprise et l’émotion sont passés, qu’en sera-t-il désormais ? Trois grandes questions taraudent diplomates, observateurs et journalistes :

1- Comment expliquer le courroux de Washington contre la position tunisienne allant jusqu’à mettre en balance une « longue amitié et tout l’appui jusque-là consenti ? Est-ce également le cas pour l’Indonésie, co-sponsor du projet de la résolution incriminée ?

2- La Tunisie continuera-t-elle à porter le projet et avec quelles reformulations ?

3- Qui succèdera à Bâati et comment la Tunisie recadrera t-elle sa marge de manœuvre au conseil de Sécurité.

Essayons d’esquisser des éléments de réponse à chacune de ces trois questions.

Trump et son « initiative de paix » au moyen orient

Donald Trump ne s’en cache pas. Il fait de son plan de paix, annoncé le 28 janvier dernier, un axe majeur de son mandat. C’est pour lui « big achievement » dont il doit se prévaloir pour briguer un second mandat à la Maison Blanche. « Dénoncer et condamner » son initiative qu’il a présentée en « plateforme ouverte au dialogue et à la concertation », c’est s’attaquer aux Etats-Unis et à son président, considère-t-il. Il y met tout son poids. Encore plus maintenant qu’il ait déminé l’impeachement du Congress qui lui été intenté et qu’il aborde sa propre succession en toute confiance.

Les ministres des Affaires étrangères des pays arabes, réunis au Caire, sous la houlette de la Ligue arabe (Sabri Bachtobji y avait représenté la Tunisie) ont pris une position de principe, plutôt diplomatique et calfeutrée (de quoi absorber la colère de la rue arabe, sans heurter Washington). Ils ont instruit leurs représentants à New York d’introduire une résolution au conseil de sécurité. Leurs pairs, des pays islamiques, convoqués au siège de l’Organisation de la Coopération islamique à Djedda (la Tunisie y était représentée par Mohamed Ben Youssef) leur ont emboité le pas, à quelques formules près. Au siège de l’ONU, la délégation palestinienne, conduite par l’ambassadeur Riyadh Mansoor, n’y est pas allée d’une main morte. Prenant le leadership de l’élaboration de la toute première mouture, sur un ton jugé excessif. La Tunisie (pays arabes) et l’Indonésie (pays islamiques) devaient en être les co-sponsors.  L’ambassadeur Bâati, exalté par les récents propos du président Saïed, n’y avait pas décelé les risques encourus.

Comme en pareilles circonstances, la première mouture se fixe un plafond qui cèdera sous les navettes et les rabotages, pour rallier l’appui d’au moins 9 membres du conseil de Sécurité (afin que le projet soit tablé à l’ordre du jour du conseil) et surtout éviter un véto. La Tunisie a-t-elle su réaliser les changements politiques rapides intervenus sous l’impulsion de la Maison Blanche (Soudan, Emirats, Oman, etc.) ? S’est-elle entouré des meilleures précautions nécessaires (groupe arabe, mouvement des non-alignés ? En a-t-elle discuté amplement avec la délégation américaine en premier et celles des autres pays permanents ? Aussi, notre mission à New York a-t-elle bénéficié au plus haut niveau à Tunis, de tout le support / suivi / instructions, requis ?  La question attend réponse.

L’ire de Washington n’a pas tardé à se déclencher. L’ambassadeur des Etats-Unis à Tunis a été instruit pour entreprendre des démarches urgentes auprès des autorités tunisiennes alors que son homologue tunisien était « invité » à plancher sur ce même sujet à la Maison Blanche (et non au département d’Etat), auprès de proches collaborateur de Jared Kushner, haut conseiller du président des Etats-Unis (dont il est le gendre) et fervent artisan du plan de paix. Foreign Policy, très proche du Département d’Etat, nous livre des détails significatifs sur tout son engagement  sur cette la question. Kushner a-t-il contacté personnellement un haut dirigeant à Tunis ? L’information n’a pu être confirmée.

