News - 31.01.2020

Fakhfakh honorera-t-il sa promesse « de résoudre les vrais problèmes des Tunisiens» ?

A la veille de la réunion qu’il aura ce samedi avec les états majors des partis de la coalition gouvernementale, le chef de gouvernement désigné, Elyès Fakhfakh a tenu ce vendredi à  Dar Dhiafa,  lors d’une conférence de presse, à faire le point des consultations en cours pour la formation du nouveau gouvernement d’autant plus que le retard pris (plus d’un mois) risquait d'impacter l’économie du pays.

Ce n’est pas le cas  de M. Fakhfakh qui s’est montré serein et a préféré se projeter dans l’avenir en brossant à grands traits le programme gouvernement, considérant que les 160 sièges dont dispose la coalition gouvernementale (160 voix) sont largement suffisants pour obtenir la confiance du parlement. En revanche, il s'est focalisé sur «des problèmes qui, selon lui, préoccupaient les Tunisiens comme l'économie, notamment la cherté de la vie et la sécurité».

La stratégie dévoilée par le chef de Gouvernement désigné prévoit à moyen terme une stratégie en sept axes portant notamment sur la restructuration et la numérisation des institutions de l’Etat, la réforme de l’enseignement et du secteur de la santé, la décentralisation, la modernisation de l’agriculture ainsi que la transition énergétique. Il a ajouté que ces priorités à moyen terme entrent dans le cadre d’un nouveau schéma de développement fondé sur le les investissements et la création de richesse. Il a expliqué que «les investissement qui seront engagés devront garantir la transition économique et sociale, selon une approche participative».

Les dix partis qui forment la coalition sont Ennahdha, le courant démocratique, le mouvement Echhab, coalition El Karama, El Badil Ettounsi, Afek Tounès, Machrou Tounès, Tahia Tounès, nida Tounès et la Mouvement Populaire Républicain. Interrogé sur l'absence de Qalb Tounès, le chef  de Gouvernement désigné a déclaré que  l'absence de ce mouvement de la liste des partis qui soutiennent le gouvernement ne doit pas être interprétée comme un acte d'ostracisme, mais que sa conviction est qu'une «démocratie saine a besoin  d'une opposition forte», tout en reconnaissant que le mouvement Ennahdha  ne partageait pas son point de vue, mais qu'il ne s'en départirait pas.

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Anony - 02-02-2020 12:15

Il y´a des petites choses qu'on pourrait améliorer pour un meilleur service au citoyen tout en ramenant à l'état plus d'argent. - Commençant par les Tunisiens en étranger, on pourrait peut-être se poser la question pourquoi les consulats n'arrivent pas à demander eux-mêmes du service en ligne les actes de naissance. Le Tunisien en étranger devrait avoir l'option de payer au consulat par exemple 15 EUR et le consulat a automatiquement un acte de naissance tout neuf et en plus 15 EUR par demandeur de passeport our de pièce d'identité. Ça coute le Tunisien en étranger moins de stress. Le Tunisien à aurait besoin seulement à ramener les documents du pays étranger où il réside. En plus, avec le service de pouvoir recevoir le passeport le jour même pourquoi on demande que 46 EUR par passeport (passeport avec acte de naissance du servie en ligne 60 EUR ou même 70 EUR: acceptables). - Pour le service en ligne pour recevoir l'acte de naissance pourquoi n'ajoutant pas le service du Paypal et/ou american express. Il ne faut pas oublier que parfois une carte de visa ou de master ne reçoit pas l'autorisation pour un certain payement même si elle fonctionne ailleurs. - Où est-ce qu'on est avec le service bancaire pour pouvoir envoyer mensuellement de l'argent de l'étranger vers la Tunisie sans payer pour chaque virement entre le pays de résidence et la Tunisie plus que 15 ou 20 EUR? - Pourquoi on n'offre pas d'une façon professionnelle pour des groupes de dix personnes des études d'arabe et/ou du dialecte tunisien par Skype, messenger, vibre ou whatsup pour les Tunisiens en étranger et même pour les Africains ou européens qui veulent apprendre l'arabe ou le dialecte tunisien. Un élève intéressé doit payer 20 ou 30 EUR par mois. Ceci pourrait être organisé par le ministère d'éducation ou d'une façon privée (école privée).

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.