Opinions - 21.11.2019

A mon humble avis… Suite à la nouvelle décision de Trump… Israël – Palestine : l’horizon s’assombrit !

En annonçant le 18 novembre qu’il ne considérait plus les colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens comme « systématiquement illégales », Donald Trump, président des États-Unis, ouvre la voie à une annexion rampante pure et simple…

A douze mois de l’élection présidentielle américaine du 3 novembre 2020, Donald Trump a donné à son électorat juif un cadeau inespéré : la main mise par Israël sur la Cisjordanie en vue d’une annexion pure et simple…

Le Premier ministre israélien Netanyahu est aux anges : lui aussi est en difficulté et devrait repasser par la case « élections » en mars 2020…

Gaza et la Syrie ont été bombardés ce matin par les avions et les missiles israéliens. La maison d’un « djihadiste » palestinien a été détruite à… Damas même.

Le monde arabe ne bouge pas. L’Arabie saoudite, alliée de Donald Trump, se prépare à accueillir le Rallye Dakar.

Dans une dizaine d’années, Israël aurait reconquis la Cisjordanie (maison après maison) et « absorbé » les Palestiniens. On ne parlera plus de la solution de « deux Etats » (celle 1947 ou celle de 1993). Il n’y aura plus qu’Israël avec une population palestinienne éclatée et sous contrôle.

Les Arabes – qui ont perdu toutes les guerres (1948-1967-1973) – n’ont pas de stratégie. Après l’échec de la 1ère Intifada (1987-1993) et de la 2e (2000), après le plan de paix de Taba en 2001, les « dirigeants » n’en veulent plus : ils y a ceux qui coopèrent – plus ou moins discrètement – avec Israël, il y a ceux qui continuent à vociférer contre Israël. En vain.

Le 18 novembre 2019, Donald Trump, qui sera très probablement réélu pour quatre ans (2020-2024), a lancé l’unification de la terre israélienne – palestinienne sous le drapeau israélien.

Arabes, indignez-vous ! Réveillez-vous ! Mais sachez, que depuis 1948 la force n’est plus avec vous. Relisez Bourguiba et sa théorie de la conquête par étapes.

La force militaire et sioniste d’Israël ne peut que retomber face à une stratégie palestinienne de harcèlement non violente et d’acceptation du droit international. Donald Trump et Netanyahu, finiront par disparaître. Alors que le droit international restera.

Palestiniens, ne soyez pas des victimes qu’on massacre à petit feu. Des victimes manipulées par des mains étrangères. Des victimes obnubilées par la haine et la passion. Faites appel à la raison, à la lucidité.

Dans cinquante ans, sans violence, comme Ghandi, comme Mandela, vous pourrez – avec la seule force du nombre, du travail, de l’éducation, de la revendication – (re)gagner le cœur de ceux et de celles qui sont avec le droit, la justice.

Il ne s’agit pas de « jeter » les Israéliens à la mer. C’est une foutaise, une utopie, une démagogie. Ils sont à côté de vous, avec vous, pour la durée, pour la vie. Il s’agit de coexister avec eux, en paix, comme il y a de cela plus de deux mille ans ! Les extrémistes, comme il en existe partout dans le monde, seront, dans cinquante ans, des minorités extrêmes sans pouvoir de nuisance. Ils ne pourront plus empêcher les deux écrasantes majorités de vivre ensemble et côte à côte.
Palestiniens du monde entier, comme les Juifs l’ont fait à partir de 1870, unissez-vous. Ayez une seule stratégie, un seul objectif, pour votre peuple.

Les faits et les chiffres : ils sont têtus, dit-on

Entre 1870 et 1897, 20 nouveaux villages juifs sont fondés en Palestine… Fuyant les « pogroms » en Europe, les Juifs reviennent massivement en Palestine à partir de 1897 (Congrès sioniste de Bâle, en Suisse).

En 1900, on comptait environ en Palestine, 50 000 juifs pour 500 000 Chrétiens et musulmans.

En 1950, la population juive passe à 650 000 et celle des autres Palestiniens à 1 300 000.

