Opinions - 22.08.2019

Haroun Farhat - Élections présidentielles : comment j'ai choisi mon candidat

Je ne suis pas versé dans la politique mais j’ai eu sur le tard une formation en organisation qui me permet d’apporter une contribution pour gérer efficacement la situation très sensible que nous vivons à la veille des élections présidentielles du 15 Septembre.

Je pense que le décès du président Beji Caied Essebsi a été orchestré par ce dernier en collaboration directe avec Dieu pour nous mettre dans une situation où nous sommes obligés de prendre en main notre destin. Les personnes de bonne volonté qui ont tendance à rester en retrait ont aujourd’hui le devoir de s’impliquer dans le processus électoral.

Alors comment choisir le candidat ? Je commencerai par un petit exposé:

Savez-vous la différence entre un manager de niveau 4 et un manager de niveau 5

Le manager de niveau 4 se regarde dans la glace et dit « sans moi cette entreprise aurait coulé ». Quand il regarde par la fenêtre, il dit « tous des incapables »

Le manager de niveau 5 dit en regardant par la fenêtre « sans eux la boite aurait coulé ». Quand il se regarde dans la glace, il dit « que pourrais-je faire pour qu’ils excellent encore plus ».

Le manager de niveau 4 peut réussir pendant son mandat, mais il laisse derrière lui une entreprise incapable de poursuivre son œuvre. Il s’est évertué à écarter tous ceux qui auraient pu lui faire de l’ombre.

Même après son départ, on dira « c’était formidable à son époque »; après son départ, même si tout se met à aller de travers, il peut continuer de tirer profit de son passage dans l’entreprise.

Le manager de niveau 5 est modeste mais il est capable de gérer la complexité. Il n’a pas peur de ses collaborateurs  quand ils ont du talent, au contraire il veille à ce qu’ils puissent s’épanouir dans les meilleures conditions. Comme il s’est entouré d’une équipe compétente qui a appris à se mettre au service de l’entreprise, celle-ci n’a aucun mal à lui trouver un remplaçant. Ces entreprises restent donc florissantes des années et des décennies durant quelle que soit la conjoncture.

Ce petit cours de Jim Collins «  De la performance vers l’excellence » m’a beaucoup servi tout au long de ma carrière professionnelle.

C’est sur cette base que je choisirai mon candidat.

Que des personnes notoirement connues pour leur escroquerie se présentent à la présidence de la république sans le moindre scrupule. Qu’elles se sentent en mesure de représenter le pays et les plus hautes structures de l’état dans les instances internationales et, surtout, qu’elles trouvent dans l’électorat une audience appréciable me paraît être un révélateur sans équivoque de la crise de valeurs que nous vivons aujourd’hui.

Mon candidat niveau 5, encouragera toutes les initiatives lancées par des personnes ou des groupes dans l’intérêt général même si elles ne coïncident pas avec ses intérêts propres.
Je veux qu’il soit modeste, et je n’ai pas besoin d’un beau parleur, encore moins d’un menteur. J’ai besoin d’avoir confiance dans sa moralité. C’est son comportement digne et droit qui rétablira, par l’exemple, les valeurs que nous avons tant besoin de retrouver dans notre société.

Alors mon candidat, je veux qu’il ait ses chances, je ne pensais pas qu’il se présenterait, mais je crois que Dieu (à travers Beji ?) lui a donné un coup de pouce. Alors Dieu, s’il te plait,  éclaire les candidats qui partagent ces valeurs et fais taire leur égo, dis leur « Vas donc chez Zbidi ! »

Haroun Farhat
Ingénieur

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Mokhtar blaiech - 09-09-2019 21:30

Exactement ce que nous avons vécu avec Bourguiba{pour la construction de l'état} puis avec Zaba pour la destruction systématique des valeurs, notamment le travail, la sincérité et la fierté

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.