News - 27.01.2020

Hommage au professeur Abdelwahab Mahjoub: Abdel, l’olivier…

Mon professeur, mon patron, mon ami et mon frère aîné. C’est ainsi que j’ai l’habitude de présenter Si Abdelwaheb Mahjoub à mon cercle de connaissances.

Le professeur que j’ai rencontré pour la première fois au mois de novembre 1991 quand j’ai repris mes études de 3ème cycle en psychologie. Je me rappelle encore ma joie de découvrir un professeur pas comme les autres. Il était toujours muni d’une série d’articles publiés dans les plus prestigieuses revues de psychologie. Il nous invitait à les lire, à les commenter et à les partager. Il aimait aiguiser la curiosité de ses étudiants, les invoquer à réfléchir et non pas à réciter. Il avait la passion de transformer les choses les plus évidentes en questions de recherche.

Le patron avec qui j’ai eu le privilège de travailler au sein du Bureau d’ingénierie en éducation et en formation, un bureau d’études belge dont il a dirigé la section tunisienne pendant quelques années. J’y étais engagée comme assistante et j’ai eu le privilège d’entamer mon parcours professionnel sous son encadrement. C’est avec lui et l’équipe du BIEF que j’ai appris la planification par objectifs et que j’ai pu participer à un grand projet d’évaluation des programmes de l’éducation nationale et de la formation professionnelle. C’est certainement grâce à cette entame que j’ai toujours considéré le travail comme une passion et jamais comme une corvée.

L’ami avec qui je trouvais beaucoup de plaisir à construire et à partager. L’ami à qui je pensais systématiquement quand un projet commence à m’habiter parce que les rêves les plus fous trouvaient toujours écho chez lui. Le projet que nous avons monté ensemble quand je travaillais pour Handicap International avait pour objectif de changer le regard porté sur les personnes handicapées. Près d’une année de séances mensuelles de brainstorming et de partage avec un groupe de personnes ressources dont il était la dynamo. Un processus de gestation où nous avons vu les lettres se transformer en mots, les mots en phrases, les phrases en concepts et les concepts en événements pour célébrer la différence et revendiquer un accès égal aux droits. En janvier 2008, la campagne «Kif Kif» a été associée à la fête de l’olivier organisée une fois tous les deux ans par les Moulins Mahjoub : «Olivier généreux et Corps poète», une des plus belles expériences humaines qu’on a partagées.

Le frère aîné vers qui je me tournais spontanément quand je sentais le besoin d’une écoute attentive ou d’un conseil. Le frère qui me faisait rire aux larmes et qui trouvait toujours les mots justes pour apaiser mes angoisses et calmer mes colères.

Je continuerai à le voir dans chaque olivier, dans sa sagesse, dans son charisme, dans sa générosité et dans la saveur de ses fruits.

Adieu mon professeur, mon patron, mon ami et mon frère aîné.

Adieu l’olivier!

Sonia Khelif
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
oueslati ridha - 28-01-2020 13:45

C'est les mots et les phrases que veut entendre un académicien vivant ou mort en reconnaissance de son travail. Monsieur Abdelwaheb Mahjoub etait actif à l’échelle local , régional et Nationale qu'il dort en paix

Oueslati Zakaria - 28-01-2020 21:05

Je confirme, il était un être exceptionnel, avec des qualités humaines rares de nos jours, il avait un grand coeur ouvert pour tous. Et c'est étrange que c'est justement ce coeur qui était à l'origine de ses problèmes de santé. Son départ laisse un vide difficile à combler, je me rends compte chaque jour à quel point il comptait pour moi et j'imagine pour tout ceux qui l'ont connu. Rabbi yar7mik mon très cher ami.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.