Ce que Washington craint le plus, c’est d’abord la levée d’un « grand vent de condamnation de son plan de paix », pouvant déborder le conseil de Sécurité pour parvenir à l’Assemblée générale de l’ONU. Des précédents les y avaient échaudées. Mais aussi la propagation d’un populisme anti-américain dans les pays arabes. « Son message très ferme adressé à la Tunisie dépasse la personne de l’ambassadeur Bâati pour être destiné directement au président Kais Saïed suite à ses récentes déclarations contre Ia normalisation avec l’Etat d’Israël, sous quelque forme que ce soit, décrypte pour Leaders un spécialiste. Profitant de l’absence d’un ministre en titre à la tête des Affaires étrangères, et de conseillers diplomatiques à la Kasbah et à Carthage, ajoute-t-il, le message a été voulu en mise en garde, très ferme. »

« Est-ce un abus de position dominante sur un petit pays à peine entré au conseil de Sécurité, d'exercer sur lui une aussi forte pression quant aux relations bilatérales au point de fausser l’équilibre et la mission même du Conseil ? » s’interroge un diplomate occidental à New York ? Rachida Ennaifar, cheffe de la Communication à Carthage récuse toute pression américaine subie. Ce n’est pas l’avis de Foreign Policy qui n’hésiterait pas à parler dans ce cas d’une « plaisanterie ». Quant à l’Indonésie, son ambassadeur à New York, sans aller aux détails a laissé entendre qu’effectivement « des démarches ont été effectuées » auprès des autorités de son pays.

Que va faire la Tunisie ?

Bâati parti, la délégation tunisienne à New York s’efforce de remonter la pente. Conduite par l’ambassadeur représentant adjoint Tarak Ladab, elle a agi à deux niveaux. D’abord, renouer les fils avec la délégation américaine, ce qui s’est passé dans une « bonne atmosphère », croit savoir Leaders. Il fallait ensuite s’entourer d’une double ceinture de protection à savoir celle du groupe arabe et du mouvement des Non-Alignés. Pour cela, le projet initial de la résolution a été revisité largement tout au long du weekend, pour prendre une forme plus consensuelle.

Selon notre confrère beyrouthin, L’Orient Le Jour, citant l’AFP, « une nouvelle mouture de la résolution palestinienne qui doit être soumise mardi à un vote du Conseil de sécurité de l'ONU, obtenue par l'AFP, s'abstient de condamner le plan américain pour le Proche-Orient et de citer les Etats-Unis contrairement à sa première version. Le dernier texte remis samedi aux 15 membres du Conseil de sécurité "constate que l'initiative présentée le 28 janvier 2020 en relation avec le conflit israélo-palestinien s'écarte des paramètres internationalement approuvés pour une solution durable, juste et totale, à ce conflit, tels que prévus dans les résolutions pertinentes des Nations Unies".
Expurgé « de ce tout ce qui peut fâcher les Etats-Unis », la nouvelle version sera co-introduite par la Tunisie et l’Indonésie sera présenté ce mardi 11 février. Le président palestinien, Mahmoud Abbes qui a fait le déplacement à New York assistera aux débats du conseil de Sécurité.

Au-delà de l’après Bâati, comment la Tunisie recadrera son rôle à New York ?

Les plus hautes autorités tunisiennes ont sans doute bien décrypté le message de Washington, et mesuré ses motivations réelles ainsi que ses conséquences. En offrant rapidement la tête de l’ambassadeur Bâati, sans se priver de le taxer de « manquement professionnel » et de l’accuser de « faute grave », elles ont cru pouvoir atténuer ainsi l’ire de l’Administration Trump et clore ce chapitre. Sont-elles cependant suffisamment conscientes des dysfonctionnements graves de la diplomatie sans cesse compliqués depuis la vague de décapitation successives. Sorti pour la première fois de sa réserve, le président de l’ARP et chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, a déploré le rétrécissement ces derniers temps du rayonnement tunisien à l’étranger. Il a particulièrement regretté notre absence au plus haut niveau de représentation à la conférence Euromed (décembre 2019, à Rome), et celle de Berlin sur la Libye ainsi qu’au Forum de Davos, pour ne citer que ces trois évènements phares (il intervenait avant la ‘’laryngite aiguë’’ qui avait empêché le président Saied de se rendre dimanche et lundi au 33ème sommet de l’Union africaine à Addis Abeba).

Prise dans ce tourbillon, la Tunisie doit revoir la conduite qui doit être la sienne au sein du conseil de Sécurité. Le choix de l’ambassadeur qui doit y être nommé est certainement important (on évoque le nom d’une figure de tout premier plan qui aura la charge d’animer l’excellente équipe à New York et de renouer, par son sens politique les fils distendus). Le plus important est de s’employer au plus vite à la reconsolidation de l’appareil diplomatique. Quelle que soit la compétence du successeur de Bâati à New York, sans un driving quotidien de très haut niveau à partir de Tunis, et sans un travail de fond continu avec les pays membres du conseil de Sécurité et les divers groupes régionaux, nous risquons de voir se répéter en s’aggravant ce qui vient d’arriver.

