News - 26.01.2020

Mohamed Kasdallah - Un service (militaire) de la deuxième chance: Un concept de lutte contre la déliquescence des jeunes

En proposant ce titre, j’ai voulu aborder un thème qui aura des chances d’être prochainement au cœur des débats à la lumière de l’arrivée au pouvoir de son initiateur principal qui n’est autre que le Chef du Gouvernement pressenti Monsieur Elyès Fakhfakh. «Le service de la 2ème  chance», c’est le nom  donné par ce dernier au concept  préconisé. Sans parti pris, je trouve l’idée géniale mais qui  reste tributaire de l’adhésion de la masse pour qu’elle prenne toute la dimension et s’élève au rang de trouvaille.

Un service de deuxième chance: de quoi s’agit-il?

Dans le programme électoral pour les présidentielles, il a été suggéré par  M. Elyès Fakhfakh  un système de récupération et de sauvetage des dizaines de milliers de jeunes tunisiens  ayant  quitté prématurément  l’école et abandonnés  sur la route. Ces jeunes devront être confiés à l’Institution militaire pour faire d’eux des citoyens  modernes pleinement intégrés dans une société animée d’un solide esprit de défense.

Il serait vain et surtout présomptueux de balayer en ce court article l’ensemble du sujet mais il est possible d’explorer quelques orientations de recherches et de développer des orientations susceptibles de contribuer à la réalisation de cette vision.

L’Armée bénéficie aujourd’hui et depuis le début de la révolution, d’une image très positive et d’un large soutien de l’opinion. C’est donc à l’aune de ce constat qu’il est intéressent d’examiner certains aspects de la faisabilité de cette réflexion dans la perspective de la maintenir à long terme sur un chemin de l’excellence mais aussi qu’il va falloir développer et entretenir pour faire face aux défis spécifiques des décennies à venir.

Une approche en trois points sera retenue:

• En amont du service actif

Il s’agit de faire connaitre à la jeunesse la place de la défense dans la société, d’en cultiver les valeurs et de susciter  chez  elle  un intérêt générateur de motivations. L’effort essentiel  pendant cette phase devrait être  porté par des acteurs extérieurs à la défense et en particulier le milieu éducatif au sens large: famille, école, mouvements associatifs divers et toute autre institution dont on peut attendre une attitude plus constructive dans le domaine.

• Dans l’exercice du service actif

Il importe que le jeune enrôlé  dans ce service adapté trouve dans l’armée ce qu’il vient y chercher à savoir, en plus d’une formation  militaire adéquate, une formation professionnelle des plus fiables.

Aussi, je souhaiterai mettre en avant trois qualités qu’il faudra cultiver chez le jeune pendant son service: aguerrissement, polyvalence, et équilibre psychologique. Ces qualités devront irriguer sa préparation à confronter dans les meilleures conditions les défis du futur.

Pour spécifique qu’il soit, la formation du «jeune citoyen soldat» n’a de sens que dans le cadre de la Nation et en symbiose avec elle. Il importe donc de développer et d’entretenir les liens Armée-Nation en éveillant  les consciences, éduquant  les esprits et forgeant  les âmes.

• En aval du service

L’objectif à poursuivre est de susciter et d’entretenir chez le jeune rendu à la vie civile un consensus au profit de la défense et des forces armées. En clair, il faudra faire de lui le meilleur avocat de l’armée dans la société. Au-delà de son assertion dans la réserve citoyenne à vocation relationnelle, il importe de porter un effort significatif sur la réserve opérationnelle dont le taux d’emploi reste en-deçà des possibilités offertes.

Après presque une décennie d’exercices budgétaires déficitaires, la réforme en général n’a pas gagné un pouce. Hélas, nos gouvernants sont des hommes politiques avant d’être des hommes d’Etat. Ils font de la politique à coup de mesurettes sans aller au fond des choses.

L’évocation de ce système de «service de deuxième chance» par la tête de l’exécutif donne l’occasion à l’Armée de repenser en profondeur son action réformatrice. Férue de planification et d’anticipation, l’Armée nationale devrait dégager des moyens importants pour une remontée en puissance  afin d’entamer la concrétisation du concept et faire aboutir ce système rénovateur. Il convient de moderniser les infrastructures d’accueil, les conditions de mobilité mais aussi les temps d’entrainement, et surtout la régénération des forces concernant tout le facteur humain.

Il est de coutume dans certains pays, en France notamment, qu’un exercice prospectif dit livre blanc (Ambition 2030 du Président de la République) définisse les ambitions pour les prochaines années et de ce fait, il constitue la donnée d’entrée de l’exercice budgétaire programmatique. Pourquoi ne pas s’en inspirer?
 Il faut bien en convenir que la gestion du pays est en bout de course. Nous avons besoin d’homme politique baroudeur, capable de décider, de mouiller le maillot, de prendre des risques et d’occuper la place qui lui revient. J’espère de tout cœur  que la nouvelle élite qui va prendre les rênes du pouvoir  soit compétente, intègre et fascinée par l’avenir.

Demain se gagne aujourd’hui, il faut donc stimuler l’émergence des synergies, fédérer les efforts, accéder à une vision globale et périphérique des enjeux et porter son regard au-delà de l’horizon.

Enfin, à tous ceux qui ne voient que des nuages s’accumuler au-dessus de nos têtes tourmentées, il faut  leur signaler qu’il y a  aussi du soleil  et de l’éclat dans les yeux.

Mohamed Kasdallah

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
tounsiblid - 27-01-2020 00:44

Et pourquoi pas , même si l'idée est contradictoire avec la professionalisation des armées dans les années avenirs !....la tunisie n'ayant pas les moyens financiers de se construire une armée moderne et performante sur le plan des capacités opérationnelles ! mais elle peut au moins avoir l'intéret et l'utilité d'être le ciment de la nation en faisant germer l'amour de la patrie auprés de tous les jeunes y compris et surtout des plus démunis ! ils ne faut pas que ceux ci se sentent abandonner et trahis par ceux qui détiennent le pouvoir politique et économique ! Défendre son pays se fait aussi en préservant son unité sociale , en faisant aimer le drapeau en formant professionnellement les moins diplômés afin de faciliter l'accés à l'emploi , en luttant contre la désertification, en plantant des palmeraies ou en maintenant des zones de protection zoologiques dans des domaines nationaux ! il faut également favoriser l'alphabétisation des enfants de zones rurales en mettant en place des cars de ramassages .. l'armée doit continuer a construire des routes et des ponts dans le sud du pays mais également sensibiliser sur la propreté publique et assurer des campagnes de nettoyage des plages et forets ... En résumé il faut continuer de défendre le pays par le stylo et l'épée en favorisant le sentiment patriotique et l'unicité culturelle et sociale des habitants !

NOURI Taieb - 27-01-2020 14:04

Approbation totale avec participation financière mensuelle du citoyen pour les frais de ce projet.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.