En 2019, on compte environ 7 millions de Juifs et 7 millions de Palestiniens sur l’ensemble des territoires israélo-palestiniens. Ces chiffres comprennent environ 2 millions de Palestiniens vivant en Israël (comme citoyens) et 650 000 Israéliens vivant en territoire palestinien. La diaspora est pour les deux « camps » égale : 7  millions de Juifs dans le monde (hors Israël-Palestine) et autant de Palestiniens.
Au total, il y aurait ainsi aujourd’hui 14 millions de Juifs sur terre et 14 millions de Palestiniens. La démographie des premiers étant plus faible que celles des seconds, on peut prévoir qu’en l’an 2070, il y aura beaucoup plus de Palestiniens que de Juifs. Et, plus généralement, selon les prévisions du Centre de recherches américain Pew, le nombre de musulmans sera majoritaire dans le monde à partir de 2070 (plus de 33% de la population mondiale, contre 32 % pour les Chrétiens et… toujours la même proportion de juifs (0,2%).

La religion juive n’étant pas une religion universelle. Pour devenir juif, il faut naître d’une mère juive. La conversion vers la religion juive, par exemple pour les époux/épouses, est soumise aux pouvoirs des tribunaux rabbiniques. Israël, qui est un état hébreux de par sa loi, n’autorise pas sur son territoire le mariage entre un juif et une non juive et vice-versa. Donc, les couples « mixtes » doivent aller à l’étranger pour se marier. Ces lois et règles archaïques qui concernent le mariage, l’héritage et la pratique du shabbat (du vendredi soir au samedi) et même les loisirs (cinéma, boîtes de nuit) commencent à peser sur les nouvelles générations en Israël même.

Plus on attaque les Israéliens sur leur « droit au retour » à la Terre promise (alya), sur leur droit de vivre en Israël-Palestine, plus l’Etat israélien réagit avec une force brutale, plus les Juifs du monde entier se solidarisent… Israël ne survivra pas en tant que tel dans une Palestine en paix. Le pouvoir extrémiste israélien tire sa force, depuis 1948, de la guerre et de la guérilla que les Palestiniens mènent inlassablement contre lui. Israël profite de la situation : « Le peuple juif est en danger ». Le jour où le harcèlement palestinien et arabe violent cesse, le pouvoir israélien perdra ses arguments et ses soutiens à l’extérieur.

Pour les Palestiniens, leur situation n’est plus confortable : il ne viendra plus à l’esprit de la plupart des dirigeants arabes (et des pays du Golfe) de proclamer la guerre contre Israël ou d’imposer comme en 1973 un embargo sur le pétrole. Lâchés par les siens, les Palestiniens ne doivent pas tomber dans le piège de ceux qui les manipulent de loin : les Palestiniens meurent tous les jours et leurs manipulateurs se frottent les mains… Les Israéliens n’arrêteront jamais de les bombarder  tant que la vie d’un seul Israélien est en danger !

Il est temps de comprendre et de sortir du cercle vicieux de la mort, de la haine et de la diatribe creuse. De loin, de très loin, j’entends des dirigeants arabes proclamer leur soutien et dire vouloir interdire par exemple tout contact avec les Israéliens... Cette politique du « verbe creux » ne mène nulle part. Sauf à maintenir les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza dans la soumission, la misère et sous les bombes et les matraques.

Samir Gharbi
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
Hubert Benkoski - 21-11-2019 15:21

Cher Monsieur Gharbi, Merci pour cet article intelligent. Me permettrez-vous de vous confier certaines réflexions. Particulièrement l'idée de solidarités "horizontales" . Avec mes meilleures salutations. Hubert Benkoski 80 ans - juif belgo-israélien

Manant - 22-11-2019 18:06

C’est en 1907 qu’un haut comité créé à l’initiative de la Grande-Bretagne, rassemblant sept États européens, remet son rapport au chef de gouvernement de Sa Majesté, Sir Henry Campbell-Bannerman. Parlant des pays arabo-musulmans, le Premier ministre britannique (libéral) estime qu’ « aucune barrière naturelle ne saurait les séparer ». Si par malchance, cette Nation (Oumma) en venait à être unifiée en un seul État, elle aurait en mains le destin du monde et serait en mesure d’isoler l’Europe du reste du monde ». Quarante ans avant la création de l’ONU et de l’État d’Israël par le biais du Plan de partition de 1947, il conclut : « Si nous prenons au sérieux cette situation, un État tampon devrait être implanté au cœur de cette nation arabe afin d’empêcher toute espèce d’unification entre ces pays, de façon à ce qu’ils épuisent leurs forces dans des guerres sans fin. La nation ci-dessus mentionnée pourrait alors être utilisée par l’Occident comme un ressort pour atteindre les objectifs souhaités ». Michel Raimbaud : Les guerres de Syrie, éditions Glyphe (2019)

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.