« Des novices à l’ambition démesurée, qui avaient réussi une fois à sortir des filets de la nasse et occuper une fonction indue sous la Troïka, se bousculent aujourd’hui au portillon de Dar Dhiafa (Elyes Fakhfakh) et de Carthage, se désolent de grands diplomates. Profitant du vide créé, ajoutent-ils, ils s’acharnent à rafler la mise, lorgnant carrément le ministère des Affaires étrangères, ou ‘’du moins’’ notre mission à New York. » Ils urgent le président Kais Saied « lui qui vient de blâmer les revanchards et condamné les coups tordus, pour redonner à la diplomatie tout son aura. En désignant, ici et là, les personnes idoines, loin des copinages ou des quotas partisans. La diplomatie, c’est comme l’armée, une affaire sérieuse, très sérieuse. »

Lire aussi:

Pour défendre son honneur et celui de ses collègues, Moncef Bâati demandera-t-il à être auditionné par un jury d’honneur et une commission parlementaire ?
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
Habib OFAKHRI - 09-02-2020 23:14

Primo,il importe de ne pasĺ traiter diplomatiquement la Tunisie de "petit pays".Les States, super puissance sollicitent souvent les voix d'entités, telle que la Micronésie dont on a du mal à la situer géographiquement !. Secondo,les tractations aussi bien au niveau du conseil de sécurité que celui de l'assemblée générale de l'ONU sont souvent sujettes à des marchandages.La sémantique y fait bon ménage avec les intérêts... Pour ce deal "bluff du siècle ",Washington est en passe d'avoir le dernier mot.Et ce n'est pas la logomachie arabo-islamique qui changera les termes de l'équation. Les dirigeants palestiniens ont déjà fait des choix en reconnaissant réciproquement Israël qui doit renvoyer l'ascenseur en faisant preuve de responsabilité .IL n'appartient pas à une partie tierce d'être plus palestinienne que les Palestiniens.Longtemps,cette injustice a servi de fonds de commerce idéologique aux "arabo-musulmans" faute de vision socio-économique (objective)qui aurait mis à contribution leurs potentialités au développement de leur société respective. Secondo,il faut réaliser qu'à la suite de tout le bla-bla,il suffit d'un unique véto d'un membre permanent du conseil de sécurité pour que cette résolution aille rejoindre ses précédentes aux archives de Manhattan. Sans se leurrer.Ni a Russie,la France,la GB,la Chine et encore moins la voix non permanente de la Tunisie ne pourraient changer quoi que ce sur le terrain; sauf à déclencher une guerre planétaire. Les usages diplomatiques sont bien rodés .Ce n'est pas la valse de "limogeages" ,au gré de l'humeur qui va rassurer nos interlocuteurs et encore moins accorder pleine sérénité aux ambassadeurs accrédités à l'étranger... "

ridha - 10-02-2020 12:29

Mohamed Ennaceur président temporaire sortant, et pendant ses derniers jours alors que KS a été déjà élu mais pas encore à Carthage, a changé cet ambassadeur sans qu'aucun ouvre la bouche. selon votre logique arbitraire un président intérimaire a raison plus qu'un président élu pour changer un ambassadeur qui n'a pas collaboré avec son ministère

Adel Manai - 10-02-2020 17:43

Lisez l'histoire des relations entre la Tunisie et les Etats Unis. On n'a jamais eu de relations amicales et profondes comme on le pretend. Les Etats Unis ont ferme leur consulat des que les Francais sont entres en Tunsisie en tant que "protecteurs". C'est vrai que les Etats Unis etait le premier pays a avoir reconnu l'independence de la Tunisie, mais la Tunisie etait aussi parmi les premiers pays a avoir reconnu le petit pays qu'etait les EU en 1776. A part ca, il n'ya rien. Depuis l'avenement du colonialisme Francais, les EU se sont "retires" de l'Afrique du Nord. On veut nous faire croire, que le limogeage de Baati est important. Il ne lest pas. Les Etats Unis s'en fou> Nous aussi on s'en fou.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.