Opinions - 22.11.2019

Coopération de défense tuniso-algérienne: Lutter contre les préjugés, place au pragmatisme

Observateur attentif et parfois humble acteur(*) de la coopération de défense tuniso-algérienne depuis plus de  deux décennies, je souhaite en quelques lignes proposer des clefs  de compréhension au lecteur en me gardant bien de sortir du chapeau une solution toute faite. En effet, cette coopération revêt un caractère complexe parfois même impénétrable, voire incompréhensible pour le non-initié. Elle s’inscrit de façon plus générale dans une relation, qui a toujours été compliquée traversée par des phases «avec» mais aussi par des phases «sans».

Je persiste à croire que l’avenir de nos deux pays passe par la poursuite pas à pas de la construction d’une relation de défense qui à défaut d’être fusionnelle, doit être avant tout pragmatique: les sujets qui nous lient sont plus forts que ceux qui nous séparent.

Après avoir combattu quelques préjugés anciennement installés dans les esprits de part et d’autre des frontières, il me semble utile de s’attarder quelque peu sur quelques différences fondamentales qui ne peuvent être balayées d’un revers de main. En luttant contre le subjectif tout en restant réaliste, on peut ensuite, s’appuyant sur ce qui existe déjà, poursuivre la construction d’une relation solide; les opportunités ne manquent pas, encore faut-il avoir la volonté partagée de les saisir et de les exploiter.

Lutter résolument contre certains préjugés

Il est assez facile lorsque l’on veut éluder le sujet compliqué de la coopération de défense tuniso-algérienne de se retrancher de part et d’autre des frontières derrière des préjugés ayant la vie dure. Ceux-ci, présentés comme des postulats, renforcent  in fine l’idée qu’il est  hors question de travailler avec  le partenaire tant le fossé est grand .

On se contentera ici d’indiquer un  couple de préjugés

Le  premier préjugé  qui semble intéressant à évoquer a une essence  politique: du côté tunisien, on considère que l’armée algérienne est profondément politisée. Derrière cette assertion, qui  me parait exagérée, se reflète une réserve quant à l’échange intensive de stagiaires dans les écoles et centres d’entrainement militaires  des deux pays.

Pour mieux comprendre le bien-fondé de ce préjugé donc l’éradiquer efficacement, il  convient, à mon sens, d’analyser les  fondements  historiques et idéologiques du pouvoir d’Etat en Algérie issu de la guerre de libération du pays et dans lequel l’Armée jouait et joue encore un rôle prépondérant.

En réalité, il y a en Algérie une ambiguïté particulière quant à la détention effective du pouvoir et son exercice effective sur le terrain. En d’autres termes, il y a confusion entre l’autorité souveraine qui décide et l’élément  exécutif qui gère les affaires courantes. Depuis l’indépendance, l’Armée algérienne détient effectivement un pouvoir légitime se reposant sur un principe forgé de l’histoire du pays et indissociable de la lutte pour la libération nationale. Autrement dit, la légitimité politique est détenue par les militaires du fait que la souveraineté nationale a été arrachée par l’Armée de Libération Nationale (ALN) devenue l’Armée Nationale Populaire (ANP).

Cette situation a créé un genre de dédoublement du pouvoir d’Etat. Il y a en effet le pouvoir légitime et historique de l’Armée et d’un autre côté, le pouvoir politique et exécutif mandaté par celle-ci. C’est  probablement au nom de cette légitimité historique que c’est le Général  de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, Vice-ministre de la  Défense Nationale et Chef d’état-major de l’Armée Nationale Populaire, confirmant la dualité du pouvoir, qui fixe, en ces jours, le tempo des élections présidentielles qui auront lieu le 12 Décembre prochain.

Le deuxième préjugé est cultivé particulièrement dans l’enseignement militaire supérieur: Le tunisien considère que le chef militaire algérien ne sait pas prendre d’initiatives et reste englué dans le cadre d’ordre fixé par l’échelon supérieur. Ce sont les conséquences de la coopération  avec le bloc soviétique qui leur a inculqué la doctrine militaire soviétique. Comme chacun sait la culture tactique et stratégique russe est au cœur de la formation des officiers algériens.

La coopération tuniso-algérienne dans le domaine de la lutte antiterroriste est à présent une réalité avec des résultats tangibles sur lesquels on peut s’appuyer pour toucher d’autres domaines, opérationnel, culturel et industriel qui offrent d’immenses opportunités pour peu qu’on évite de se fixer des objectifs surréalistes.

La poursuite de cette  coopération  implique de développer sans relâche un climat de confiance et de respect mutuel qui se construit en particulier sur une connaissance réciproque de nos différences et sur la fin de certains préjugés.

Nous devons travailler ensemble sur des sujets concrets en évitant de parler de chaque côté des spécificités de l’autre.

Le niveau d’ambition politique est présent, porté au niveau des Chefs d’Etats à travers des contacts permanents et des projets capacitaires ambitieux alors que nous continuons sans cesse d’améliorer l’interopérabilité de nos moyens militaires comme celle de nos esprit.

 

Mohamed Kasdallah

(*) L’auteur était Attaché de défense auprès de notre Ambassade à Alger
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.